Sécularisation, post-sécularisation : vers un objet d’étude à part entière ?

Les sociologues et historiens ont eu tendance à penser la sécularisation (séparation progressive de la sphère religieuse et de la sphère politique) comme un avatar de la modernité, ou dit autrement comme une conséquence non-intentionnelle de la modernisation politique (disons entre le XVIe et le XXe siècle). Or, des programmes de recherches émergent, ici et là, pour tenter de penser la sécularisation comme un moment historique, comme la situation actuelle des sociétés occidentales. C’est le cas aux Etats-Unis où l’ouvrage de Charles Taylor déjà cité, A Secular Age, semble avoir remis au goût du jour l’étude des formes contemporaines de la sécularisation.

Cette tendance, si elle se confirme, représente un re-virement intéressant de la sociologie des religions, puisque c’est dans les années 60 et 70 que le concept de sécularisation a fait florès. Il fut battu en brèche au tournant des années 80 et 90, éclipsé par l’actualité internationale (la Révolution iranienne, les islamismes radicaux et les affrontements religieux) et par de nouveaux objets, notamment les nouveaux mouvements religieux. Cette contre-tendance marquera l’avènement du si stupide « retour du religieux » (« comme s’il était parti, en disant au revoir et en fermant la porte derrière lui! » disait un de mes professeurs…).

La sécularisation comme objet d’étude m’apparait comme une tentative intéressante pour plusieurs raisons:

  • Cela permet d’abord de poser des comparaisons internationales autour d’un concept fort et suffisamment travaillé pour créer des collectifs de recherche cohérents.
  • Dans le cadre de la mondialisation (ou tout autre terme équivalent selon vos préférences), il y a toujours des tensions entre sphère religieuse et sphère politique, y compris dans les pays où le religieux est très prescripteur. Supposer un lien est donc plutôt une bonne chose afin de se prémunir des lectures rapides sur des pays ou sociétés « intégristes ».
  • Enfin le concept de sécularisation en supposant une articulation fine entre religieux et politique, permettant d’abandonner le concept de champ (champ politique et champ religieux), pour se diriger vers des interdépendances et instrumentalisations de façon mois rigide et plus cohérente avec la réalité.

Il y a d’autres raisons sur lesquelles je reviendrais bientôt à utiliser ce concept en sociologie des religions.

Pour un exemple d’un programme international, voir la page du Center for the Study of Religion and Conflict (Arizona StateUniversity, USA) consacrée au programme « Public religion, the Secular and Democracy : an international cross-disciplinary project« . Les présentations des journées d’études sont intéressantes pour voir quels spécialistes parlent de cette question. Enfin, une très bonne partie bibliographique on-line présentée par thème devrait montrer l’exemple de tout projet de recherche : faire état de ses sources de manière claire et accessible.

BONUS VIDEO : une discussion au sommet entre Craig Calhoun, José Casanova, Saba Mahmood et Charles Taylor lors du colloque annuel de l’AAR (American Academy of Religion), à propos des différentes façons de penser et d’envisager la notion de sécularisation comme concept opératoire aujourd’hui. Beau programme dont il devrait sortir un ouvrage très bientôt. J’en reparlerai à sa sortie.

Temps de rédaction du billet : 1h

2 réflexions sur « Sécularisation, post-sécularisation : vers un objet d’étude à part entière ? »

  1. Bonjour,
    Je trouve votre article fort intéressant, cepandant il le serait encore plus s’il était possible d’en voir les sources. Je suis étudiante en science humaine à un Cegep du Québec et, dan sle cadre d’un cours, je tente de démontrer que la sécularisation a contribué à l’apparition du problème de la conciliation emploi-famille.

    1. Bonjour,

      merci pour votre commentaire.
      En ce qui concerne les sources de cet article, il n’y a pas d’ouvrages précis auxquels je pourrais faire référence, ou alors tous ceux que j’ai lu en sociologie des religions depuis 10 ans !!

      C’est l’objectif même d’un carnet de recherche que de pouvoir parler de ses travaux, en termes généraux et sans ajouter toutes les références bibliographiques qui prendraient des pages.

      Cependant, si vous souhaitez des références sur le processus de sécularisation, il y en a des incontournables (que j’ai lu !) et que je vous conseille :

      – O. Tschannen, Les théories de la sécularisation, Genève-Paris, Droz, 1992

      – P. Berger, La religion dans la conscience moderne, Paris, Le Centurion, 1971 (voir aussi du même auteur Le réenchantement du monde, un livre publié en français en 2001 où il revient sur cette théorie en disant qu’il s’est trompé).

      – Jean-Paul Willaime, Sociologie des religions, Paris, P.U.F. « Que sais-je ? », 2004

      – M. Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985

      – D. Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. la religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999

      et évidemment A secular Age de Charles Taylor.

      Et pour aller plus vite : Jean-Paul Willaime « La sécularisation : une exception européenne ? », Revue française de sociologie 4/2006 (Vol. 47), p. 755-783.
      URL : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2006-4-page-755.htm.

      Bon travail !!
      LLP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *