Colloque sur les judaïsmes (Toulouse) : une synthèse novatrice

C'est un colloque important qui aura lieu à Toulouse les 26, 27, 28 et 29 octobre 2010 : les participants vont s'attacher à identifier et expliquer les transformations qui touchent les recherches sur les judaïsmes. Cette initiative est importante à deux titres : elle est une des rares synthèses sur un objet spécifique tout en prenant en compte les mutations de cet objet.

Affiche colloque judaïsmesIl est en effet une caractéristique des travaux sur le judaïsme en France et en Europe : ils sont assez peu nombreux, et surtout ils sont éparpillés, dispersés (émiettés selon la présentation du colloque) et donc sans grands rapports entre-eux. pourtant il existe une communauté de chercheur-e-s assez soudée, se connaissant, et échangeant fréquemment autour de leurs recherches. Cette dispersion des travaux est sans doute un héritage de la constitution d'un champ scientifique de la religion valorisant les recherches théoriques plus que l'empirie. Encore faudrait-il nuancer ce propos et noter l'importance des études du catholicisme dans la production de la sociologie des religions naissante (je reviendrais sur cette hypothèse bientôt). Ce colloque est donc le premier, depuis longtemps, à réunir autant de chercheur-e-s travaillant sur le même thème, avec des participant-e-s européens, américains et israéliens. Gageons que les échanges y seront vifs et soutenus.

La seconde caractéristique à souligner à propos de ce colloque est l'angle d'attaque choisi par les organisatrices : les mutations des problématiques socio-anthropologiques à propos des judaïsmes. C'est, me semble-t-il une proposition de lecture extrêmement féconde qui permet de lier l'étude de ce qui change dans les judaïsmes à la façon dont ces changements sont insérés dans des contextes socio-historiques bien particuliers. L'idée n'est pas nouvelle certes, mais elle est nécessaire lorsqu'on tente de parler scientifiquement de la religion : évacuer les contextes, les effets, les récupérations ou les oppositions politiques sur de tels objets est vraiment très préjudiciable à nos propos. Aussi je me réjouis de cet angle d'attaque, et je pressens qu'une série d'interventions innovantes pourrait venir bousculer les traditions de recherche les plus établies sur cet objet.

L'organisation de cette conférence est assurée par le laboratoire LISST à Toulouse, très en pointe sur l'étude du judaïsme. Il vient ici concurrencer les deux "gros" (i.e. historiques) laboratoires parisiens, le CEIFR et le GSRL, hauts-lieux de la sociologie des religions.

Temps de rédaction : 1h50

Imprimer ce billet Imprimer ce billet