L'islam, la laïcité et le parti politique

Depuis quelques jours un débat très politique fait rage à propos de l'organisation éventuelle d'une convention de l'UMP à propos de l'islam... Non ! Du communautarisme ?! Non ! De la laïcité !! Rappelons que les conventions sont des réunions politiques censées mobiliser les adhérents (puisqu'il s'agit d'un parti politique) à propos de questions sociales importantes en vue des élections de 2012. Par exemple ont déjà eu lieu des conventions UMP sur les 35h ou la TVA sociale. La convention qui fait jaser tout le monde est censée être organisée autour du "multiculturalisme", de "l'islam" et de "la laïcité" (voir sur le site de l'UMP).
Secularism confronts islam

Un flou savamment entretenu...

Le communiqué officiel fait état d'un débat sur "l' organisation de l’exercice des cultes religieux de telle sorte qu’ils soient compatibles avec les règles de notre République laïque". On peut donc dire, sans se tromper, que c'est un débat autour de la laïcité qui s'annonce. Cependant, au jeu des petites phrases, les députés et sénateurs UMP sont allés un peu plus loin que la simple référence à la laïcité. Ainsi, Jean-François Copé lui-même, dans une réunion publique à Garnay (Eure et Loire) détaille le

sujet central du débat du 8 avril sur la laïcité : la place de l'Islam en France. « Trop longtemps, l'État a fermé les yeux sur la pratique du culte », estime Jean-François Copé pour qui le pacte républicain est le corollaire indispensable du débat sur l'identité nationale. [Compte rendu de la réunion sur le site de l'UMP]

Ainsi, du débat prévu sur la laïcité, la question centrale est devenue celle de l'islam. Et les députés et sénateurs ont déjà commencé à débattre. Ainsi, Benoist Apparu propose de réformer la loi de 1905 pour que l'État puisse aider à la construction de mosquées, suscitant l'ire de la partie la plus à droite de l'UMP (la Droite Libérale). Plus discrète, mais toute aussi radicale, la députée du Haut-Rhin Arlette Grosskost a proposé d'intégrer l'islam dans un régime concordataire dans les trois départements français où la loi de 1905 ne s'applique pas... Du coté opposé, Thierry Mariani souhaite que la langue de la prière soit le Français : "Par définition, pour bâtir un islam de France, le français doit être la langue employée dans les mosquées" et ajoute même que cette religion pose un problème : "Pourquoi l'islam ? Cela relève d'une politique de clarté. Les autres religions ne posent pas de problèmes. Ce ne sont pas le catholicisme, le protestantisme ou le judaïsme qui posent des problèmes..." Jean-François Copé a lui "évolué" sur la question en dissociant "ce qui relève de la liturgie" (qui peut être en arabe) et "ce qui relève des messages que l'imam, le rabbin ou le prêtre adresse aux fidèles" (et qui doit être en français).

Le président lui-même a souhaité un débat sur l'islam, rapporte le Figaro : "C'était une bonne idée de parler du multiculturalisme. Il faut que l'UMP lance un débat sur l'islam. Moi, je veux aller plus loin : je ne veux pas de minarets, pas d'appels à la prière dans l'espace public, pas de prières dans la rue". On pourrait multiplier les citations de députés ou de membres du gouvernement à l'envie.

... qui n'est pas que stratégique

Or, si la nature de ce débat est floue, c'est parce qu'il y a une double logique qui s'applique : premièrement, une stratégie politique clairement identifiable : contrer la montée de Marine Le Pen dans les sondages en vue de la séquence électorale de 2012 ; mais le flou autour du débat dépend également d'une logique plus complexe, qui échappe en partie au monde politique, l'héritage complexe des relations entre la France et ses religions, et particulièrement l'islam.

La logique politique est certes contestable, mais elle obéit à une séquence particulière (la perspective des élections en 2012) et à un but politique très clair : "chasser sur les terres" du Front national (FN) afin de réduire l'importance de ce parti. C'est une stratégie politique qui avait fonctionné en 2007, le candidat Sarkozy ayant "siphoné" les voix du FN. Cependant, en 2007, les thèmes privilégiés étaient centrés sur deux grandes revendications traditionnelles du FN : la délinquance et l'immigration. Il n'était pas question, ou pas directement, de l'islam, ni de la laïcité. Si ce débat arrive aujourd'hui sur l'agenda politique c'est parce que le FN et sa nouvelle présidente, Marine Le Pen, ont décidé d'une offensive politique sur le thème de la laïcité avec le secret espoir qu'il s'impose aux candidats potentiels pour les élections présidentielles (voir ce qu'en dit marine Le Pen). Le fait que l'UMP se saisisse du débat était prévisible (et il risque de l'être à gauche également, où les divisions sur le thème sont encore plus grandes...), et l'on peut dire aujourd'hui que le FN impose sans difficultés ses thèmes et son agenda à la classe politique française.

Pourtant il existe à coté du jeu politico-politicien une logique plus complexe, plus profonde également, qui tend à considérer les religions comme des entités néfastes et l'islam comme un culte étranger à la France. Cette logique me semble venir elle-même de deux caractéristiques majeures de notre histoire politico-religieuse contemporaine: l'héritage encore vivace aujourd'hui de l'idéologie républicaine des débuts de la IIIe République, qui tend à considérer les religions comme des systèmes coercitifs et potentiellement dangereux. C'est une mythologie qui s'installe au tournant du XXe siècle, après les luttes pour la "nationalisation" de l'école, qui vise à expulser la religion de la sphère politique (et même parfois de l'espace public). La loi de 1905 viendra tempérer toutes ces tentatives. La seconde caractéristique, propre à l'islam, est celle de la méfiance du politique (et aujourd'hui d'une partie de l'opinion publique) face à une religion méconnue ou parfois mal interprétée. L'histoire commune avec l'Algérie en est l'une des illustrations les plus fortes : Mohammed Arkoun note que cette méfiance française date des touts débuts de la colonisation de l'Algérie, où l'armée tombe sur une résistance plus forte que prévue et que les militaires ont attribué à la force de la religion musulmane. La vie publique et politique française s'attache donc à soigner cette relation ambigue avec l'islam, le meilleur ennemi, fournissant sans cesse des arguments d'exclusion et de contestation.

La Laïcité image Stephanie Le bras, journaliste au Monde, note avec justesse qu' "en dix ans, le débat sur l'islam s'est substitué au débat sur l'immigration". Elle relie cette transformation au "traumatisme du 11 septembre" et à "l'installation dans les sociétés européennes de populations de confession et de culture musulmanes". J'ajouterais à ces deux thèmes la multiplication, selon un agenda strictement médiatique, des débats publics liés à l'islam (le voile, la burqa, la mixité dans les hôpitaux, piscines etc.). Une lecture de cette proposition permettrai d'être optimiste : si le débat sur l'immigration est passé à un débat sur l'islam, cela signifie que les enfants d'immigrés sont désormais intégrés ! En revanche, en même temps que leur intégration, ils ont subi une transformation majeure qui les a fait devenir musulmans (et tant pis pour les athées et pour les immigrés qui ne sont pas musulmans).

Les deux caractéristiques évoquées me semblent être à la base d'un flou qui va croissant sur la place des religions en général, et de l'islam en particulier, dans le cadre général que nous appelons laïcité. Jean-François Copé lui même, nous livre une sérieuse illustration du phénomène :

À mes yeux, la laïcité n’est pas la négation des religions, c’est la liberté pour chacun d’exercer son culte, s’il le souhaite, dans le respect de celui des autres et dans le respect des lois de la République. Certains n’ont pas cette définition, c’est pour cette raison que je voudrais qu’on ait un débat de fond. [source : interview dans Libération, du 17 mars 2011]

Le nouveau ministre de l'Intérieur (et des cultes), Claude Guéant a également apporté sa contribution à ce flou sémantique autour de la laïcité. Cela démontre une incompétence juridique profonde à l'heure où les jurisprudences tendent à assurer aux usagers une quasi-totale liberté d'expression :

Les agents des services publics évidemment ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse, mais les usagers du service public ne doivent pas non plus [rapporté par Le Figaro, 23 mars 2011]

La laïcité n'est pas, et n'a jamais été "la négation des religions". Elle n'est pas non plus l'instrument qui pourrait obliger les usagers des services publics à marquer une "préférence religieuse". La laïcité est précisément tout le contraire. Elle est la protection de tous les cultes et de leurs expressions, y compris dans l'espace public (et sous d'évidentes réserves). Pourtant, l'idée d'un espace public neutre, vide de tout signe religieux, est largement répandue, souvent partagée et elle contribue, en brouillant les débats, à ce que des positions farfelues et parfois extrémistes envers les religions, et donc envers la laïcité, puissent émerger dans le débat public.

[Mises à jour du 4 avril 2011 : Nous voyons, au fil de l'actualité depuis 10 jours, que la question de la laïcité provoque des remous importants au sein de la majorité présidentielle et des affrontements qui ne sont pas que stratégiques. La conception du vivre-ensemble, de la place des religions dans l'espace public et surtout, le rapport à l'islam sont des éléments toujours très vifs, cent ans après la loi de séparation. Gageons que les affrontements seraient quasi-identiques s'ils concernaient la gauche française. La lecture de la rubrique "idées" du Monde est très intéressante à ce propos. Voici quelques liens supplémentaires, pour aller plus loin, à la fois politiquement et sociologiquement :

Temps de rédaction du billet : 5h

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">