L’islam en France, enquêtes locales (1/2)

Deux enquêtes sorties à quelques jours d’intervalle viennent démontrer l’étendue des prénotions et illusions qui entourent l’islam en France. La plus récente, initiative de l’Institut Montaigne, présente le résumé d’une analyse menée par une équipe de six personnes sous la responsabilité de Gilles Képel (voir le site : banlieue de la République). La seconde est une initiative de l’Open Society Foundation, coordonnée par Vincent Geisser et Françoise Lorcerie. Ces deux enquêtes présentent nombre de points communs sur lesquels nous allons nous attarder. Mais le plus important est qu’à partir de deux enquêtes différentes, dans deux villes françaises, les résultats sont très proches (ce sera l'objet d'un prochain billet).

Le pari du local, étudié scientifiquement

Garage par matteo_dudek sur Flickr

Garage par matteo_dudek sur Flickr

Deux instituts importants l’Institut Montaigne et OSF ont mandaté des chercheurs reconnus pour effectuer des enquêtes en profondeur dans des territoires locaux, stigmatisés et où la population musulmane est majoritaire. Le point de départ est le même : regarder avec attention le vécu des musulmans face aux transformations de la société. Dans un cas il s’agit de regarder l’islam au prisme de la discrimination (vécue ou ressentie pour OSF) dans l’autre c’est le prisme de la cohésion sociale et de la rénovation urbaine qui a été privilégié par l’Institut Montaigne.

Le recours à une “caution scientifique”

Le fait que ces deux instituts, dont les buts et les moyens d’actions sont complètement différents, aient fait appel à des sociologues et politistes reconnus est en soi un petit évènement. C’est le retour à la parole de l’expert universitaire, avec en arrière-plan la légitimité et la rigueur scientifique qui accompagne normalement les interventions. C’est ainsi le cas de Gilles Képel et de son équipe pour l’Institut Montaigne et de Vincent Geisser et Françoise Lorcerie (et leur équipe) pour OSF. Le premier, professeur à Sciences Po à Paris, est un des spécialistes "historique" de l'islam en France (et notamment avec son livre fondateur Les banlieues de l'islam, 1987, mais également Les musulmans dans la société française, 1988 avec Rémi Leveau). Les seconds, chercheurs à l'IREMAM, sont également des fins connaisseurs de l'islam en France (voir notamment Marianne et Allah. Les politiques français face à la "question musulmane" de V. Geisser et Aziz Zemouri (2006) et La politisation du voile : L'affaire en France, en Europe et dans le monde arabe (2005) sous la direction de F. Lorcerie). Bref, ils font partie des meilleurs spécialistes de la question, tous très au fait de l'évolution de l'islam en France depuis de nombreuses années.

Au-delà des signatures universitaires reconnues, les deux instituts ont privilégié des enquêtes longues, fouillées, menée sur le terrain par des chercheurs aguerris. Là encore, cela permet d’éviter les approximations et les travaux superficiels qui fleurissent dès qu’on parle d’islam, de république et des liens entre les deux.

Des protocoles d’enquêtes rendus publics

Chose rare, et à ce titre qui mérite d'être discuté, les deux enquêtes obéissent à des protocoles d’enquêtes stricts et rendus publics. L’enquête menée par l’équipe de G. Képel a été conduite auprès de 100 musulmans dans une “banlieue” française, connue pour avoir été l’une des principales scènes d’émeutes lors de la crise des banlieues de 2005 : Clichy-sous-Bois et Monfermeil (93). Elle a consisté en des entretiens semi-directifs, en face à face, en laissant à l’interviewé le choix de la langue (l’équipe a mené des entretiens en 7 langues selon le résumé méthodologique de l’enquête). La seconde enquête a consisté en un croisement des méthodes quantitatives et qualitatives (200 questionnaires à des musulmans et non-musulmans), entretiens avec des “stakeholders” (personnes ressources porteuses d’enjeux spécifiques) et entretiens collectifs sur des thèmes précis (focus groups). L’enquête a été conduite dans un quartier défavorisé de Marseille (13), la Belle de Mai. Dans les deux cas se dessinent des solides corpus (2200 pages selon l'Institut Montaigne) qui peuvent assurer des données fiables. Un regret cependant, que ces données ne soient pas rendues publiques, tant les entretiens ou données statistiques pourraient inciter d'autres chercheurs à s'en saisir.

La principale question qui ressort de ces enquêtes (notamment dans les commentaires de presse) est la portée d'une potentielle généralisation au niveau de l'ensemble du territoire français. Affirmons-le, les enquêtes ont été menées dans des villes et quartiers particuliers, en banlieue parisienne ou à Marseille. En revanche, le fait que les résultats des enquêtes soient sensiblement identiques incite à l'intérêt plutôt qu'à la révocation en doute. G. Képel nous propose en outre un postulat particulier, commun aux deux enquêtes :

Notre pari, ici, est de contribuer à rendre ces quartiers intelligibles, en observant au quotidien comment s’y réalise – ou non – la promesse républicaine. De ce point de vue, nous posons en postulat de départ que Clichy-Montfermeil, c’est la France même. La banlieue n’est pas à la marge, mais au centre : c’est au prix de ce renversement de perspective que se lit notre avenir commun. (Rapport de l'Institut Montaigne, p.9).

Des thèmes en communs

Coïncidence, les deux enquêtes étaient élaborées autour de thèmes dont nombreux sont en commun :

six thèmes pour le projet banlieue de la République :

  • logement / cadre de vie,
  • éducation,
  • emploi / temps libre,

    Banlieue par Uncle.o sur Flickr

  • sécurité,
  • rapport au politique et
  • pratiques religieuses

Et sept thèmes pour l’enquête marseillaise de l’OSF :

  • identité,
  • éducation,
  • emploi,
  • santé et sécurité sociale,
  • police et sécurité,
  • participation et citoyenneté et
  • rôle des médias.

Les comparaisons pourront donc, a minima, s’effectuer sur les question d’emploi, d’éducation, de sécurité et du rapport au politique. Nous disposons pour cela d'un long résumé (31 pages en PDF) pour l'enquête menée à Clichy-sous-Bois et Montfermeil et du rapport complet (316 pages PDF, en anglais et en français) pour l'enquête marseillaise (il existe également un document de 4 pages pour les fainéants gens pressés).

Enfin, pour finir, les dates d’enquêtes se suivent d'une année et demie environ : de décembre 2008 à février 2009 pour Marseille et d'août à novembre 2010 pour Clichy-Monfermeil. J'ai personnellement participé à l'enquête marseillaise (ce n'est pas important, mais c'est mieux en le disant ;-)). Je n'ai pas participé à la rédaction du rapport final, mais l'assume entièrement.

Nous verrons dans un billet à venir, les principaux résultats communs de ces enquêtes.

Temps de rédaction du billet : 3h

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ L’islam en France, enquêtes locales (1/2) ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">