A la mémoire de Fanny Colonna

Hier, mardi 25 novembre 2014 s’est tenue à Paris une cérémonie d’adieu à Fanny Colonna, disparue brutalement le 17 novembre dernier. De nombreux collègues et amis ont pu témoigner de la capacité de rassemblement de Fanny, et nous lui avons rendu hommage lors d’une cérémonie orchestrée par ses enfants et petits-enfants.

Fanny a été ma directrice de thèse, et sa disparition est un grand vide. Avec ses derniers étudiants, nous avons écrit un texte d’hommage paru dans El Watan. Le voici :

Fanny Colonna, une passion algérienne

La disparition soudaine de Fanny Colonna, décédée le lundi 17 novembre 2014 à Paris nous révèle, l’existence d’une tradition et d’une génération de social scientists algérienne que nous avons du mal à connaître et à reconnaître à cause de ses racines, de ses courants et de ses divisions, quelquefois même considérées comme impures. Fanny Colonna est en effet le produit de cette double histoire coloniale et nationale, de la tradition sociologique algérienne qu’elle a su, mieux que beaucoup d’autres, conserver et dépasser. Née dans un village de l’intérieur de l’Algérie en 1934, d’une lignée d’émigrants de la colonisation à la fin du XIXe siècle, du sud de la France, elle a su et pu opérer des choix professionnels et militants qui allaient à l’encontre de sa prime éducation sociale, politique et familiale. Ces choix étaient moins risqués que ceux des jeunes algériens de sa génération mais, à coup sûr, pas moins douloureux du point de vue affectif. La guerre d’Algérie ne l’avait pas désorientée mais bien altérée notamment à cause de la disparition de son père dans des conditions tragiques. C’est aussi durant la guerre d’indépendance qu’elle s’est mariée, qu’elle a eu ses premiers enfants et qu’elle a commencé ses études universitaires à la faculté centrale d’Alger. En 1962, et à la différence de la masse des Européens qui ont déserté l’Algérie, Fanny et son mari, Pierre Colonna, feront le choix de rester et opteront pour la nationalité algérienne. Cette position et ces nouvelles conditions politiques et citoyennes expliquent une part importante de ses choix épistémologiques dans le champ scientifique français et algérien qu’elle a su tenir des deux mains, sa vie durant.

En 1967, elle soutient pour son diplôme d’études approfondie (DEA) de sociologie un mémoire consacré à Mouloud Feraoun sous la direction de Mouloud Mammeri. Quelques mois après, elle devient assistante au département de sociologie à l’université d’Alger et effectuera, sous la direction de Pierre Bourdieu, un doctorat de troisième cycle sur Les instituteurs algériens (1883-1939) soutenu à Paris en 1975. Quand Mouloud Mammeri sera désigné directeur du CRAPE (actuel CNRPAH) en 1969, il fera appel à son ancienne étudiante et collègue de l’université d’Alger comme à de nombreux autres jeunes diplômés algériens pour constituer un corps de chercheurs algériens au centre. C’est durant ces décennies 1970-80 que Fanny Colonna fera ses premières enquêtes collectives à Timimoune et dans l’Aurès et qu’elle connaîtra intensément le milieu culturel, artistique et intellectuel algérois. C’est également durant ces années, où la sociologie algérienne était flamboyante et déclinante en même temps, que Fanny Colonna a construit l’essentiel de son style, de ses orientations théoriques et sa personnalité scientifique. Elle a été la seule à avoir conservé et su dépasser l’héritage scientifique colonial qui divisait toutes les communautés scientifiques d’Algérie et d’ailleurs. Son goût et sa tentation constante d’explorer des modèles théoriques et des approches méthodologiques variés, la distinguent jusqu’à la marginalité.

Son livre Les versets de l’invincibilité édité en France en 1995, récemment réédité en Algérie sous un autre titre, est, selon ses propres mots, « une surdité générale ». En effet, il n’a suscité aucun écho, aucune vocation, aucune recension mise à part celles, de quelques collègues bien intentionnés. Ce livre est en effet le reflet de la théorisation « solitaire » de Fanny Colonna où l’on trouve, face à face et côte à côte, des théories, des sources et des matériaux d’inspirations et de statuts composites. Ce livre arrive en effet, trop tôt et trop tard en même temps : pas seulement parce qu’en 1994, l’islam rural et local n’est pas le problème épineux de l’Algérie alors confrontée au terrorisme islamiste mais parce qu’il creuse une approche théorique innovante qui ne suscite pas d’intérêts dans le milieu algérien des sciences sociales dominé par une vulgate marxienne tenace et un tabou politique encore vivace sur tout ce qui concerne l’Islam. Avec de nombreux autres intellectuels algériens, Fanny Colonna fut à l’initiative d’un comité international de soutien aux intellectuels algériens (CISIA), qui a assuré l’écho et l’accompagnement des algériens contraints à l’exil à partir de 1993. Depuis, elle vivait en France avec une carte de résidence qu’elle renouvelait tous les dix ans comme de nombreux autres émigré(e)s algériens de sa génération.

La suite et la fin du texte est disponible sur les Carnets de l’IREMAM.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *