Lecture : Violence politique totale, J. Ferret

Dans le cadre de mon cours « politique, religion et radicalisation », je suis à l’affût de publications qui renseignent sur la place des sciences sociales dans les analyses des événements récents : comment concevoir la violence politique ? Le terrorisme ? La médiatisation de cette violence et la BFMisation de notre rapport à l’information ? (Sur cet aspect, les analyses manquent me semble-t-il).

Dans la multiplicité des ouvrages parus depuis 2015, j’ai découvert par hasard (dans une librairie d’occasion bien connue du Bd Saint Michel à Paris) un petit ouvrage (76p) de Jérôme Ferret, Violence politique totale. Un défi pour les sciences sociales (Lemieux éditeur). Cet ouvrage, écrit juste après les attentats de janvier 2015 (et donc avant ceux du 13 novembre) est à la fois un coup de gueule scientifique et une présentation synthétique des enjeux autour de la violence.

Afficher l'image d'origineL’auteur est Maître de conférence en sociologie à l’Université Toulouse Capitole, chercheur associé au Cadis, spécialiste de la violence et de la police. Son ouvrage de 2005, Peur sur les villes était remarquable.

Dans une première partie, J. Ferret s’intéresse à la violence que, dit-il, « nous n’arrivons pas à penser telle qu’elle est, telle qu’elle se donne à voir, telle qu’elle est contenue par ceux qui sont censés nous protéger » (p.14). Il est nécessaire pour lui, de reprendre sérieusement l’étude de la violence, en tant que mode de gestion et de représentation d’une société : la violence fait partie de notre quotidien, et pourtant elle nous insupporte, et parfois nous terrorise.

« la violence est le produit de l’incapacité d’une communauté politique qui vit des conditions historiques spécifiques, à instaurer les conditions d’un rapport conflictuel » (p.18).

Dans une perspective tourrainienne, qu’il revendique, il considère la violence comme une possibilité d’action comme une autre (p.35-37), utilisée souvent après épuisement d’autres modes d’action dans la société. L’auteur considère qu’il nous faut expliquer des trajectoires de violence plutôt que des moments de basculement (p.28-29), et surtout que nous devons concevoir, et accepter, que dans nos sociétés des individus construisent consciemment des identités (des subjectivités dit-il) où la violence est fondamentale (p.33-34).

Dit autrement et avec mes mots, nous vivons dans des sociétés violentes, qui font subir des violences physiques, psychiques et symboliques à de nombreuses personnes, qui se construisent avec cette violence. Qui a un moment donné, peut, ou pas, (selon des trajectoires et des parcours biographiques compliqués) se retourner contre autrui, et/ou contre la société. Finalement, l’auteur est un tenant de l’idée que les auteurs des attentats sont des produits des démocraties occidentales, en échec sur des thématiques centrales (l’appartenance à la collectivité, la discrimination, les laissés pour compte) et qui créent des conditions de radicalisation (l’auteur n’utilise quasiment pas le terme).

Violence et mode de gouvernement

Dans une seconde partie, Jérôme Ferret insiste davantage sur les conséquences de la violence sur les modes de gouvernement. Il tord le cou assez fermement à la notion de « risque terroriste » (p.42-43) en soulignant que « le concept de risque dépolitise et désidéologise ce qu’il touche : il gomme les épaisseurs historiques, et [institue] un ordre extérieur par défaut, faute de mieux, sans réelles connaissances empiriques » (p.43).

Il explique aussi, calmement et posément (bravo) que les sciences sociales sont devenues inaudibles dans le débat sur la violence et ses conséquences (p. 43-47). Face aux experts en terrorismes (qui sont bien souvent également des entrepreneurs économiques dans le domaine de la sécurité), face au traitement médiatique émotionnel, les sciences sociales ne peuvent maintenir leur monopole de l’explication des phénomènes. Mieux dit-il, il s’agit d’une transformation des sociétés démocratiques :

« On est désormais obligé d’admettre que les « sciences sociales » sont aussi l’objet de pratiques sociales extra-scientifiques et que les sociétés sont devenues des magmas de sujets, d’institutions publiques, privées, qui réfléchissent en utilisant des résultats de recherche et des concepts qui ont infusé dans le corps social. […] Ainsi en raison de la production plutôt réussie par les sciences sociales de savoirs accumulés concernant un certain nombre de phénomènes sociaux, les institutions de calcul social, les administrations, les organismes d’expertise se développent et façonnent, à leur profit bureaucratique, les sociétés humaines » (p.46-47).

L’auteur revient ensuite à des thématiques qu’il connaît bien, telles ferret-violence-couvque les agences policières et les transformations qu’elles ont subies. Il introduit le propos en opposant une expertise médiatique de la violence (Bauer, Raufer, etc.) à des punitivistes (des social scientists qui considèrent, notamment avec les lois anti-terroristes, la renaissance d’une société punitive (p.50)). Il poursuit en montrant l’importance des transformations des formes de la violence politique : les groupes terroristes et leurs modes d’actions étaient bien identifiés jusqu’aux années 2000, et le sont moins aujourd’hui (c’est la thèse du « nouveau terrorisme » sur laquelle prospèrent les agences de conseil et de sécurité). Il souligne également les transformations subies par l’administration policière (elles sont conséquentes) et, par conséquent, le changement des pratiques de renseignement et de gestion policier par les agents de terrain (p.56-57). En spécialiste de ces questions il déplore le réel déficit de connaissance scientifique et sociale du fonctionnement des agences policières et du traitement du terrorisme. Il appelle notamment à la constitutions d’études sur « la police d’en haut » (l’administration) et « la police d’en bas » (les agents sur le terrain) (p.64), tout en soulignant l’impossibilité d’enquêter sur « l’affaire Mérah » (aucune donnée ne lui a été fournie malgré des demandes répétées).

Dans une conclusion lapidaire et peu optimiste, Jérôme Ferret indique deux des chantiers prioritaires des sciences sociales selon lui : réexaminer la thèse du processus de civilisation de Norbert Elias (pour repenser la thématique de la violence à nouveaux frais) et la nécessaire observation des politiques de l’État sur les modes de gestion de cette violence. Sur ces questions, il nous faut reconnaître qu’il a raison, et surtout, que depuis janvier 2015 les choses ont peu évolué.

Voici donc un ouvrage dense, qui évite la polémique tout en cernant fermement des questions de recherche prioritaires. Et qui pose clairement deux enjeux fondamentaux dans ce que nous entreprenons aujourd’hui dans l’espace académique :

  • la difficulté à travailler avec les services de l’État (ministères, administrations centrales, administrations déconcentrées et acteurs sur le terrain), parce qu’ils sont débordés, sous tension, parce qu’ils subissent une pression politique sur des sujets « brûlants » qui ne devraient pas l’être
  • le fait que les sciences sociales sont devenues inaudibles dans l’espace public, parce qu’elles complexifient, elles refusent les raccourcis et ne se situent pas dans une temporalité qui concerne la conduite des affaires politiques. Les sciences sociales sont aussi concurrencées par des experts ou des commentateurs qui produisent des explications partielles, pas nécessairement fausses, mais insuffisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *