Archives de catégorie : Conférences

Les conversions à l’islam sur France culture

J’ai été l’invité de Ghaleb Bencheikh dans son émission questions d’islam (sur France-culture) dimanche 17 septembre 2017 pour discuter, avec Dominique Thewissen des conversions religieuses à l’islam.

Vous pouvez retrouvez ci-dessous le lien vers l’émission.

Merci à Ghaleb Bencheikh et à Dominique Thewissen pour les échanges fructueux.

Voir aussi l’URL de l’émission (avec une belle photo).

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Conférence : les conversions à l’islam en France

Cette semaine j’ai prononcé une conférence à l’Institut des cultures d’islam (Paris, 18e) dans le cadre de la deuxième saison d’un cycle intitulé « islam(s) d’ICI« . Mon intervention a porté sur les conversions religieuses à l’islam.

Merci à toute l’équipe pour l’accueil, à Nacira Guénif-Souilamas pour avoir mené la discussion, et merci aux participants avec qui les échanges ont été francs et profonds.

Un article sur cette question devrait bientôt paraître en collaboration avec deux collègues (j’en dirai plus prochainement).

En attendant, voici la présentation qui a servi de support à la conférence.

(Image à la Une : Crédit photo JP Dalbéra, licence CC sur Flickr https://www.flickr.com/photos/dalbera/27388558991/)

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les politiques publiques du religieux et la Tunisie post-révolutionnaire

photocolloqueJ’ai participé à un colloque à l’IEP d’Aix-en-Provence qui venait questionner le religieux avec les outils des l’analyse des politiques publiques. Le titre du colloque était : « peut-on parler de politiques publiques religieuses en Europe et dans le bassin méditerranéen ? ». (Attention spoiler : la réponse est oui.)

Franck Frégosi (ses publications en PDF) dans son intervention préliminaire a défini la politique publique religieuse comme un « programme d’action publique ayant pour objet la régulation du fait religieux ». Un grand spécialiste des politiques publiques, Jean-Pierre Gaudin, nous a pourtant averti : de l’action publique qui régule des choses qui touchent au religieux, on en a depuis longtemps (songeons aux sonneries des cloches dans les campagnes…). Sont-ce pour autant de véritables politiques publiques religieuses ?

En fait, nombre des participants au colloque n’étaient pas spécifiquement des spécialistes des politiques publiques et c’est sans doute ce qui a fait la force du colloque, puisque nous nous sommes frottés à cette littérature sans en maitriser tous les codes. Nous avons bénéficié de l’aide de chercheurs qui s’étaient déjà plongés dans ces politiques publiques religieuses (Claire de Galembert et Céline Béraud, François Foret, Corinne Torrekens notamment).

J’ai pour ma part essayé de parler de la situation tunisienne, en insistant sur deux aspects de l’action publique : la gestion au quotidien d’une période transitoire (dans laquelle il n’y a pas d’évolution de l’action publique) et un temps plus long, celui de la rédaction de la nouvelle constitution, où l’action publique aurait pu être audacieuse. J’ai voulu montrer qu’un contexte troublé, parfois violent (une situation post-révolutionnaire en somme !), ainsi que les calculs politiques des élus de la Constituante ont abouti à un statu quo qui est venu « sanctuariser » l’article 1 de la constitution (mais il y a beaucoup à dire de l’article 6 me faisait remarquer Anna Grasso, merci à elle).

J’ai utilisé pour la première fois Prezi, une nouvelle façon de présenter ses conférences. C’est beau, ça en jette même, mais attention : il faut du temps pour maitriser l’outil et il ne faut pas perdre de vue que ce n’est qu’un support, pas une façon de penser !!

Voir le programme complet (en PDF) du colloque.

Scoop : il se pourrait que les communications de ces deux journées soient publiées. Dans une prestigieuse revue, accessible en ligne :

AnnalesProvence
AnnalesProvence
Et merci à l’équipe du CHERPA pour l’organisation !

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’immigration chinoise en Algérie. Premiers éléments de recherche

Dans le cadre de l’ANR CIRELANMED (Circulations religieuses et ancrages méditerranéens), dont je parlerais ici bientôt, je suis actuellement en Algérie pour une nouvelle recherche sur les pratiques religieuses au sein de la diaspora chinoise en Algérie. C’est une recherche qui débute et ce terrain exploratoire est censé faire un état des lieux de la présence chinoise.
On imagine sans peine que celle-ci est très liée à l’économie algérienne et notamment à ses besoins en infrastructures lourdes (logements, autoroutes, modernisation du réseau ferré, etc.). L’Algérie et la Chine, alliés de longue date (la Chine est le premier pays ayant reconnu l’Algérie indépendante en 1962), partagent donc des intérêts communs : le pétrole et le gaz algériens intéressent particulièrement un pays aux besoins exponentiels, tandis que l’efficacité des énormes conglomérats chinois intéresse un pays en manque d’infrastructures, notamment le logement (une des questions centrale de la campagne électorale).
Dans le cadre de mon invitation par le Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC, Algérie) je présente la problématique et les premiers résultats de mes recherches ce mercredi. Voici le diaporama qui va accompagner la séance.

Un grand merci à toute l’équipe du CRASC pour son efficacité et sa gentillesse lors de mon invitation, et à celle du Centre d’études maghrébines en Algérie (CEMA) pour son soutien.

Temps de rédaction du billet : 15 min

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La laïcité est vivante, elle bouge encore

 Tympan d'une église (Aups, Var) avec la devise de l'état français datant de 1905 apposée pour signifier que l'église appartient à l’État. Source : Wikimedia Commons
Tympan d’une église (Aups, Var) avec la devise de l’état français datant de 1905 apposée pour signifier que l’église appartient à l’État. Source : Wikimedia Commons

Il m’arrive de faire des conférences publiques, dans les milieux militants ou dans des lycées, sur la « laïcité », parfois sur la « laïcité à la française ». J’ai coutume de la définir par un triptyque : une histoire, une jurisprudence et un idéal, que je développe ensuite en trois parties. Mais je prend bien garde de préciser dès le début que la laïcité c’est un tout, un produit de ces trois processus, et que bien entendu, la laïcité évolue et qu’elle est sans cesse discutée.

Plusieurs faits viennent nous démontrer que la laïcité, brandie comme un étendard de quelque chose (de quoi la laïcité est-elle le nom ? dirait l’autre !), est bien plus fluctuante et malléable que l’on pourrait penser.

L’affaire Baby Loup

Dans cette affaire, dont on trouvera une belle explication et la décision de la Cour de cassation, on constate que le juge poursuit sa lecture « libérale » d’une laïcité conforme (selon moi) aux lendemains du vote de la loi de 1905. Mais l’instance juridique suprême a aussi en tête tous les débats et avancées juridiques à propos de la liberté religieuse (qui implique le droit de « montrer » ses croyances). Je rappelle que le Conseil d’État (le pendant administratif de la Cour de cassation) avait, dès 1989, jugé que le port du voile n’était pas incompatible avec la poursuite des études dans les établissements d’enseignement secondaire. Avec cet exemple on voit donc une première évolution de la laïcité : en 2004, en interdisant « le foulard à l’école », le législateur (donc le politique) a modifié la jurisprudence en votant une loi (modification du périmètre d’application et donc du contenu de l’idée ou idéal laïcité).

Un second argument juridique est essentiel dans la jurisprudence : la stricte neutralité des agents du service public. Là encore, ce principe a toujours été intangible dans les décisions juridiques successives : un agent d’un service public, même dans des bureaux non accessibles au public, ne peut en aucun cas porter un vêtement ou un signe religieux ostensible. C’est ainsi, en même temps que l’affaire Baby Loup, le conseil d’État a condamné une jeune femme qui portait un bonnet en guise de remplacement de son voile à l’intérieur des bureaux d’une Caisse d’allocations familiales (voir le détail du jugement, bizarrement beaucoup mois commenté…).

Dans le cas de Baby Loup, la Cour de cassation examine le statut juridique de l’emploi (relevant du droit privé) et la portée « générale » ou « particulière » du règlement intérieur pourtant très précis :

le principe de la liberté de conscience et de religion de chacun des membres du personnel ne peut faire obstacle au respect des principes de laïcité et de neutralité qui s’appliquent dans l’exercice de l’ensemble des activités développées par Baby Loup, tant dans les locaux de la crèche ou ses annexes qu’en accompagnement extérieur des enfants confiés à la crèche (référence : la décision de la Cour de cassation, car je n’ai pas trouvé la version originale du règlement intérieur)

La Cour conclue que « le principe de laïcité (…) n’est pas applicable aux salariés des employeurs de droit privé qui ne gèrent pas un service public » et expédie le règlement intérieur aux oubliettes, parce qu’il est trop général. Dans ce cas, en tant que salariée d’une structure privée, et même si la crèche exerce une « mission de service public », il est possible de faire primer le principe de liberté religieuse, car tout simplement le principe de neutralité d’agent du service public ne s’applique pas. Manuel Valls affirmant qu’il s’agit d’une « mise en cause des principes de la laïcité » n’a donc strictement rien compris, puisqu’il n’en est justement pas question.

Cette décision est logique, quoi qu’on en pense. Elle m’intéresse également d’un point de vue politique : l’État sous-traite de plus en plus de missions et il paraît juridiquement délicat de s’avancer dans le droit privé des relations employeurs-employés. Si cette mission de service public est si importante, je propose que l’État la (re)prenne en charge directement.

Le sondage qui fait peur

Autre indice dans cette labilité de la laïcité, c’est un sondage de TNS Soffrès paru le 21 mars 2013 : « Perception de l’identité, de la laïcité et de la diversité en France » une étude réalisée pour la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH). Il fait état de préoccupations des français et d’un durcissement des conceptions de la laïcité. Toutefois, ce sondage a des biais importants, et la fiche technique ci-dessous montre quelques limites (notamment un corpus restreint) et doit nous inciter à la prudence :

Entretiens individuels semi-directifs en face-à-face d’une durée de 1h30 environ réalisés du 25 janvier au 8 février 2013 pour le Service d’Information du Gouvernement (SIG) et la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH). Enquête réalisée auprès de deux échantillons :

  • Un échantillon large de 30 entretiens individuels. Cet échantillon a été réparti en fonction du lieu d’habitation des personnes interrogées et de leur profil sociodémographique.
  • Un échantillon spécifique de 8 entretiens individuels auprès de personnes musulmanes.

Cependant, il faut dire un mot des résultats. Dans un contexte assez délicat (forte défiance vis à vis du politique, crise de confiance avec les médias et tentation au repli « identitaire »), la laïcité est vue comme une valeur refuge qu’il faut à tout prix protéger :

La laïcité occupe une place particulière dans les discours (même si le terme n’est pas compris par tous et suscite une certaine confusion) : une valeur qui assure la neutralité de l’Etat et de la société à l’égard des religions et le confinement de la religion à la seule sphère privée. On note une appropriation très extensive de la notion de laïcité,  répondant à une demande de sécularisation de la société dans l’ensemble de l’espace public (et non des seuls services publics).

La laïcité apparaît ainsi comme un élément capable d’apaiser les tensions et d’assurer les conditions d’un vivre-ensemble acceptable en relativisant la visibilité et l’importance des différences particulières (notamment religieuses). Toutefois chez certains la laïcité va être mobilisée spécifiquement contre l’Islam.

Source : présentation des résultats du sondage par TNS Sofres

On est là typiquement dans la troisième partie de ma conférence : la laïcité est un idéal, porté collectivement (et donc contradictoirement). Dans le sondage la valeur laïcité est donc en danger et il faut la protéger en réaffirmant les valeurs de base qu’on y associe généralement : neutralité, séparation et égalité.

Après les questions à propos de la laïcité, une autre série de questions est posée à propos de l’islam et des musulmans. Et évidemment, on s’aperçoit que la défiance des français est forte (et plus alarmant, se renforce) vis-à-vis de l’islam. Difficile de ne pas voir un lien entre cette volonté de défendre la laïcité et cette méfiance croissante et préoccupante vis à vis de la seconde religion en France. Je pense donc que la laïcité est en train de basculer du côté « identitaire » de la force (c’est une valeur essentielle, et peut être universelle) et qu’elle sert à opposer de bons français sécularisés à des moins bons français encore religieux. La laïcité est donc une valeur qui devient excluante au détriment de ce qu’elle était : le respect de toutes les croyances (et la non-reconnaissance des cultes).

Sirine et le raidissement de la laïcité à l’école

Une troisième « affaire » vient renforcer cette idée d’une laïcité en danger qu’il convient de sauvegarder par la réaffirmation des principes. Une jeune élève de collège s’était faite exclure de son collège au motif d’une tenue religieuse ostensible : un bandeau d’une dizaine de centimètres sur le front, et pour la première fois à ma connaissance, une jupe longue portée sur un pantalon. D’abord exclue de son collège, elle a été réintégrée par une décision du tribunal administratif de Melun. Mais, saisi en référé le Conseil d’État a annulé la décision du tribunal administratif de Melun et confirmé l’exclusion de la jeune fille (voir le détail de la décision, qui ne jugeait que la conformité au droit, pas le fond de l’affaire).

Pour avoir observé dans plusieurs réunions à Marseille les difficultés réelles de l’application de la loi de 2004 dans les établissements scolaires, je m’étonne de la question de la jupe. En effet, selon mes observations, ce n’est pas tant la jupe qui fait débat, que l’association d’une jupe longue et large avec des tuniques ou pulls, également larges et faisant potentiellement penser à une abaya. Il m’apparaît aberrant de juger une jupe comme d’un signe religieux ostensible, même « une longue jupe noire couvrant son pantalon et d’un large bandeau masquant une grande partie de ses cheveux ». Ce n’est plus les têtes (et les foulards) qui font débat dans les collèges et lycées, et ce depuis au moins trois ans : ce sont les vêtements, leurs associations (le haut et le bas), leurs couleurs et leur superposition. Mais ça, personne ne le dit…

Dans le cas de Sirine, bien défendue dans Libération par Marwan Mohammed, la décision est juridiquement compréhensible : le juge a statué sur le fond. Pourtant, ce que vient montrer cette affaire, c’est la fragilité des communautés éducatives, et du politique, face à la volatilité des applications de la laïcité : ce principe est vivant, il bouge encore au gré des décisions juridiques, des actions politiques et des interactions entre croyants, et entre croyants et non-croyants. La laïcité est à tous, mais nous n’y mettons pas tous les mêmes choses derrière.

Le retour du politique : la commission sur la laïcité

Au beau milieu de ces affaires, dont la concomitance a déclenché un débat, et n’en doutons pas, qui va faire des vagues dans les partis politiques, FN en tête, le Président de la République a installé en avril 2013 un observatoire de la laïcité, le fruit d’une des promesses de campagne.

Je dois dire que j’ai été assez surpris sur la composition de la commission. Très peu d’universitaires, pas de représentants associatifs, une société civile quasi-absente. Même si l’objectif n’est pas une réflexion sur la laïcité (comme dans la commissions Stasi en 2003), je m’inquiète un peu d’une composition très technocrate et politique de l’observatoire et surtout d’absence de contre-points intellectuels et d’ancrages pluriels dans les réalités du terrain.

La composition de cet observatoire marque le retour du politique : il faut limiter les discussions et avancer vite vers un projet (de loi ?) de précision de la laïcité. Dit autrement, le politique a tranché et nous allons tout droit vers un nouveau changement des contours de la laïcité. En témoigne l’idée d’un projet de loi visant à interdire le port du foulard à l’université (et on attend le rapport de l’observatoire de la laïcité !)… On peut penser que c’est un bien ou un mal, mais c’est pour nous, analystes, la preuve d’une laïcité qui change, qui se définit encore au gré des situations politiques et sociales. La laïcité est vivante, et elle va encore bouger !

 Temps de rédaction de l’article : 3h (un aller Marseille-Paris). Billet écrit en juin 2013, publié en septembre 2013 avec quelques petites modifications.

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François Masure

Nous avons appris avec stupeur la semaine dernière le décès de François Masure. François était un « jeune chercheur », c’est-à-dire qu’il avait fini sa thèse et qu’il galérait pour trouver un poste. Il a été membre de l’IRIS puis du Centre d’anthropologie sociale (LISST-CAS). Il avait soutenu une thèse en 2009 sous la direction d’Alban Bensa intitulée Devenir français ? Approche anthropologique de la naturalisation.

View from Catania, by Lupen2 sur Flickr
View from Catania, by Lupen2 sur Flickr

Je l’avais rencontré et côtoyé au sein d’un programme de recherches international (FSP) intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être sous la direction scientifique de Fanny Colonna. Son témoignage, ainsi que celui de participants du programme sont rassemblés ci-dessous en sa mémoire.

Une cérémonie à sa mémoire a eu lieu vendredi 1er mars 2013, à Bagneux.

Fanny Colonna, directrice de recherche émérite au CNRS, responsable du programme Traces

François Masure a fait partie, entre 2005 et 2009, du Programme FSP intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être, que nous avons mené, Loïc Le Pape et moi, dans le cadre de l’IRIS. Des cinq équipes réunies pour cet objectif : française, italienne, algérienne, marocaine et tunisienne, il se rapprocha, sans doute en raison de son thème de recherche d’alors, assez vite de l’équipe algérienne, avec laquelle il noua des relations intenses, marquées par plusieurs séjours dans le pays et une collaboration régulière avec ses membres.

Il a été présent et très actif à nos différentes rencontres plénières, en Tunisie, en Algérie et en Italie. Sa contribution au  volume final, paru aux éditions Actes Sud en 1910, sous le titre « Écarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France » (24 pages) manifeste, comme il le dit simplement en introduction, qu’il avait choisi de se placer et d’écrire « du point de vue des naturalisés ». Un pari tenu jusqu’aux dernières lignes, écho du désenchantement de celui qui reste finalement exposé « au rappel incessant de l’origine ».

Malgré les distances, dues à la mobilité forcée de la plupart des jeunes chercheurs, nous avions toujours un vrai plaisir à le retrouver et à discuter de ses projets, souvent accidentés par des questions de santé dont il parlait presque légèrement.

« Il nous manquait », comme on dit. Il faut désormais le relire.

Mohand-Akli Hadibi, maître de conférence à l’Université de Tizi-Ouzou (Algérie)

Etna by barduran, sur Flickr
Etna by barduran, sur Flickr

C’est avec tristesse que j’ai eu la nouvelle  du décès de François que j’ai connu à l’occasion du programme FSP de Fanny Colonna. Je tiens à dire en quelques lignes mon admiration au sens de l’écoute qui le caractérisait , à sa capacité de traduire des choses complexes par des  mots simples,  à son  sens de l’observation : en un mot on avance avec lui.

Nous nous sommes retrouvés trois fois , la première à Tunis, le seconde à Catania (Sicile) et la troisième en Kabylie : ces  trois moments avaient été exceptionnels en ce sens que chaque séjour nous rapprochait et nous permettait de nous connaitre davantage ; des liens d’amitié, de sympathie et de respect réciproques se créaient.

Je ne pensait pas que sa venue en Kabylie serait la dernière mais… !

François repose en paix.

A tes amis, ta famille, ta femme et ton fils recevez toutes mes condoléances.

Khedidja Adel, Université Mentouri de Constantine (Algérie)

Je viens d’apprendre que François nous a quittés suite à sa maladie. Cette nouvelle m’a beaucoup attristée. Je croyais qu’il était guéri.

J’ai eu le bonheur de le connaitre ainsi que tous les autres membres dans le cadre du projet « Traces, désir de savoir… ». J’ai eu le bonheur aussi de partager avec lui quelques moments à l’occasion de sa venue à Constantine en avril 2009. Je me souviens qu’il nous avait fait une belle présentation de son travail. Durant son séjour, nous avions tous les deux visité le cimetière où il voulait s’attarder un peu malgré la pluie. Il avait été bien mouillé mais il était ému. Cela m’avait frappée ! Je m’inquiétais parce j’avais peur qu’il ne tombe malade mais il me disait de ne pas m’en faire, qu’il était bien…

Je ne connais pas son épouse et j’ai vu son fils grâce à une photo… J’aimerais présenter ici mes condoléances à son épouse et à sa famille.

Loïc Le Pape, jeune chercheur

François Masure était l’un des « jeunes chercheurs » dans le programme de recherche FSP « Traces, désir de savoir et volonté d’être » conduit par Fanny Colonna. C’est au sein de ce programme que nous nous sommes connus, et que nous avons échangé, avec d’autres, en toute amitié.

François avait un esprit vif, et était attentif aux détails dans ses observations, ses écrits et ses remarques. Une telle attitude nous fut précieuse dans le travail collectif.

Mais ce sont dans les moments « à côté », en dehors des séances de travail, au cours d’une visite ou lors d’un repas que j’ai le plus apprécié sa personnalité. Nous avons parlé de nos vies quotidiennes, échangé autour de nos situations professionnelles précaires, moqué des perspectives peu encourageantes. Tous deux jeunes papas, nous avions partagés nos bonheurs, nos organisations familiales et la joie de pouvoir s’occuper de nos enfants. Nous riions de l’écart entre nos vies familiales intensément vécues et nos espoirs professionnels, réels mais ténus.

Ce sont ces moments d’échanges, de connivence et de partage que je retiendrai de François.

Daniela Melfa, Université de Catane (Italie)

Je n’ai eu de contact avec François Masure que dans le cadre du projet Traces, désir de savoir et volonté d’être, mais je garde un très bon souvenir de son esprit perspicace et son attitude calme.

L’image que je retiens de lui nous voit assis dans un café du port de Catane à bavarder tranquillement sous le soleil.

Si vous connaissiez François et que vous avez envie de témoigner ici, n’hésitez pas à me contacter, j’insèrerai vos messages dans le billet.

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Journée d’étude : religion et globalisation, perspectives critiques

Interfaith by vaXzine on Flickr
Interfaith by vaXzine on Flickr

Le titre de cette journée d’étude peut faire peur ! En effet, religion et globalisation sont des termes foisonnants, compliqués à définir, si bien que toute tentative d’analyse en une journée s’avèrerait vaine ! Pourtant, les organisateurs ont préparé un programme bien pensé, équilibré et alléchant. À la lecture du programme on s’aperçoit que les organisateurs ont voulu aborder à la fois la confrontation avec ces concepts impossibles (S. Romi Mukherjee, L. Obadia et J. García-Ruiz le matin) mais en les ancrant dans des « terrains », des analyses contextualisées (A. Capelle-Pogacean, A. Le Renard et M. Haddad l’après midi). Cette journée s’annonce donc riche en débats, entre « méga-concepts » et analysées localisées. Les pistes qui seront retenues dans la synthèse des travaux seront sans doute précieuses à tous.

Début de la présentation de la journée : « Le « monde global » est souvent présenté comme lié à ce qui a été appelé le « retour de la religion ». En effet, beaucoup célèbrent dans ce que l’ont peut désigner comme l’écoumène mondial la véritable fin des Lumières, théorisant le terrain social contemporain comme radicalement post-laïque. Ce colloque se donne pour objectif un débat critique tant de la religion que de la globalisation afin d’examiner de quelle manière les appels au transcendant servent aujourd’hui encore à naturaliser les hiérarchies sociales, à revenir sur les avancées du sécularisme et à bloquer l’émergence de nouvelles micro-politiques et modes de résistance… »

Lire la suite, et le programme détaillé de la journée sur Calenda, le calendrier des sciences sociales

Temps de rédaction du billet : 30 min.

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Colloques : accommodements raisonnables et sécularisation

Deux colloques qui vont avoir lieu bientôt peuvent nous forcer à regarder ce qui se fait ailleurs en matière d’organisation et de gestion des cultes par les pouvoirs publics. Ces deux manifestations, liées en partie, proposent en fait de questionner à nouveau le « moment » dans lequel nous vivons, autour de la question, centrale dans ce carnet, des liens entre religion et politique.

Partir du concret : les accommodements

La première journée d’études aura lieu à l’Université Libre de Bruxelles, jeudi 26 avril 2012. Elle porte sur une comparaison des contextes juridiques, sociaux et politique à propos de la question d’accommodement raisonnable de la religion, en Belgique et au Canada. Voir le détail de l’annonce sur Calenda, le calendrier des sciences sociales.

L’accommodement raisonnable de la religion est un mode de gestion des revendications religieuses qui vise à « accommoder » les croyants, dans la limite du raisonnable et en prenant en compte les intérêts de la structure (entreprise, administration, État etc.). Il s’agit clairement d’une démarche positive, visant à respecter au maximum la liberté de conscience des individus en favorisant des compromis au sein de l’institution. Cette notion, héritée du droit du travail, a été reprise par la Cour suprême canadienne en 1985 (Voir la définition de Wikipédia, ainsi qu’un précédent billet sur le sujet).

Cette notion et ses applications a crée de nombreuses controverses. Dans la présentation de la journée, les organisateurs insistent clairement sur la pertinence (ou pas) d’appliquer le modèle des accommodements raisonnables de la religion à d’autres espaces (que le Québec). L’intérêt d’une telle journée est de mobiliser des chercheurs qui travaillent sur des exemples précis d’accommodements afin de discuter précisément de ce qui change et ce qui ne change pas, des conséquences et débats de tels accommodements. À première vue, peu de communications semblent prendre au mot la question du terrain et des pratiques, à l’exception de celle présentée par Ilke Adam et Andrea Rea à propos des pratiques d’accommodements sur les lieux de travail. C’est pourtant par une approche concrète des réalités du terrain que sera évaluée cette notion d’accommodement. Nul doute que les débats seront intenses sur de telles questions.

Re-penser la sécularisation

La seconde journée d’étude s’éloigne beaucoup du terrain et de l’observation des pratiques. C’est une journée autour de Charles Taylor, philosophe canadien, dont j’ai déjà parlé dans ce carnet et dont j’ai présenté une note de lecture. Là aussi, le programme est disponible sur Calenda.

Charles Taylor a publié en 2007 un livre intitulé A Secular Age, traduit en 2011 en français sous le titre l’Âge séculier (Seuil). L’idée de Taylor est de questionner la place de la religion dans un monde où l’incroyance est devenue la règle et dans lequel les religions n’ont théoriquement plus beaucoup d’importance. Dans le champ des sciences sociales, il s’agit d’examiner à nouveau le paradigme de la sécularisation (la perte d’influence du religieux sur l’organisation sociale et politique d’un État).

Largement dominante dans les années 60s et 70s pour expliquer à la fois le recul des normes religieuses sur les comportements individuels et la prolifération de « nouveaux mouvements religieux », cette notion a ensuite été quasi-abandonnée. Certains de ses théoriciens, dont Peter Berger, ont même reconnus s’être trompés en partie à propos de la sécularisation. L’inconvénient principal de la notion / paradigme est d’être tellement vaste qu’on peut y faire tenir tout et n’importe quoi. Elle reste cependant centrale, me semble-t-il si on l’utilise dans une perspective historique. Et Charles Taylor, dans un ouvrage de 900 pages en fait une relecture historique très intéressante, parfois discutable, mais toujours extrêmement stimulante.

On constate à la lecture du programme de la journée que toutes les stars de la sociologie et de la philosophie politique viendront discuter de l’ouvrage : Olivier Roy, Émile Poulat, Olivier Abel, Marcel Gauchet ou Philippe Portier). Je serais également à la journée pour écouter toutes ces stars, mais surtout pour essayer de trouver les moyens de faire le lien entre ces deux journées : est-il possible d’observer sociologiquement des pratiques ou des controverses qui pourraient préciser des aspects de cette notion très vague qu’est la sécularisation ? J’en suis persuadé, et j’espère bien trouver davantage d’arguments capables de convaincre des commissions de spécialistes…

  • Les rapports entre religion et politique, et plus précisément la gestion politique du religieux est un thème en commun de ces journées. C’est également le thème de l’ouvrage Laïcité et liberté de conscience, dont j’ai cité la note de lecture que j’en ai faite). L’un des co-auteurs, Jocelyn Maclure viendra conclure la première journée, tandis que le second, Charles Taylor, sera le centre de la seconde.
  • Pour aller plus loin, le programme du colloque (fichier PDF) qui s’est tenu à Montréal pour célébrer les 80 ans de Charles Taylor ! Happy birthday !
Temps de rédaction du billet : 2h.

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La conversion des femmes à l’islam en France

Dans le cadre d’une formation organisée par l’Institut d’études de l’islam et des sociétés des mondes musulmans (IISMM, Paris), j’ai donné récemment une conférence sur le thème des conversions féminines à l’islam en France.

Voici le support de la conférence. J’ai insisté sur plusieurs aspects liés aux conversions. En résumé :

  • Les conversions s’inscrivent dans un processus d’intéraction : on peut parler de conversions relationnelles
  • La conversion suppose de la part du converti des compétences pour répondre à des sollicitations et présenter des justifications
  • Dans le cadre de ces conversions, la question du statut de la femme et celle de la perception de l’islam doivent être prises en compte de manière impérative
  • Enfin, les conversions à l’islam doivent être rapportées au contexte dans lequel elles se déroulent. En France aujourd’hui, l’islam (et ceux qui s’y convertissent) suscitent nombre de controverses, idées reçues et oppositions qui n’ont que peu à voir avec la « religion » (et beaucoup à voir avec une histoire coloniale, un contexte international post 11 septembre et un champ politique atrophié).

Après avoir parcouru le document, vous pourrez entamer la lecture de l’ouvrage de Franck Frommer, La pensée Powerpoint. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide.
P.S. : par expérience, en tant que support de cours ou de conférence, le ppt est quand-même appréciable, tant pour l’auditoire que le conférencier…

La conversion des femmes à l’islam en France

View more presentations from LP Loïc.
Temps de rédaction du billet : 30 min

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Colloque : les protestants en France, une famille recomposée

Il y a quelques semaines, je signalais un colloque proposant un état des lieux du judaïsme en France. Et bien le colloque signalé aujourd’hui propose exactement la même chose à propos des protestantismes.

Affiche du colloque Protestantismes

Ce colloque est organisé par le GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités) avec l’appui de l’IESR (Institut européen en sciences des religions), sous le patronage de la FPF (Fédération Protestante de France). Il aura lieu à Paris du 18 au 20 novembre 2010 dans l’Amphithéâtre « Bourgogne » (8 rue d’Athènes, 75009 Paris). Au vu des spécialistes qui vont intervenir, les débats promettent d’être studieux et intéressants. Ce n’est pas moins de 23 intervenants qui prendront la parole durant trois jours, tous universitaires et spécialistes de la question.

Un tel colloque est bienvenu pour deux raisons qui m’apparaissent essentielles :

  1. Il permet en effet de proposer une lecture sereine des tendances, parfois contradictoires, qui traversent le paysage protestant en France aujourd’hui. Ces frictions entre courants, dont la plus visible est l’opposition réformés – évangéliques, provoquent des remous à répétitions dans la Fédération Protestante de France et se retrouvent également au niveau local à propos de locaux ou de représentation de la communauté. (Voir pour information une série d’articles connexes et notamment une  interview de J.-P. Willaime en 2009 (Le Monde) et un article de C. Hoyeau (La Croix) en 2010). Le colloque pourrait nuancer en partie cette affirmation un peu tranchée, sans pour autant nier ces oppositions, que les organisateurs ont appelé le kaléidoscope protestant.
  2. La seconde raison du probable succès de ce colloque est la forte demande de connaissances scientifiques (notamment historiques et théologiques puis sociologiques) du public et des journalistes sur les églises protestantes évangéliques qui mobilisent de plus en plus de fidèles. Or ces églises sont si diverses dans leurs origines, leurs dogmes, dans le recrutement de nouveaux convertis qu’il me semble bienvenu d’en parler dans un colloque ouvert au public. Je me permets de signaler à ce propos l’ouvrage de Sébastien Fath, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005 , (Genève : Lion et Fpostent/htt ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005 , llanti.goouem>unelantia> =Z2dufS4Sdy8Cen 20lpg=PPen-fraots=OUviztaojBen 20dq=Dupot Francpotaupot-2005/dp/28.potL&rs0 , (Genève : rs0tto au réseau. Le prrs0enrs0010 daen 20pg=PPe#v=ononvgeen 20qen 20f=fal//p>Goouemu dntiseautand&rsues,ref="hques://d tous.

    -r%C3%A9seau-prsues,aut//we luveaco-.
  3. Lstanifiques (nde la parole représenta235">état des lieuet ggéeC3%A9seg-ie.hersotnt hartic">’ac-et guluvseau.s extrêmement sti,ref d&r-A conversiormetrofêtsreprésentars onath, .