Archives de catégorie : Moyen-Orient

Les non-jeûneurs, stars du mois de Ramadan au Maghreb

Depuis plusieurs années je suis régulièrement contacté par des journalistes lors du mois de Ramadan pour parler des non-jeûneurs, ces personnes qui refusent de pratiquer le jeûne sacré lors du mois de Ramadan. C’était jusqu’à présent ma seule façon de mesurer l’impact des non-jeûneurs au Maghreb: si le sujet était abordé dans la presse, si des personnes étaient condamnées, j’allais être contacté (alors que je ne suis pas spécialiste…). Or cette année, j’ai l’impression d’un changement assez notable, celui de la contestation généralisée au Maghreb, d’une façon explicitement juridique, au nom des libertés fondamentales garanties par les nouvelles Constitutions.

Une question juridique devenue politique au Maroc en 2009

C’est le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI), né sur les réseaux sociaux qui a mis le feu aux poudres : l’organisation d’un dé-jeûner en septembre 2009 dans la forêt de Mohammedia, une ville située entre Rabat et Casablanca. L’organisation a tourné court et les militants ont été arrêtés immédiatement, certains condamnés, d’autres subissant la pression des services de sécurité.

Au Maroc, l’article222 du Code pénal marocain stipule que quiconque « notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion » est passible d’une amende et d’un condamnation à de la prison.

En Algérie, il n’y a pas de législation spécifique sur le respect du jeûne, tout comme en Tunisie. Juridiquement donc, rien n’oblige  un musulman à jeûner lors du mois de Ramadan. On voit pourtant depuis des années une pression sociale de plus en plus forte sur les non-jeûneurs, la fermeture des cafés et restaurants dans la journée et des pressions sur ceux qui restent ouverts.

En Algérie, la contestation Kabyle

Chaque année des non-jeûneurs sont arrêtés et parfois condamnés, comme en 2010 et en 2013 (ainsi que le rapporte Le Monde Afrique). Cela dépend beaucoup des appréciations des juges et certains tribunaux sont connus pour leur intransigeance. Les motifs de condamnation se fondent sur le respect des préceptes de l’islam, qui est la religion de l’État (Article 2 de la Constitution). L’article 144 bis du code pénal algérien autorise la condamnation de « quiconque offense le Prophète et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme et les préceptes de l’islam ».

De bons plats maison pour se restaurer by Nejma Rondeleux on Flick.com (CC BY-NC-ND 2.0)
De bons plats maison pour se restaurer by Nejma Rondeleux on Flick.com (CC BY-NC-ND 2.0)

En Algérie la contestation est menée ouvertement en Kabylie, une région historiquement frondeuse. C’est pourquoi les médias (et les chercheurs) se focalisent sur cette région, alors que la question des non-jeûneurs est une question nationale. Il y a sans doute beaucoup de provocations dans ces manifestations (et le lien aux mouvements autonomistes Kabyles est avéré), mais ces manifestants exigent la « protection des libertés fondamentales du citoyen » par les institutions, tel que prévu dans l’article 9 de la Constitution.

Enfin le non-respect du jeûne est aussi porté par des chrétiens algériens qui refusent une application trop extensive d’une règle religieuse dans un pays qui n’a pas véritablement conscience de son pluralisme religieux.

En Tunisie, le collectif Mouch Bessif en 2017

En Tunisie également chaque période de Ramadan voit son lot d’arrestations et de condamnations, souvent cassées en deuxième instance. 2017 ne fait pas exception à la règle, et c’est à Bizerte (Nord) que quatre jeunes hommes ont été condamnés en vertu de l’article 226 b du Code pénal tunisien: « Est puni de six mois d’emprisonnement et d’une amende de mille dinars quiconque porte publiquement atteinte aux bonnes mœurs ou à la morale publique par le geste ou la parole ou gène intentionnellement autrui d’une façon qui porte atteinte à la pudeur ». En se basant sur l’atteinte à la pudeur, le juge du tribunal de Bizerte semble avoir considéré une version extensive de l’article 226bis.

DSC05259 by karim76 on Flickr.com (CC BY-NC-SA 2.0)
DSC05259 by karim76 on Flickr.com (CC BY-NC-SA 2.0)

C’est en réaction à cette condamnation que le collectif #Mouch_Bessif (pas contre notre volonté), lancé lui aussi via les réseaux sociaux, a manifesté sur l’avenue Bourguiba à Tunis (voir l’article de T. Brésillon dans La Croix et celui de l’équipe du Monde Afrique). De la même façon qu’au Maroc et en Algérie, les manifestants demandent le respect des libertés individuelles, garantie par la nouvelle Constitution de 2014. Si l’islam est la religion de l’État tunisien (article 1), la Tunisie est un État civil (art 2) et « l’État garantit la liberté de croyance, de conscience et l’exercice des cultes » (art 6).

On voit donc que dans chacun des pays du Maghreb la contestation est menée juridiquement par la défense des libertés fondamentales contre des lectures extensives d’articles des codes pénaux. La question politique sous-jacente est celle de la pluralisation des sociétés du Maghreb et du lien à l’islam (religion de plus de 90% de la population). L’une des questions sociologique est celle de l’ouverture d’espaces politiques alternatifs et de leur accès à la sphère publique et médiatique.

On peut constater la progression depuis 20 ans d’une forte adhésion populaire et considérer le mois de Ramadan comme un élément central de la culture religieuse ET sociale au Maghreb. A titre de comparaison le constat est le même (en plus détaillé) dans le récent livre de F. Georgeon sur le Ramadan à Istanbul). D’autres dénoncent l’imposition d’une chape de plomb un peu plus forte chaque année portée par les groupes conservateurs et par des prédicateurs salafistes. La question est moins celle du « retour du religieux » que de l’ouverture d’un espace politique pluraliste, revendiquant non seulement le non respect de règles religieuses dans l’espace public, mais au delà une dissociation de l’État et de la religion sur les conduites individuelles.

La lecture française et européenne du phénomène des non-jeûneurs se fait selon deux points de vue opposés. D’une part une lecture alarmiste qui constate la mainmise du religieux sur l’espace public et qui note l’augmentation des pratiques religieuses lors du mois de Ramadan, encouragées (ou déterminées?) par l’importance de groupes conservateurs dans l’espace public. Une autre lecture (qui est la mienne) consiste à porter attention à l’ouverture d’espaces politiques de contestation, s’appuyant sur des revendications juridiques de reconnaissance du pluralisme politique et religieux. Une autre façon de penser la sécularisation au Maghreb.

Pour aller plus loin : lire l’article de Stéphane Papi dans l’Année du Maghreb (2016) : « Les fattara du ramadhân au Maghreb ou l’hétéropraxie religieuse au prisme des normes sociales et juridiques« .

(image à la Une : Bon ramadan à tous 🌙💞 by Lamia A on Flick.com (CC BY-NC-ND 2.0)).

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les politiques publiques du religieux et la Tunisie post-révolutionnaire

photocolloqueJ’ai participé à un colloque à l’IEP d’Aix-en-Provence qui venait questionner le religieux avec les outils des l’analyse des politiques publiques. Le titre du colloque était : « peut-on parler de politiques publiques religieuses en Europe et dans le bassin méditerranéen ? ». (Attention spoiler : la réponse est oui.)

Franck Frégosi (ses publications en PDF) dans son intervention préliminaire a défini la politique publique religieuse comme un « programme d’action publique ayant pour objet la régulation du fait religieux ». Un grand spécialiste des politiques publiques, Jean-Pierre Gaudin, nous a pourtant averti : de l’action publique qui régule des choses qui touchent au religieux, on en a depuis longtemps (songeons aux sonneries des cloches dans les campagnes…). Sont-ce pour autant de véritables politiques publiques religieuses ?

En fait, nombre des participants au colloque n’étaient pas spécifiquement des spécialistes des politiques publiques et c’est sans doute ce qui a fait la force du colloque, puisque nous nous sommes frottés à cette littérature sans en maitriser tous les codes. Nous avons bénéficié de l’aide de chercheurs qui s’étaient déjà plongés dans ces politiques publiques religieuses (Claire de Galembert et Céline Béraud, François Foret, Corinne Torrekens notamment).

J’ai pour ma part essayé de parler de la situation tunisienne, en insistant sur deux aspects de l’action publique : la gestion au quotidien d’une période transitoire (dans laquelle il n’y a pas d’évolution de l’action publique) et un temps plus long, celui de la rédaction de la nouvelle constitution, où l’action publique aurait pu être audacieuse. J’ai voulu montrer qu’un contexte troublé, parfois violent (une situation post-révolutionnaire en somme !), ainsi que les calculs politiques des élus de la Constituante ont abouti à un statu quo qui est venu « sanctuariser » l’article 1 de la constitution (mais il y a beaucoup à dire de l’article 6 me faisait remarquer Anna Grasso, merci à elle).

J’ai utilisé pour la première fois Prezi, une nouvelle façon de présenter ses conférences. C’est beau, ça en jette même, mais attention : il faut du temps pour maitriser l’outil et il ne faut pas perdre de vue que ce n’est qu’un support, pas une façon de penser !!

Voir le programme complet (en PDF) du colloque.

Scoop : il se pourrait que les communications de ces deux journées soient publiées. Dans une prestigieuse revue, accessible en ligne :

AnnalesProvence
AnnalesProvence
Et merci à l’équipe du CHERPA pour l’organisation !

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Jihad syrien en interviews : un combat connecté

halfofJihadisMedia
Half of Jihad is Media (sur un Tumblr de combattant)

Depuis quelques semaines on a vu surgir plusieurs témoignages de jeunes hommes partis combattre en Syrie (voir ici, et encore pour les plus récents et aussi ici et pour des témoignages plus anciens). Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Président de la République s’est même ému du départ de 700 jeunes français en Syrie, tandis que quelques heures plus tard, le ministère de l’Intérieur ramenait ce chiffre à 200. Dans chacune des capitales européennes a lieu ce comptage approximatif, ces tentatives d’infiltration et de détection des réseaux, et surtout des négociations avec les services spéciaux syriens pour tenter d’identifier les jeunes combattants étrangers.

Qu’ils soient 200 ou 700 français, 200 britanniques et 150 belges, ce que nous apprennent tous ces témoignages c’est d’abord qu’il s’agit d’un combat connecté dans lequel on ne voit pas vraiment la guerre. D’autre part, ces pratiques témoignent davantage d’habitudes numériques que d’une volonté de penser la guerre.  Ces expositions sur les réseaux sociaux et dans des interviews sont surtout la continuité d’usages plus que la mise en scène d’une guerre qu’on ne voit pas.

Un « combat connecté »

Sous cette expression, qui n’est peut-être pas la plus heureuse, je veux montrer que ces combattants, dit jihadistes, manient sans doute mieux le pavé tactile que la kalash. Contrairement à ce que l’on peut imaginer d’un espace en guerre, les communications internationales ne sont pas coupées, les accès au réseau sont rares mais existent et permettent à ces jeunes étrangers de communiquer avec leurs familles, de poster des vidéos et des photos, et de raconter leurs vies. Quasi en temps réel.

On ne voit pas la guerre et les combats

En plus des communications directes avec familles et amis (via des échanges téléphoniques, des emails voire même via Skype, que nous ne pouvons pas détecter), ces jeunes combattants nous livrent aussi le témoignage de leurs faits d’armes via les réseaux sociaux. Sont ainsi privilégiés Facebook, twitter, mais également Tumblr et Youtube. On ne voit pour ainsi dire jamais la guerre, ni les combats. On y voit parfois le résultat (les cadavres des martyrs), mais bien plus souvent les entrainements au milieu des oliviers, des bannières animées, des photos d’armes ou de maisons investies par les combattants. Et même des chats. On y voit aussi beaucoup d’auto-portraits (des selfies jihadistes en somme).

Ces témoignages directs et ces interviews ne changent pas fondamentalement la façon dont on perçoit cette guerre. D’abord les jeunes combattants sont soumis à des entrainements et des sélections avant de pouvoir aller au front, avant de se battre pour de vrai. S’ils arrivent massivement par la Turquie, il leur faut encore rejoindre les combats, et s’habituer à un pays qu’ils ne connaissent pas (et sans doute à des façons de vivre vraiment différentes). Pour les plus radicaux, il faut aussi apprendre les rudiments de l’orthodoxie jihadiste, les prières et invocations diverses. Bref, il faut s’habituer à la discrétion, au maniement des armes, à la religion et aux comportements pieux. Ce qui fait beaucoup, et qui laisse du temps, loin des combats, pour les témoignages numériques.

Tout ces témoignages sont évidemment repris par les journaux occidentaux, trop contents de pouvoir illustrer une guerre par des images qui ne montrent pas la guerre. L’exemple le plus abouti est celui de ce jeune hollandais qui a accepté d’être filmé et qui témoigne régulièrement sur son tumblr (qui se fait souvent fermer, d’où l’enregistrement sauvage des photos) en postant des immeubles dévastés, encore des enfantsencore des chats et des armes et même des couchers de soleil syriens.

Je reproduis d’ailleurs ci-dessus une de ses photos qui me semble particulièrement éclairante : le pistolet, le smartphone et sa légende : « half of Jihad is media« .

La continuité d’usages numériques

De quoi ces images témoignent ? D’abord d’une génération bercée à l’internet et à la communication, qui, dans des choix individuels paroxystiques (aller combattre, risquer sa vie), reste fermement attachée aux réseaux sociaux, au témoignage et à l’illustration. Il faut moins y voir une volonté de témoigner pour « recruter » mais la continuité d’usages numériques, une habitude du récit de soi et de l’illustration, qui se poursuit dans un contexte extrêmement violent.

C’est peut-être une des choses les plus surprenantes dans ces témoignages : la façon dont ces jeunes parlent de leur quotidien, des menus plaisirs qu’ils trouvent, des choses qui les surprennent et les amusent face à l’enjeu principal de leur voyage : le combat et la possibilité de la mort. Évidemment, il doit y avoir des choses qui ne leur plaisent pas, des incompréhensions et des humiliations, mais de cela ils ne témoigneront pas.

Parce que c’est aussi, sans doute, une façon de « maintenir le lien » (une notion que je défend à propos de la conversion religieuse) avec des amis, une famille, bref un contexte d’interconnaissances qu’il est dur de quitter pour une nouvelle vie où l’on peut mourir. On témoigne ainsi de ce qu’on voit (essentiellement des armes, des pick-up, des zones de conflits et d’autres jihadistes), on se met en scène en se photographiant (les fameux selfies), on trompe l’ennui et sans doute l’attente. Ce maintien du lien, en partageant ce que l’on aime et ce que l’on fait, vient également montrer que les choix sont irrévocables, et que la décision contestée est individuelle et définitive. On voit du coup à travers ces bribes de vies jihadistes des moments surprenants et relativement peu de morts.

Qui intéressent tout le monde

Évidemment, certaines interviews et témoignages ressemblent aussi à des publicités (les réseaux sociaux deviennent des armes), à des appels à rejoindre les combattants islamistes. C’est d’ailleurs parfois explicitement évoqué : venez en Syrie, c’est facile (d’y aller) et on y est bien… Reste que la logistique est compliqué à mettre en place et la décision de partir encore plus dure à prendre. Il est cependant clair que ces morceaux de vies combattantes sont repris par les sites islamistes pour se faire de la publicité.

Évidemment, nous imaginons sans peine tout l’intérêt de ces témoignages pour les services secrets de chacun des pays européens. Ils doivent être rivés eux-aussi à ces comptes twitter et instagram (ou autres), pour identifier, localiser, reconstituer des parcours et des filières. Les combattants le savent aussi et en jouent…

A nous chercheurs, ces témoignages permettent de suivre les évolutions politiques au plus près du terrain : la compétition féroce entre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et le groupe Jabhat al Nosra dans le leadership sur la région, dans l’affiliation à al-Qaïda, dans la progression même des combattants dans telle ou telle ville (pour cela le compte twitter et le travail de Romain Caillet est irremplaçable).

File:Flag of Jabhat al-Nusra.jpg
Bannière du groupe Jabhat al Nusra (Wikipedia)

En conclusion un mot sur la façon dont ces témoignages sortent. Ce sont souvent des interconnaissances ou des liens, qui font qu’un journaliste connaît, ou arrive à approcher l’un des combattants : ce fut le cas pour le témoignage rapporté par Charlotte Boitiaux (voir également la façon dont elle parle de leur relation) et également pour le témoignage rapporté par Johann Prod’homme. Ce ne sont que des témoignages via facebook, par email, au mieux par téléphone. Dans le cas du jeune hollandais, que je trouve vraiment très intéressant, le journaliste assure lui avoir parlé tous les jours pendant huit mois avant de pouvoir aller le voir. Contre l’immédiateté de leurs vies numériques, étalées à ceux qui veulent bien le partager, le témoignage direct est donc extrêmement rare et délicat. En Syrie comme ailleurs, on peut donc se raconter numériquement, livrer des bribes de sa vie, mais pas forcément se livrer entièrement. C’est aussi ça la guerre.

Loïc Le Pape

Maître de conférence – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter