Twittering Tweets Mural - Cute couple of birds in a mural along a parking lot wall near Mercer Mortuary, central Phoenix. This reminds me of Twitter, the popular social media website.

Quitter Twitter, et garder l’espoir d’un usage académique des réseaux sociaux

Quand je me suis inscrit sur twitter, j’avais fini ma thèse de doctorat, j’étais jeune chercheur précaire et j’étais dans une démarche « d’empowerment numérique ». L’idée était de prendre au sérieux nos identités numériques et d’investir les réseaux sociaux qui existaient à l’époque : Facebook, Twitter, Academia pour nous faire connaître professionnellement et prendre les rênes de ce que le web allait faire de nous. C’était donc il y a bien longtemps (aka en 2008). Mes usages se sont modifiés au fil du temps : j’ai beaucoup plus utilisé Twitter pour ma vie professionnelle, privilégié Facebook pour les collègues et ami.e.s, et j’ai abandonné progressivement Academia (sans pour autant supprimer mon compte) au profil de HAL-SHS[1].

Cela n’aurait pas de sens de raconter mon histoire et mon rapport à Twitter, mais en revanche je voudrais montrer dans ce billet comment j’ai pu utiliser le réseau à des fins majoritairement académiques. En gros, Twitter m’a permis de développer 4 aspects qui correspondent plus ou moins à ce qu’on peut faire au quotidien dans l’enseignement supérieur et la recherche.

  • Réseauter, se faire connaître, diffuser ses recherches
  • Mettre en place une veille scientifique extrêmement performante
  • Faire de la recherche
  • Plonger avec délice dans les abîmes des réseaux sociaux (#MyStudents).

L’identité numérique

La première utilisation de Twitter a été de me « faire connaître ». Je ne suis pas célèbre (2700 abonnés), mais je sais que je suis lu, parfois attentivement. La dimension publique du réseau m’a permis de tenir le compte de mes différentes affiliations (chercheur précaire, post-doc, re post-doc etc.). Twitter permet de regrouper dans un seul espace les étapes de sa vie académique sans dépendre de nos tutelles, universités, départements et UFR etc. On peut changer de fac, de boulot, d’activité et garder au même endroit la trace et le témoignage de nos activités scientifiques.

"Twitter Follower Mosaic" by joelaz is licensed under CC BY-NC-ND 2.0.
“Twitter Follower Mosaic” by joelaz is licensed under CC BY-NC-ND 2.0.

J’ai utilisé Twitter pour signaler mes publications, mes activités scientifiques (participation à des colloques, journées d’études etc.). J’ai eu des échanges nombreux sur mes publications, mes interventions médiatiques, des retours parfois précieux, et rarement critiques ou injurieux. Quand j’ai été recruté à l’Université, j’ai pu partager les infos de la fac et de mon département.

Pour me repérer dans le flux de twitter (je suis +/- 3500 comptes), j’ai utilisé les listes. D’abord en faisant un détournement : j’ai une liste non publique (intitulée Myprefs, 980 comptes) qui vient seconder le flux de « tous mes abonnements ». Quand je suis connecté, je jette un œil discret sur le flux général des 3500 comptes, mais je suis beaucoup plus attentif aux +/- 1000 comptes de ma liste préférée. C’est un twitter à deux vitesses si l’on veut. Et mes collègues, proches, comptes préférés, sources d’infos les plus utiles et les plus utilisées sont logiquement dans cette liste : c’est le cœur de mon utilisation de twitter.

J’ai ensuite essayé de classer en fonction des « mondes sociaux » qui correspondent à autant de parties de ma carrière académique. La liste Web&Edition&etc regroupe à la base le réseau des humanités numériques et de l’édition électronique puis progressivement l’environnement éditorial de la recherche (et elle est très incomplète, toutes mes listes sont incomplètes). Dans ces listes il y a des classements géographiques (Paris, Marseille, Tunisie, Algérie, MiddleEast) ; thématiques (Rad/Derad pour radicalisation et déradicalisation ; Sounds pour la musique) ou professionnels (Anthropology, psys ou journalists). La liste fourre-tout c’est Universities qui regroupe les collègues, les étudiants et les institutions.

Ce classement par liste me permet d’organiser l’information et surtout, pour moi, de retrouver la personne ou le tweet que j’ai vu passer et que je souhaite retrouver.

La veille scientifique

Parce que je fréquentais un peu le milieu des humanités numériques et de l’édition électronique qui a massivement investi Twitter dès le début, ma veille scientifique est très vite passée via ce réseau.

Ce qui m’a intéressé sur Twitter c’est que c’est une veille élargie et contextualisée. Si l’on prend l’exemple de l’objet central de notre profession – la publication scientifique, on s’aperçoit qu’elles sont signalées certes, mais qu’elles sont aussi discutées, les arguments y sont décortiqués, les résultats comparés avec d’autres auteurs et/ou textes. Je pense notamment à des collègues qui lisent des textes et en font des threads, avec des copies d’écran, qui soulignent des points d’accord et de désaccords (j’ai même parfois retrouvé des threads dans des travaux d’étudiants…). Je ne suis pas angélique : des travaux scientifiques y sont aussi expédiés, jugés, déconsidérés parfois avec hargne et malveillance. Mais en suivant les bons comptes, on s’aperçoit que des thématiques y sont hyper investies (par exemple les études de genre ou les débats post-coloniaux) et que les informations y sont pointues, les débats suivis et enrichissants.

Ce qui m’a intéressé avec Twitter c’est la richesse de la veille. Les listes de diffusion sont souvent disciplinaires (l’Ancmsp pour la science politique ; Ases pour la sociologie ; doc-post-doc-ethno pour l’anthropo etc.) tandis que sur Twitter en suivant les publications de collègues issus de diverses disciplines on arrive à une veille pluridisciplinaire de qualité. Par richesse, j’entends aussi la question de l’interaction : les journées d’études, colloques, soutenances de thèses peuvent être live-twittées, commentées en direct et j’ai pu assister à des débats anonymes extrêmement riches.

Pour conclure sur ce deuxième point, je dirai que ma veille scientifique s’est trouvée plus étoffée, plus diversifiée et plus interactive que les outils classiques (newsletters, listes de diffusion, et flux RSS).

Faire de la recherche avec Twitter

J’ai pu également faire de la recherche avec Twitter. Je vais donner un exemple précis. Mais avant de développer mon protocole de recherche, il faut aussi souligner que Twitter permet d’entrer en contact avec des gens, des inconnu.e.s anonymes qui partagent des centres d’intérêt. J’ai par exemple échangé avec des converti.e.s dans chacune des religions que j’étudie, et cela à plusieurs reprises. Je n’ai jamais poussé à proposer des entretiens en face à face, mais cela aurait été tout à fait possible.

Couverture de l'ouvrage Prosélytismes (CNRS Editions)
Couverture de l’ouvrage Prosélytismes (CNRS Editions)

La recherche dont je voudrais parler concerne les jihadistes français partis en Syrie et en Irak en 2012, 2013. (C’est publié ici) Il faut un tout petit peu contextualiser : j’étais chercheur à mi-temps, employé par ailleurs et je n’avais pas le temps, la possibilité et l’énergie de lancer de nouvelles recherches. Or, l’arrivée des premiers combattants en Syrie post-2011 s’est accompagné de leurs témoignages quasi en direct sur les réseaux sociaux. A cette époque de jeunes hommes (quelques femmes mais plus rares) partaient de France et arrivaient en Syrie (via la Turquie) avec leurs seuls bagages et leurs téléphones portables, et avaient les mêmes usages numériques qu’au moment de leur départ. J’ai donc été le témoin, avec d’autres (je pense notamment à David Thompson ou Romain Caillet), de cette « génération jihad » qui arrive en Syrie en pleine guerre (et qui va vite déchanter). Pour mener à bien cette recherche, je n’ai rien fait d’autre que suivre des comptes de jihadistes, de me tenir au courant de leurs témoignages et de réfléchir à ce qu’ils et elles montraient de leur quotidien. J’ai dû jouer avec Twitter et les fermetures de comptes récurrentes. Je n’ai eu aucune interaction avec ces jihadistes car je ne savais pas comment trouver une position épistémologique et méthodologique acceptable. Je n’ai donc fait qu’observer. Et la seule fois où un supposé jihadiste m’a dit en message privé « t ki toi ? », j’ai répondu que j’étais chercheur, sans opérer de relance. Cette recherche en utilisant Twitter de manière tout à fait artisanale a donc été cantonnée à une observation des témoignages disponibles sur les réseaux sociaux. Toutes ces données sont désormais disparues, les comptes supprimés. Je les avais regroupés dans une liste Syria, qui a compté près de 200 comptes de jihadistes francophones et anglophones et qui ne comporte aujourd’hui que des spécialistes et analystes du jihad. J’en avais sauvegardé quelques-unes sur mon ordinateur, j’avais aussi demandé à Archive.org d’archiver quelques comptes, mais les données ont été supprimées.

Twitter by Greg Casperson on Flickr
Twitter by Greg Casperson on Flickr

Aujourd’hui la monétisation de Twitter a amené à des choix techniques qui réduisent les possibilités de recherche : fermer les API, dissuader puis interdire le moissonnage de tweets et de comptes etc. Une partie des collègues qui faisaient de Twitter un objet d’étude bien plus sérieusement que je l’ai fait (je pense à Frédéric Clavert, Julien Boyadjian ou Etienne Ollion, mais y’en a plein d’autres) ont été obligés d’abandonner leurs travaux à partir de Twitter[2]. C’est vraiment dommage car l’outil a pris une place extraordinaire dans le débat public et politique, mais c’est un risque qui nous pendait au nez.

Je terminerai ce point en soulignant que je donne toujours à lire à mes étudiant.e.s des textes scientifiques qui détaillent des recherches menées par l’observation des réseaux sociaux et notamment de Twitter. Je ne me fais pas de soucis : il y aura toujours des bidouilleurs géniaux qui trouveront des entrées et permettront de mener des recherches sur Twitter sans s’encombrer des déclarations du leader Maximo Musk et de ses armées d’avocats.

User (raisonnablement) des réseaux sociaux

Il y a un dernier aspect de l’utilisation des réseaux sociaux et de Twitter qui s’est imposé à moi (et que je ne regrette pas) : le mélange des genres entre vie privée et professionnelle. C’est un aspect assez déroutant de nos usages qui mérite réflexion : on y vient pour le travail (c’était mon cas) et on est vite être happé par la tendance égocentrique : twitter son repas, répondre à la blague d’un.e collègue ou ami.e, réagir à la polémique politique du jour, insulter des trolls qui ne cherchent que cela… Les options sont sans limites et se trouvent renforcées par la logique algorithmique.

Twitter dinero by Esther Vargas on Flickr (CC BY-SA 2.0)
Twitter dinero by Esther Vargas on Flickr (CC BY-SA 2.0)

J’ai donc essayé de combattre la tendance à l’’égocentrisme des réseaux (sans forcément y arriver toujours). Par exemple, j’ai souvent supprimé des tweets avant de les poster, en me demandant si ces réactions étaient nécessaires, si mon avis comptait réellement, ou quelle était l’utilité de ce tweet. Difficile parfois de résister à répondre aux erreurs d’un.e ministre (notamment de l’enseignement supérieur et de la recherche) ; à des collègues qui mettent en cause l’ensemble d’une profession (l’observatoire du décolonialisme) ou à des visions fausses et étriquées de mes objets d’études (la laïcité). Conscient des shitstorms, j’ai préféré éviter l’affrontement et de fait je me suis fait peu d’ennemis (une ou deux rafales de la galaxie printemps républicain).

J’ai considéré que ma parole d’universitaire était libre et j’ai toujours twitté à chaque fois que je le souhaitais. Certes, je viens de montrer qu’il y a de l’autocensure pour éviter les shitstorms mais le potentiel de parole sur les réseaux-sociaux est presque sans limite (on risque l’agacement des followers…).

meme célèbre ft drake
meme célèbre ft drake

Pour m’adonner quand même aux égo-délices des réseaux sociaux j’ai essayé de penser mon environnement professionnel d’abord : faire des blagues à mes étudiant.e.s en prolongeant les cours, en donnant des références (j’utilise #MyStudents), reposter des collègues qui s’insurgeaient ou prenaient part aux polémiques, usé des commentaires ironiques, etc. J’ai participé à des campagnes massives, signalé les pétitions que j’avais signé, suivi les élections avant les résultats officiels (#JeRespecteLeCodeElectoral). Mais je me suis aussi retrouvé embarqué dans des histoires personnelles hors de l’académie : j’ai suivi la nouvelle star avec André Manoukian qui devait placer des philosophes en douce dans les directs (les #dédéfis), twitté sur les aventures de mes enfants (notamment à l’école), usé de memes et de références « twitter ». J’ai pourtant essayé de ne pas trop dévoiler ma vie privée et ma famille (ma mère me lit et commente mes tweets au téléphone !). Bref j’ai eu un usage classique des réseaux sociaux et de Twitter, sans regrets ni remords.

L’adieu à Tweetdeck

Ces derniers mois, j’étais de plus en plus mal à l’aise avec les algorithmes de twitter. Twitter permet (ou permettait) d’être au courant de tout ce qu’il se passe. Un match de foot ? On dispose du score et des temps forts en quasi-direct avec les bons Hashtags. Un remaniement ministériel ? On dispose des dernières tendances, des côtes des unes ou des autres. Un gros bruit dans le quartier et l’on sait directement si ce sont des pétards ou des coups de feu[3]. Un évènement soudain n’importe où dans le monde ? C’est sur Twitter que l’on a les infos les plus rapides et les plus fiables (avec quelques précautions, dont le croisement d’infos etc.). Un exemple de la dérive algorithmique : Lors des émeutes de juillet dernier, impossible de disposer d’informations crédibles en temps réel sur ce qu’il se passait dans la ville où je vis. Les recherches par popularité, en temps réel, par zone géographique ou par hashtag ne faisaient que diffuser des comptes et faux-comptes d’extrême droite, qui désinformaient (c’était le grand soir du grand remplacement), qui insultaient les émeutier.e.s et les mettaient en danger. Premiers doutes.

TweetDeck on the iMac Running Tweetdeck on the iMac.
TweetDeck on the iMac Running Tweetdeck on the iMac by Paul Swansen on Flickr (CC BY-ND 2.0)

Mais c’est surtout la disparition de TweetDeck qui me pousse à quitter Twitter. TweetDeck était un utilitaire (indépendant à sa création en 2008, racheté par Twitter en 2011) qui permettait d’afficher en colonne les flux de tweets, mais également de composer et personnaliser son affichage : des listes, des comptes suivis, nos likes ou nos messages privés, des mots-clés, etc. Sans compter qu’on pouvait gérer plusieurs comptes en même temps. C’était très pratique et cela permettait d’éviter les algorithmes trop intrusifs. Las, TweetDeck ou ce qu’il en reste (cela s’appelle X-Pro maintenant) est désormais réservé aux comptes payants. Nous sommes donc aujourd’hui condamnés à l’interface classique de Twitter, truffée d’algorithmes et de stratégies publicitaires qui varient en fonction des humeurs elonmuskiennes.

La question est donc désormais de savoir si l’on peut reconstruire un tel outil de travail ailleurs. Je n’en sais rien. Mais peut-être devrais-je déplacer la question : est-ce souhaitable de reconstruire à l’identique un dispositif que j’ai mis 15 ans à affiner ? Sur ce point non plus je n’ai pas la réponse, et je vais avancer en tâtonnant, mais avec deux axes. Je souhaite d’abord retrouver une efficacité dans ma veille scientifique (les articles de presse, publications scientifiques et évènements académiques qui m’intéressent) sans céder à la possibilité de l’interactivité. J’aimerai ensuite me concentrer sur ce qui fait mon identité numérique (je suis enseignant-chercheur) et qui constitue mon environnement (j’ai d’abord des étudiant.e.s, des collègues, et des tutelles).


[1] Il faudrait revenir sur HAL-SHS et sa destinée. J’ai investi très tôt la plateforme parce que c’était une archive ouverte personnelle en texte intégral et que je croyais alors à la dissémination. Désormais c’est un outil d’évaluation bibliométrique bête et stupide, et je me demande si ses concepteurs en font des cauchemars.

[2] Parmi les milliers de belles histoires scientifiques racontées sur Twitter, voici l’exemple d’une archive retrouvée, Le décret du 1er septembre 1789 créant l’indemnité parlementaire : https://twitter.com/e_buge/status/1660525965556981762

[3] Par exemple le 13 novembre 2015, c’est un tweet des @garriberts faisant état d’une fusillade qui me met en alerte. Et je passerai la nuit, comme nous toustes entre la télévision et les réseaux sociaux.

Temps de rédaction : +/- 3h et à peu près autant pour la mise en page du billet (en plusieurs sessions de travail)



Citer ce billet
Loïc Le Pape (2023, 10 octobre). Quitter Twitter, et garder l’espoir d’un usage académique des réseaux sociaux. The politics of religion / Les politiques du religieux. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syy9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.