« Religious – Secular Distinctions » : une conférence (à Londres), un livre, un réseau de recherche

J’ai reçu l’annonce d’une conférence qui aura lieu à Londres dans quelques jours (14-16 janvier 2010). Cherchant des renseignements complémentaires, j’ai trouvé un livre qui a été publié récemment et qui pourrait intéresser quiconque questionne les relations entre religieux et politique. En cherchant plus loin, j’ai également trouvé (et vous conseille) un réseau de recherche sur la plate-forme Ning, utilisé essentiellement par les participants du colloque. Où comment une recherche novatrice qui se donne à voir dans une conférence prestigieuse (un colloque…), s’inspire d’autres travaux (un livre…), et nécessite plusieurs mois de travail en amont…  (un réseau !) !!

Une conférence…

La conférence « Religious – Secular Distinctions » est sponsorisée par le Centre for Citizenship, Civil Society and Rule of Law de l’Université d’Aberdeen (Nord de la Grande-Bretagne) et est organisée et hébergée par la British Academy. Le thème général en est la distinction entre religieux et non-religieux (ou séculier. En France on pourrait également parler de religieux et de « laïc », mais cela complique plus qu’autre chose). Pendant deux jours un groupe de travail autour de Trevor Stack (Université d’Aberdeen) et Timothy Fitzgerald (Université de Stirling, en Écosse) va s’interroger sur les tenants et les aboutissants d’une telle distinction : qu’est-ce que le religieux et qu’est-ce que le non-religieux ? Qui les distingue, et pourquoi ? Comment cette distinction s’est-elle formée dans l’histoire ? Quelles en sont les manifestations aujourd’hui »hui ? Que signifient les différences de conceptions de ce qui est religieux et de ce qui ne l’est pas selon les cultures ou les moments ?

En lisant attentivement l’argumentaire et le programme de la conférence, on pourrait poser une question problématique de cette façon : comment considérer des faits (des objets ou des idées) qui ne sont pas « religieux » au départ, mais qui, selon un dispositif, une configuration, ou simplement un « air du temps » deviennent des éléments religieux ?

How and why do people – politicians, academics, managers, teachers, journalists, clergy, lawyers – distinguish between religious’ and ‘non-religious’ or ‘secular’? And what happens when they make such a distinction? It matters, after all, whether a museum exhibit is considered cultural or religious,  crucifix a necklace is deemed an expression of faith or a fashion accessory, Shari’a law is regarded as integral to Islam or as another lawcode, a particular state is classified by Europe as secular or not, a minority is viewed as religious or ethnic, and a PhD thesis is considered religious or just about religion.

The conference will broaden our understanding of religious-secular distinctions by bringing together scholars from religious studies, anthropology, history, economics, law, theology, philosophy, sociology and political science. There will be panels on Religious-Secular beyond the Wars of Religion, Religion as a Legal Category, Religious versus Secular Citizens, Distinguishing Religious and Economic, Categories of Gender and Religion, and The Idea of the Secular University.

Le programme de la conférence est détaillé ici. Notons simplement que les thèmes principaux des ateliers font largement écho aux questionnements actuels de l’Europe avec deux ateliers sur la distinction entre le religieux et l’économie, un atelier sur le droit et l’école face à la distinction religieux/non-religieux (un des débats récurrents en France),  et un autre sur la notion problématique d’espace public (ou de vie publique). Les auteurs ont d’ailleurs cette très belle phrase :

The panel will ask, among other things, what it means to debate the place of something called ‘religion’ in something called ‘public life’.

Notons également la présence de Hent de Vries (Humanities, Johns Hopkins), de John Bowen (Washington University in St. Louis) et de Tariq Modood (Centre for the Study of Ethnicity and Citizenship, Bristol). On sent dans le même temps « peser » sur le colloque toute l’influence de José Casanova (Georgetown University) qui est l’un des pionniers de la question avec son livre Public Religions in the Modern World (University of Chicago Press, 1994).

… un livre …

Les auteurs ne cachent pas que la recherche s’inscrit dans la continuité d’un livre publié en 2007 par Timothy Fitzgerald qui s’intitule Religion and the Secular. Historical and Colonial Formations (Equinoxe publisher, 2007, 288p.).  Je reproduis ci-dessous la table des matières, qui nous montre l’évolution de la démarche : à l’origine du questionnement les terrains ne concernent que très peu le monde occidental, et que très peu la période actuelle.

Le livre traite de la genèse de la distinction entre religieux et non-religieux (séculier) dans des mondes périphériques, ex-colonisés, pensés dans la dialectique avec le colonisateur et aux conséquences évidemment partagées. On pourrait dire que c’est une perspective d’analyse religieuse postcoloniale. Chaque auteur parle de « son » terrain, dont il possède une longue expérience : le Mexique pour Stack et le Japon pour Fitzgerald. Trevor Stack raconte comment il a été frappé de voir ses amis mexicains lui raconter leurs visites et pèlerinages à une vierge locale en termes totalement séculiers, non-religieux.

Introduction Timothy Fitzgerald
1. Dialectics of Conversion: Las Casas and Maya Colonial and Post-colonial Congregación
Anna Blume, (State University of New York)
2. A Higher Ground: The Secular Knowledge of Objects of Religious Devotion
Trevor Stack (University of Aberdeen)
3. Secularising the Land: The Impact of the Alaskan Native Claims Settlement on Indigenous Understandings of Land
James Cox, (University of Edinburgh)
4. The Formative Process of State Shinto in Relation to the Westernisation of Japan: The Concepts of ‘Religion’ and ‘Shinto’
Jun’ichi Isomae, (International Research Institute for Japanese Studies, Kyoto) translated by Michael S. Wood (Fuji Women’s University)
5. Religious and Secular in the Vietnam War: The Emergence of Highland Ethno-nationalism
Tom Pearson, (Wabash Center for Teaching and Learning in Theology and Religion)
6. Colonialism all the way down? Religion and the secular in early modern writing on south India
Will Sweetman, (University of Otago)
7. Understanding Politics through Performance in Colonial and Postcolonial India
Religion and the Secular. Historical and Colonial Formations
John Zavos, (University of Manchester)
8. Real and Imagined: Imperial Inventions of Religion in Colonial Southern Africa
David Chidester, (University of Cape Town)

9. Religion in Modern Islamic Thought and Practice
Abdulkader Ismail Tayob (University of Cape Town)
10. Rudolf Otto, Cultural Colonialism and the ‘Discovery’ of the Holy
Gregory Alles, (McDaniel College, Maryland)

11. Encompassing Religion, Privatised Religions and the Invention of Modern Politics
Timothy Fitzgerald
12. Colonialism and the Myth of Religious Violence
William T. Cavanaugh, (University of St. Thomas, St. Paul, Minnesota)

On peut constater le cheminement de la recherche depuis la sortie du livre, d’une interrogation sur la distinction entre religieux et non-religieux à travers les épisodes historiques de colonisations (ou de domination) à leurs conséquences actuelles en occident sur les sphères religieuses et politiques (ou économiques).

… et un réseau social !!

Tous ces chercheurs, ou presque, se retrouvent dans un réseau social créé par T. Stack sur Ning, une plate forme permettant de construire un réseau « à soi ». Environ 200 personnes y sont inscrites et si cela peut faire sourire,  c’est aussi un fonctionnement de la recherche qui tend à se développer. On échange sur ce réseau des brouillons de papier (drafts), des commentaires après un colloque ou des idées à approfondir, bref on y fait circuler ce qui est tout récent, pas encore publié (ou pas encore publiable) de nos propres recherches.

L’utilité de tels regroupements est de pouvoir partager ses recherches avec des chercheurs étrangers sans forcément devoir se déplacer, participer aux conférences et autres. Cela peu également permettre une « veille », savoir ce qui se fait dans telle université, ce qui favorise généralement les coopérations futures (savoir à qui s’adresser est essentiel dans la recherche). On y trouve également des galeries de photos sur des pèlerinages dans le monde (photos protégées).

Pour ceux qui sont intéressés c’est ici que ça se passe :  http://religioussecular.ning.com/ (il faut posséder un compte sur Ning pour pouvoir rejoindre ce réseau).  Et ça parle de sécularisation et de politics of religion !

Le programme final du colloque est disponible ici, et l’inscription c’est ici. Si l’on peut podcaster la conférence, je vous tiendrais au courant. (temps de rédaction du billet : 3h).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.