Autour du débat sur l’identité nationale : pourquoi le débat se focalise-t-il sur la religion ?

Lors d’une récente conférence de presse (5 janvier 2009), le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Eric Besson, a estimé que, «contrairement à ce qui est suggéré à l’envi, le débat sur l’identité nationale ne se focalise pas sur l’immigration et l’islam». Pourtant, dès le début, la religion a été l’un des thèmes privilégiés, si ce n’est le thème le plus important. La difficulté de l’exercice est de démêler ce qui relève du religieux et ce qui relève d’autre chose (la culture, les communautés, les différences sociales, les options politiques), étant bien entendu que c’est cet amalgame qui est important de saisir.

Alors pourquoi le débat se focalise-t-il sur la religion ? Il y a, selon moi, trois raisons :

  1. Parce qu’il y a une logique médiatique propre au débat : dans une sphère politique divisée, où toute « dissonance » devient très importante, c’est la religion qui fait le plus de bruit.
  2. Parce qu’il existe un débat, relancé récemment, sur l’identité religieuse de la France, et de la France en Europe. On en avait parlé en 1996 lors de la venue du pape Jean-Paul II en France et de la commémoration du baptême de Clovis. On a reparlé de cette « identité religieuse » à propos de l’opportunité d’une mention de l’héritage chrétien de l’Europe dans le préambule de la Constitution européenne. On en a encore parlé récemment suite au discours de N. Sarkozy au Latran, invité par le pape en décembre 2007.
  3. Enfin, parce que la question de l’identité religieuse française est constitutive de l’histoire du pays, dont le sacre de Reims, l’Edit de Nantes, puis sa révocation sont des étapes cruciales qu’il faudra étudier.

Nous verrons ici le premier de ces trois arguments, en insérant le phénomène dans l’actualité. Les deux autres arguments seront traités au fil des billets, car ils engagent beaucoup plus qu’un simple commentaire d’actualité.

Une logique médiatique qui « survalorise » tout ce qui touche à la religion

La place de la religion dans le débat public, en déplaise à Eric Besson, est explicable, en partie, par une logique des médias, qui tend à valoriser les “dérapages” ou les “dissonances” au sein d’un débat public controversé. Dans cette logique, les journalistes ont tendance à mettre en avant des témoignages ou à rapporter les petites phrases des hommes politiques qui “détonnent” dans un tel contexte.

En effet, le débat sur l’identité nationale est “piégé”, il fait face à un front de refus de la part d’hommes politiques (y compris de droite) et d’intellectuels (voir notamment l’appel de Médiapart “nous ne débattrons pas“, l’appel à “recentrer le débat” ou la tribune de Yves-Charles Zarka “Le piège de l’identité nationale“).

Dans ce contexte d’initiative politique contestée, la logique des journalistes vise à présenter d’une part le gouvernement (essentiellement Eric Besson et ses soutiens) disant que tout va bien et assurant que le débat se déroule sereinement, et les contestations de celui-ci, y compris (et surtout) par son propre camp. En ce sens, ces sorties publiques mettant en cause l’identité religieuse de la France ou une religion particulière, sont valorisées car elles touchent aux limites d’un débat contesté. Course aux scoop et survalorisation de la dissonance : ce qui est critique est ce qui dérange. Voyons cela dans une chronologie succincte du débat :

1. Un discours présidentiel inaugural remarqué

le débat a commencé le 12 novembre 2009 avec un discours du président de la République à la Chapelle en Vercors, haut lieu de la Résistance lors de la seconde guerre mondiale. Malgré un discours qui commence par l’énumération des faits d’armes de la Résistance et de l’importance de cet épisode dans l’histoire, qu’on retenu les commentateurs des propos présidentiels ? la réaffirmation des thèmes principaux du candidat Sarkozy (la valeur travail, l’erreur des 35h l’école, et la déliquescence de l’autorité) ainsi, et surtout, que la question des religions et particulièrement de l’islam.

  • la valeur travail :

« On ne peut pas vouloir bénéficier des droits sans se sentir obligé par les devoirs. On ne peut pas vouloir bénéficier de la sécurité sociale sans jamais se demander ce que l’on peut faire pour son pays. On ne peut pas vouloir bénéficier des allocations chômage  sans  se  sentir moralement obligé de  tout faire pour retrouver du travail parce que les allocations sont payées par le travail des autres »,

  • l’erreur des 35 heures :

« En choisissant  la  voie  des  35 heures,  nous  avons  ouvert  dans  la méritocratie  républicaine  des  brèches morales qui n’ont cessé de s’élargir. »,

  • l’école et la crise de l’autorité :

« en renonçant à l’autorité, en renonçant même à employer le mot, nous avons pris un risque immense. En sapant l’autorité du maître sur l’élève, nous n’avons pas rendu service à l’élève qui en se prenant pour l’égal du maître n’est même plus conscient de la nécessité absolue d’apprendre. On ne peut pas prétendre forger des âmes de citoyens avec de tels principes. En sapant l’autorité de la Police républicaine, on n’a fait qu’encourager les voyous. En sapant l’autorité de l’État, on n’a fait qu’ouvrir le champ libre à de nouvelles féodalités et donc à de nouvelles injustices »

  • Mais surtout, la religion :

« Dans ce vieux pays où depuis si  longtemps « ceux qui croient au ciel » se disputent avec « ceux qui n’y croient pas », il n’y a pas un seul homme, pas une seule femme qui ne reconnaisse dans les Cathédrales une expression de ce génie français auquel il a le sentiment de participer. Le Français qui ne croit pas en Dieu n’imagine pas la France sans le Mont Saint Michel, sans Notre Dame de Paris ou sans la Cathédrale de Reims, ni son village sans le clocher de son église qui le surplombe depuis dix siècles. C’est la France. Pas un  libre-penseur, pas un Franc-maçon, pas un athée qui ne se sente au fond de lui l’héritier de la Chrétienté qui a laissé tant de traces profondes dans la sensibilité française et dans la pensée ».

« La France n’est pas  seulement une communauté d’intérêts. Devenir Français, c’est adhérer à une forme de civilisation, à des valeurs et à des mœurs. » (une belle définition de la religion civile par ailleurs) ,

  • et de… l’islam, avec probablement la phrase choc du discours :

« la France est un pays où il n’y a pas de place pour la burka [sic], où il n’y a pas de place pour l’asservissement de la femme ».

La seule allusion à l’islam dans le discours est celle-ci, expression trop forte et collant à l’actualité pour n’avoir pas été pensée et murie par H. Guaino, la plume de Sarkozy pour ce discours.

2. Le vote Suisse et ses conséquences sur le débat

Est venu ensuite la votation Suisse sur la question de l’interdiction, ou pas, de la construction des minarets (29 novembre 2009). L’important dans le débat français n’est pas tant le résultat du vote, que personne en France n’a sérieusement étudié (voici une contribution suisse), mais les réactions en cascade de la classe politique française, relayés par des médias faisant le lien avec le débat sur l’identité nationale en cours. Se sont ajoutées aux réactions « consensuelles », des bourdes politiques (ou des lapsus, cela dépend du degré de croyance que l’on a en la psychanalyse) drôles ou tragiques selon les gouts : Nadine Morano a confondu les jeunes de banlieue et les jeunes musulmans :

“Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers” (repris dans Le Monde),

Christian Estrosi a justifié le débat de manière… forte:

« Si à la veille du second conflit mondial — dans un temps où la crise économique envahissait tout — le peuple allemand avait entrepris de s’interroger sur ce qui fonde réellement l’identité allemande — héritière des Lumières, patrie de Goethe et du romantisme — alors peut-être aurions-nous évité l’atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne »

tout en prenant partie dans le débat sur les minarets en France :

« Les minarets, ça n’appartient pas à l’architecture de notre pays, ce n’est pas un élément essentiel ni dominant de la religion musulmane. C’est un faux débat. (…) Il n’y aura pas de minaret à Nice, c’est clair »

et André Valentin, maire UMP de Goussainville, qui refait le lien avec la religion :

il « est temps qu’on réagisse, parce qu’on va se faire bouffer ». Il ira plus loin et dira : « Y’en a déjà dix millions », « dix millions que l’on paye à rien foutre ».

Toutes ces petites phrases, ces remarques d’hommes politiques qui pourraient passer innaperçues se sont en fait trouvées mises en avant dans les médias. Cela a conforté un débat sur la question religieuse, et précisément sur la présence de l’islam en France, question reprise par une autre “contribution” du Président de la République.

3. Nicolas Sarkozy, encore, entre immigration et islam

Enfin, la contribution du Président de la République au débat (sous forme d’une tribune dans Le Monde du 9 décembre 2009, s’appuyant maladroitement sur le vote Suisse (pour faire un effet miroir sur la France) a malheureusement continué à entretenir ce fantasme de la religion “locale” (la France ou la Suisse chrétienne) et de la religion “importée” (l’islam en France, l’islam en Suisse) :

« C’est de la part de celui qui accueille la reconnaissance de ce que l’autre peut lui apporter. C’est de la part de celui qui arrive le respect de ce qui était là avant lui. C’est de la part de celui qui accueille l’offre de partager son héritage, son histoire, sa civilisation, son art de vivre. C’est de la part de celui qui arrive la volonté de s’inscrire sans brutalité, comme naturellement, dans cette société qu’il va contribuer à transformer, dans cette histoire qu’il va désormais contribuer à écrire. »

ou encore

« Respecter ceux qui arrivent, c’est leur permettre de prier dans des lieux de culte décents. On ne respecte pas les gens quand on les oblige à pratiquer leur religion dans des caves ou dans des hangars »

et encore

« Mais je veux leur dire [à mes compatriotes musulmans] que, dans notre pays, où la civilisation chrétienne a laissé une trace aussi profonde, où les valeurs de la République sont partie intégrante de notre identité nationale, tout ce qui pourrait apparaître comme un défi lancé à cet héritage et à ces valeurs condamnerait à l’échec l’instauration si nécessaire d’un islam de France qui, sans rien renier de ce qui le fonde, aura su trouver en lui-même les voies par lesquelles il s’inclura sans heurt dans notre pacte social et notre pacte civique ».

A ce stade il faut ajouter un « contexte » politique propre à l’islam : le travail d’une commission parlementaire sur la burqa qui peine à dégager un consensus en son sein malgré un travail de longue haleine, court-circuitée à la veille de la trêve des confiseurs par le très audacieux Jean-François Copé (voir ici, réaffirmé ces jours-ci ). [Mise à jour du 11 janvier 2009 : apparemment le dépôt d’un projet de loi n’est plus d’actualité).

Force est donc de constater que le débat sur l’identité nationale tourne, ou a tourné, au débat sur l’islam, en tous cas, au débat sur la religion.

(Temps de rédaction du billet, organisation des futurs posts : 6h)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.