Les réactions à la candidature d’Abdelaziz bouteflika : la momie et le cadre

J’avais prévu de faire sur ce blog une série de billets décalés sur l’élection présidentielle qui s’annonce s’annonçait en Algérie. La mobilisation politique en cours en a décidé autrement et nous assistons, depuis trois semaines à un mouvement social largement inédit. La question reste entière sur la façon dont le monde académique va pouvoir se saisir du mouvement.

J’ai quand même décidé de publier ce premier billet qui était censé débuter la série. Il s’agit d’étudier les premières réceptions, essentiellement sur les réseaux sociaux, de l’annonce de la candidature du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, à un cinquième mandat présidentiel.

Une tentation serait de lire ces premières réactions, épidermiques, satiriques et parfois désespérées à la forte mobilisation qui a surgit depuis. Les images et illustrations utilisées ici ont été enregistrées entre le 10 et le 14 février (excepté la dernière vidéo en bonus). Il s’agit donc, je le répète, de se cantonner aux réactions immédiates suite à l’annonce de la candidature du président Bouteflika à sa propre succession. Depuis le président a renoncé à se présenter et a suspendu le processus électoral.

La célébration d’un homme malade ou le retour de la momie

Dès les premières heures après l’annonce de la candidature de Bouteflika c’est l’image du président malade qui est apparue. Non pas sous la forme de l’homme affaibli tel qu’il apparaît sur les images officielles mais bien sous les traits d’une momie.

Le président Bouteflika au cimetière d'El Alia le 05 juillet 2018 - Capture d'écran d'une vidéo - express-dz.com
Le président Bouteflika au cimetière d’El Alia le 05 juillet 2018 – Capture d’écran d’une vidéo – express-dz.com
Bouteflika au fil de ses mandats, devenant fantôme, évanescent comme son pouvoir

Le lien à la momification du chef fait évidemment penser à l’Égypte des pharaons que les réseaux sociaux ne se sont pas privés d’illustrer :

Le président-pharaon candidat pour un cinquième mandat

Il s’agit donc dès les premières heures de moquer l’homme affaibli, mais aussi, et surtout, ceux qui agissent derrière le président malade. Aussi, dès les premières réactions c’est une accusation envers le « clan » qui, derrière le président en exercice, tente de préserver son pouvoir (et notamment son frère Saïd). Cet aspect est sans doute celui qui est le plus développé au fil des manifestations.

Le lendemain de l’annonce de la candidature la presse fait état de la maladie du président et de son image écornée, reprenant alors les codes des réseaux sociaux : la vieillesse, le clan et la momie.

Dilem dans Liberté – édition du 11 février 2019
Le Hic dans El Watan – édition du 13 février 2019

Le président, le fauteuil et le cadre

L’image de la momie cède progressivement la place au fil des heures (dès le lendemain en fait) à d’autres formes de représentation du président malade. Et pour cela, au fil des mèmes et des images trafiquées arrivent deux éléments de représentation du chef : le cadre (du portrait officiel) et le fauteuil roulant avec lequel Abdelaziz Bouteflika se déplace.

Le drapeau algérien et le fauteuil présidentiel

L’utilisation du cadre est assez intéressante en soi. En effet, la vie politique algérienne depuis 2013 possède la caractéristique de ne pas pouvoir montrer le président. Ses sorties publiques sont extrêmement rares (moins d’une dizaine sur les 3 dernières années selon mes calculs). Chaque apparition est un mini-événement, et l’on commente davantage la position du corps malade, le placement des proches et des rivaux par rapport au fauteuil que l’événement en lui-même. Du coup la mise en scène du politique a fait un usage immodéré de la photo officielle du président, par exemple en juillet 2018 ou même la veille de l’annonce de la candidature… attirant notamment les foudres satiriques du fameux El Manchar : “le cadre de Bouteflika battrait Bouteflika au second tour par 50,1%

L’utilisation du cadre est donc parodique au sens où elle fait référence à une omniprésence dans l’espace public (les portraits officiels ornent toutes les administrations, mais également nombre de magasins, entreprises etc.). Or cette omniprésence du portrait (et du cadre) se donne à voir à partir d’une image d’un homme valide, droit, conscient de sa charge. Bref un moment où le président n’était pas malade, où il parlait et se déplaçait encore. Un autre temps politique de l’Algérie… L’image du cadre fait l’objet de nombreuses reprises (photos, montages) dans les manifestations à la fin du mois de février et au début du mois de mars.

Le cadre et la momie, deux faces de la caricature du président

En bonus, deux courtes vidéos. La première date de quelques années, et de la campagne électorale d’Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat (qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre).

La seconde, bien plus récente (vue pour la première fois sur Facebook il y a quelques jours) procède du même détournement musical pour blâmer, à partir du président, tout un système politique.

Bonne dégustation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.