La hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers va renforcer la sélection sociale et financière des étudiants

J’ai écrit cette tribune pour la proposer à publication dans un journal quotidien qui paraît chaque soir. Finalement je ne l’ai pas envoyée parce qu’il y a des plus savant.e.s et plus connu.e.s qui disent les choses mieux et plus poliment. Mais je ne renie rien à mes mots, y compris les gros mots… Du coup, je la publie pour les lecteurs et lectrices de ce blog de recherche.

La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers cache mal une volonté politique de généraliser la hausse, fût-ce au détriment des plus défavorisés.

En annonçant la hausse brutale (+110%) des frais d’inscription dans les universités pour les étudiants étrangers (en fait les ressortissants de pays non-membres de l’UE), le gouvernement d’Edouard Philippe revient sur un consensus éducatif enraciné depuis 1968 : l’accès à tous à l’université. Ce principe politique, déjà mis à mal par l’épisode Parcoursup, va être définitivement enterré par la hausse programmée du coût des études. Cette décision cache mal une volonté de transformation néo-libérale de l’université à marche forcée, au risque de susciter des réactions bien plus fortes que celles contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants.

Cette hausse des frais d’inscription est censée renforcer notre compétitivité universitaire et nous permettre  d’attirer des étudiants venant de régions historiquement peu représentées dans le système universitaire français comme la Chine, l’Asie du sud-est, etc. Il faut d’abord être assez stupide pour penser qu’une hausse fera seulement venir de nouveaux étudiants. En réalité, la hausse entrainera automatiquement un reflux net d’autres contingents étudiants mieux représentés dans le système universitaire : l’Amérique du sud, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient. Bref, les pays du sud, qui ne pourront plus financer qu’une élite pour fréquenter les bancs de nos universités. Exclure certains étudiants pour mieux en intégrer d’autres, voilà le premier choix du gouvernement.

La hausse des frais d’inscription est également justifiée par la volonté de redonner à la recherche française sa place dans le concert des nations occidentales. Arrêtons le délire tout de suite : la hausse des frais d’inscription, même généralisée à tous les étudiants, ne suffira pas à combler le manque d’investissements publics de ces 25 dernières années. Les investissements consacrés à la recherche et l’innovation stagnent autour de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), alors que la stratégie de Lisbonne fixe un minimum à 1% (soit « seulement » 4,5 milliards de déficit chaque année…). Pire, le financement de l’ESR baisse tendanciellement depuis 20 ans. Nos pays voisins consacrent davantage de ressources à la recherche, l’enseignement et l’innovation. Nous sommes à la traîne dans les investissements, nous en payons les conséquences (croissance moins forte) et paierons encore pendant 10 ans. Il est complètement faux de dire que la hausse des frais d’inscription compensera le sous-déficit du secteur, c’est un cataplasme sur une jambe de bois.

La hausse des frais d’inscription s’inscrit également dans la continuité d’une loi de 2007 (loi dite LRU) autonomisant financièrement et en partie scientifiquement les universités. Cependant cette autonomie s’est accompagnée de la baisse des dotations de l’État, et a donc seulement fragilisé les universités : aujourd’hui 50% d’entre-elles sont obligées de « geler » des postes (c’est à dire annuler ou reporter des recrutements de personnel) pour faire face aux dépenses. Renoncer à des recrutements alors que la population étudiante augmente, voilà où nous en sommes. Alors oui, c’est au niveau des finances des universités que ces nouvelles recettes apparaitront en venant combler le manque d’investissement étatique. Faire payer les étudiants et organiser le retrait de l’État, voilà encore une fois le programme du gouvernement.

Surtout, cette hausse des frais d’inscriptions va entraîner une sur-sélection sociale des étudiants. L’expérience de Parcoursup aura montré une chose : la logique de l’algorithme renforce la sélection par les résultats : les étudiants de cette année sont encore meilleurs que les années précédentes (dans mon département il y a 80% de mentions bien et très bien malgré un paramétrage « très ouvert » des critères de sélection). Or nous savons que la sélection par les notes va de pair avec une sélection sociale : le résultat sera donc une université pour les étudiants les meilleurs, mais surtout pour les plus riches, capables de payer 15 000 euros les 5 ans d’études (sans redoublement). Si les meilleurs ne peuvent pas venir tant pis pour eux, nous prendrons les plus riches !

Enfin cette hausse des frais d’inscription va fragiliser les étudiants eux-mêmes.  Déjà stressés et angoissés (voir les enquêtes du CNOUS), les étudiants vont devoir gérer une pression parentale (ou leur propre endettement). Le redoublement sera une catastrophe financière alors que nous raisonnons en terme de maturation d’esprit, d’acquisition de connaissances et de méthodes de raisonnement. Loin de l’eldorado promis, à l’image du fantasme des universités américaines qui accumulent excellents étudiants et prix Nobel sur leurs campus, la hausse des frais d’inscription va simplement fracturer encore un peu le monde de l’enseignement et de la recherche, à tous les niveaux : des étudiants-clients, aux personnels administratifs et de soutien jusqu’aux enseignants, vent debout contre ces réformes mal faites car pas pensées.

En annonçant cette hausse sans aucune concertation, le gouvernement semble pressé de réformer sans réfléchir une seule seconde aux conséquences. Edouard Philippe et son gouvernement viennent de précipiter les universités du haut de la falaise, et nous, universitaires, employés et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche entendons notre ministre crier depuis le sommet : « jusqu’ici tout va bien ! ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.