À propos du carnet

Les carnets de la plate-forme d’hypothèses ont pour philosophie d’être (entre autres)  des « journaux de recherche ». The Politics of religion / Les politiques du religieux voudrait témoigner d’une recherche qui s’intéresse aux formes de relations entre Le Politique et Le Religieux. Quelques précautions méthodologiques et théoriques s’imposent pour commencer. Ces quelques idées pourraient être un « pense-bête », une façon de penser la problématique générale de la recherche. Suggestions et discussions bienvenues puisque telle est la démarche.

Un débat sans fin dans les sciences sociales

Les relations entre le Politique et le Religieux représentent un débat interminable des sciences sociales, présent dès l’origine chez Comte, Tarde, Simiand, Durkheim ou Weber, jusqu’aux ouvrages les plus récents qui feront l’objet de « lectures ».

Le politique et le religieux ne sont pas la même chose : certes, ils prétendent tous deux dire et justifier une explication du monde, une conception de la vie en société, certes ils sont soumis aux règles du charisme, de la croyance partagée et de formes d’institutionnalisation, mais pour autant ce sont deux mondes, deux activités séparées, distinctes et distinguables.

Le religieux et le politique ne sont pas pour autant, des étrangers. D’abord parce qu’historiquement l’un procède de l’autre : on a vu l’émergence du politique dans une lente et progressive déprise du religieux (c’est la thèse de la sécularisation en sociologie). Ensuite parce qu’historiquement ils sont liés : la religion a toujours été une ressource (de légitimité, de sens, d’action) pour un politique en déficit (de légitimité, de sens, d’action). Aujourd’hui encore, ces deux activités s’empruntent des trajectoires, des idées et des idéaux, des modes d’organisations.

Alors, séparés ou pas séparés ? Pierre Manent, dans La raison des nations. Réflexions sur la démocratie en Europe insiste sur la non-séparation : “le politique et le religieux ne sont jamais entièrement séparés, ni séparables. On ne peut donc comprendre l’un et l’autre que si on ne les sépare pas”. Pour notre part, nous pensons pouvoir séparer les activités que l’un et l’autre produisent : des discours, des identifications, des rites (ad libitum) pour saisir le sens que leur donnent les acteurs. On ne séparera donc pas le politique et le religieux, mais on verra qu’il est nécessaire, dans l’analyse, de séparer les activités qu’ils suscitent pour mieux appréhender les liens et interactions qu’ils entretiennent.

Tentatives de non-définition

Proposer des définitions du politique et du religieux est un exercice périlleux mais nécessaire, au moins pour poser une ébauche de réflexion.

Les tentatives de définition du « politique » sont de deux ordres, souvent combinés : le penser à propos de ceux qui l’étudient ou avec ceux qui l’emploient. Autrement dit, serait politique ce qui est reconnu comme tel par une communauté scientifique ayant prétention à définir et circonscrire le terme. Ainsi les politistes, les sociologues politiques, les anthropologues du politique pourraient définir ce qu’est « le politique ». L’autre option est de regarder comment les gens, et comment nous-mêmes sommes amenés à définir ce qu’est « le politique ». Évidemment, toute tentative de définition sérieuse doit nécessairement prendre en compte ces deux options : « Les conceptions de “ce qui est politique”, de “ce qui relève du politique”, évoluent, changent d’un groupe à l’autre, sont matière à controverse. Non pas suite de l’indécision des chercheurs ou de contradiction entre les disciplines et les “écoles” de pensée ; mais du fait que les individus et les groupes ne sont pas d’accord en tout temps sur ce qui vaut d’être appelé politique, du fait aussi que les pratiques politiques ne sont pas identiques en tout temps. La sociologie politique prend acte de ces hésitations ; elle en fait même un de ses objets de recherche, s’interrogeant constamment sur la “construction du politique” en chaque société. » (Lagroye, 2002 : 19). C’est donc à cette tâche que nous allons nous atteler en suivant cette piste : chercher là où se construit un accord sur « le politique », en tentant de voir quels sont les éléments qui caractérisent l’accord « politique ».

Les définitions de la religion sont aussi très nombreuses et partent souvent de la double étymologie problématique du mot. Religio est tantôt compris comme ce qui re-lie (re-ligare, relier), entendu comme lien entre homme et Dieu, mais aussi comme lien entre les hommes. Religion est aussi parfois envisagé comme se relire (de re-legere, un composé de legere qui signifie recueillir, et dont l’opposé est negligere, qui donnera négligence ; voir Héran, 1987 : 234). La religion est conçue comme ce qui fait lien, dans une sorte d’automatisme et/ou ce qui nous fait douter et reprendre l’ouvrage, qui présuppose une réflexion. Deux conceptions de la religion s’opposent, entre l’automatisme de ce qui deviendra l’institution qui relie et unie et le choix individuel de ses croyances, qui suppose réflexion et recueillement. On peut alors éventuellement voir dans cette opposition binaire la conception durkheimienne de la religion (qui sépare, donc qui relie et qui unit) opposée à la conception wébérienne qui articule l’avènement du monde moderne avec la transformation des valeurs et des comportements qui en découle (dans le religieux, l’ascétisme et le mysticisme). Peut-être aurions nous intérêt à suivre Shmuel Trigano qui propose de faire le lien entre les trois penseurs phare de la religion, Durkheim, Weber et Marx : « Chez Durkheim, le symbolique est référé au sociétal, ce qui est le propre d’une approche “morphologique”. Chez Weber, les systèmes de croyances sont renvoyés au comportement social, à l’ethos, à l’habitus. Chez Marx, les idéologies religieuses sont rapportées à l’économique et au social, régis par la lutte des classes. » (Trigano, 2004 : 13). Or ce lien, par nature incertain et contingent, ne peut se faire qu’en passant par ce que nous a dit J. Lagroye du politique : qui parle de religion ? comment le définit-il ? et dans quel sens l’emploie-t-il ? : comment se construit « la religion » ?

Tel pourrait être le début d’une interrogation sur les liens qui unissent ces deux « mondes ».

Références citées :

HÉRAN, François, 1987, « Le rite et la croyance » in Revue française de sociologie, vol. 27, n°2, p. 235-263. (disponible sur Jstor et sur Persée)

LAGROYE, Jacques (avec Bastien François et Frédéric Sawiki), 2002, Sociologie politique, Presses de Sciences Po et Dalloz (1ère édition, 1993).

MANENT, Pierre, 2006, La raison des nations. Réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard.

TRIGANO, Shmuel, 2004, Qu’est-ce que la religion ? Transcendance des sociologues, Paris, Flammarion, (1ère édition, 2001).

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tentatives d'analyse des moments où le religieux et le politique se croisent, s’opposent, se superposent, s’interpellent, se métissent, s’interfèrent…