Tous les articles par Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

Conférence : multiculturalisme et place du religieux en débat

Je signale ici le programme d’un colloque à venir sur la question du multiculturalisme. Il aura lieu à Paris, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 26 et 27 février 2010. Au vu de la composition du comité scientifique et du programme annoncé, il s’agit d’une perspective plutôt “Canadienne”, ce qui est intéressant pour une démarche interrogeant le modèle Français (j’y reviens dans un autre post) mais qui peut manquer de précision à propos d’autres modèles multiculturels. En effet, le Canada, bien que pays multiculturel possède l’étrange caractéristique d’être très marqué par le modèle républicain qu’incarne la France.

Un programme alléchant donc, avec des intervenants et interventions variées, et un atelier tout entier consacré à la question de la place de la religion dans un modèle multiculturel qui aura lieu vendredi après-midi (Atelier 2 : Revisiter le modèle de la tolérance religieuse). Ce colloque devrait intéresser tout ceux qui s’intéressent aux formes pratiques et théoriques de l’État, aux conceptions philosophiques de ses administrés et au-delà à ce qui fait lien entre les individus. Et là, le religieux, dans un modèle multiculturel ou républicain est toujours un angle d’observation fécond.

Attention : vendredi après-midi et samedi matin, deux ateliers se déroulent en parallèle.

Continuer la lecture de Conférence : multiculturalisme et place du religieux en débat

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le port de la Burqa en Europe : pas de législations mais des controverses

Un document de travail du Sénat datant d’octobre 2009 fournit un point de comparaison intéressant sur le port de la Burqa dans les pays européens. Il compare les législations de 9 des pays membres de l’Union Européenne : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse. Les conclusions du rapport sont très intéressantes (le rapport est disponible ici) :

– aucun pays ne s’est doté de règles nationales sur le port de la burqa dans les lieux publics ;
– en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, il existe des interdictions de portée limitée ;
– dans tous les pays européens, le port de la  burqa dans les lieux publics suscite des controverses plus ou moins vives (p.7)

Continuer la lecture de Le port de la Burqa en Europe : pas de législations mais des controverses

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Autour du débat sur l’identité nationale : pourquoi le débat se focalise-t-il sur la religion ?

Lors d’une récente conférence de presse (5 janvier 2009), le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Eric Besson, a estimé que, «contrairement à ce qui est suggéré à l’envi, le débat sur l’identité nationale ne se focalise pas sur l’immigration et l’islam». Pourtant, dès le début, la religion a été l’un des thèmes privilégiés, si ce n’est le thème le plus important. La difficulté de l’exercice est de démêler ce qui relève du religieux et ce qui relève d’autre chose (la culture, les communautés, les différences sociales, les options politiques), étant bien entendu que c’est cet amalgame qui est important de saisir.

Alors pourquoi le débat se focalise-t-il sur la religion ? Il y a, selon moi, trois raisons :

  1. Parce qu’il y a une logique médiatique propre au débat : dans une sphère politique divisée, où toute « dissonance » devient très importante, c’est la religion qui fait le plus de bruit.
  2. Parce qu’il existe un débat, relancé récemment, sur l’identité religieuse de la France, et de la France en Europe. On en avait parlé en 1996 lors de la venue du pape Jean-Paul II en France et de la commémoration du baptême de Clovis. On a reparlé de cette « identité religieuse » à propos de l’opportunité d’une mention de l’héritage chrétien de l’Europe dans le préambule de la Constitution européenne. On en a encore parlé récemment suite au discours de N. Sarkozy au Latran, invité par le pape en décembre 2007.
  3. Enfin, parce que la question de l’identité religieuse française est constitutive de l’histoire du pays, dont le sacre de Reims, l’Edit de Nantes, puis sa révocation sont des étapes cruciales qu’il faudra étudier.

Nous verrons ici le premier de ces trois arguments, en insérant le phénomène dans l’actualité. Les deux autres arguments seront traités au fil des billets, car ils engagent beaucoup plus qu’un simple commentaire d’actualité.

Une logique médiatique qui « survalorise » tout ce qui touche à la religion

La place de la religion dans le débat public, en déplaise à Eric Besson, est explicable, en partie, par une logique des médias, qui tend à valoriser les “dérapages” ou les “dissonances” au sein d’un débat public controversé. Dans cette logique, les journalistes ont tendance à mettre en avant des témoignages ou à rapporter les petites phrases des hommes politiques qui “détonnent” dans un tel contexte.

Continuer la lecture de Autour du débat sur l’identité nationale : pourquoi le débat se focalise-t-il sur la religion ?

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

“Religious – Secular Distinctions” : une conférence (à Londres), un livre, un réseau de recherche

J’ai reçu l’annonce d’une conférence qui aura lieu à Londres dans quelques jours (14-16 janvier 2010). Cherchant des renseignements complémentaires, j’ai trouvé un livre qui a été publié récemment et qui pourrait intéresser quiconque questionne les relations entre religieux et politique. En cherchant plus loin, j’ai également trouvé (et vous conseille) un réseau de recherche sur la plate-forme Ning, utilisé essentiellement par les participants du colloque. Où comment une recherche novatrice qui se donne à voir dans une conférence prestigieuse (un colloque…), s’inspire d’autres travaux (un livre…), et nécessite plusieurs mois de travail en amont…  (un réseau !) !!

Continuer la lecture de “Religious – Secular Distinctions” : une conférence (à Londres), un livre, un réseau de recherche

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sécularisation : le débat des chefs

Le 22 octobre dernier, s’est tenu un symposium à New-York sur le thème “Rethinking secularism: The power of religion in the public sphere”.  Au menu de cette alléchante affiche, quatre orateurs, parmi les plus célèbres du moment : Judith Butler, Jürgen Habermas, Charles Taylor et Cornel West.

Grâce à l’excellent blog The Immanent Frame, vous pouvez :

  • écouter l’une ou l’autre de ces quatre interventions :

Jürgen Habermas: “The Political’ – The Rational Sense of a Questionable Inheritance of Political Theology”

Continuer la lecture de Sécularisation : le débat des chefs

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bonjour tout le monde ! Mais, de quoi on parle ?

Welcome to Hypothèses, plateforme de carnets de recherches. This is your first post. Premier post donc, comme le signale l’ami Mr WordPress. Une présentation générale s’impose donc :

L’idée générale de la recherche est résumée par Élisabeth Claverie dans un numéro récent (2008) de la revue Terrain :

« Nous avons […] voulu pointer la capacité actuelle des instances politiques et religieuses à entrer en contact sous toutes sortes de formes relationnelles : le rejet radical, l’instrumentalisation mutuelle, les accords tacites, les connivences, les emprunts. Nous avons voulu montrer les accès du religieux à la sphère publique, les politiques du religieux (« the politics of religion », disent les anglosaxons), mais aussi les accès du politique aux formes, aux mots et aux symboles du religieux. » (référence)

Le modèle théorique de la laïcité française et de la sécularisation de manière générale consiste à penser que le religieux aurait déserté l’espace public pour se retrancher dans la sphère privée. Dans cette configuration, nos croyances sont personnelles et ne regardent que nous, tandis que le politique offre un modèle de régulation des différences religieuses, qu’il est neutre et que sa puissance publique permet une gestion harmonieuse de toutes les croyances, sans exclusive.

Ce modèle aux vertus explicatives, largement utilisé dans la sociologie des religions en Europe et outre Atlantique a montré ses limites. En France « l’affaire du voile » (1989) en est l’illustration flagrante. Aux Etats-Unis, la mobilisation d’une droite républicaine composée de born-again christians date de la fin des années 1970. Les impacts sociopolitiques de la Révolution iranienne (1981) ou de la guerre civile algérienne (1991-2001) sont tels qu’il est désormais impossible de soutenir l’existence d’espaces publics et politiques religieusement neutres :

« l’idée selon laquelle nous vivons dans un monde sécularisé est fausse. Le monde d’aujourd’hui (…) est aussi furieusement religieux qu’il l’a toujours été ; il l’est même davantage dans certains endroits » (Peter berger, le réenchantement du monde, Bayard, 2001).

L’espace public et politique n’est donc pas neutre religieusement. Soit. Mais quelles sont les façons, ou les moments, quelles interactions opposent le politique et le religieux ? Sont-ils réellement en concurrence pour dire une façon de penser le monde ? Et quel est le sens de nos attachements intimes (nos sentiments, nos espoirs, nos options politiques, nos engagements) si ce n’est une certaine forme de croyance ? Sans doute les réponses sont diverses, différentes, mais il nous semble possible de s’intéresser à la question, en partant de l’hypothèse que le politique est autonome du religieux. Tout n’est pas qu’affaires de croyances, et les deux sphères ne partagent pas les mêmes horizons.

Penser deux mondes distincts, deux activités autonomes permet alors de penser leurs rencontres, leurs oppositions, leurs combats et leurs exclusions, leurs arrangements et les emprunts réciproques. C’est de cela que traite cette recherche, des moments ténus où ces deux mondes se disputent.


Pour une tentative un peu plus approfondie de définition des termes voir la page À propos du carnet de recherche.

Bonnes lectures et bon surf sur ces pages !

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter