Archives de catégorie : Activités scientifiques

Ci-gît l’Université

Ci-gît l’Université.

La loi de programmation de la recherche a été votée par l’Assemblée nationale, mardi 17 novembre 2020. Dont acte. Je ne vais pas entrer dans les détails du texte qui ont été analysés par ailleurs. Vous pouvez aller voir les analyses de l’Université ouverte,  la foire aux questions LPPR du Groupe J.-P. Vernant ou le travail du collectif Rogue ESR sur la loi. Et le site d’Academia pour le travail de veille et la succession des tours de passe-passe dans la fabrique de la loi. Quant aux promesses d’investissement dans l’ESR, elles n’engagent que ceux et celles qui y croient, mais pas moi.

Aujourd’hui, je témoigne en mon nom propre, sans concertation et sans arrière-pensée. Simplement le sentiment d’une profonde colère et une immense lassitude. Je vous parle principalement de l’Université parce que c’est ce que je connais, ce que je vis et ce que je subis.

Une putain de colère

J’éprouve une colère sans nom envers le gouvernement, qui profite malicieusement de l’incurie intellectuelle de sa majorité pour faire passer des amendements en pleine crise sanitaire, en plein confinement et surtout sans consulter personne. Qu’une majorité avalise les projets du gouvernement, c’est habituel, mais à ce point c’est critique : je suis resté choqué et en colère face à ce sénateur qui ne comprends rien à ce qu’il lit mais qui se fait porte-parole docile de la ministre. Je suis évidemment en colère contre Frédérique Vidal, porte-flingue d’une vision managériale de l’université, doublée et dépassée par son cabinet, influencée par un quarteron de hauts-fonctionnaires et présidents d’université avides de pouvoir, de reconnaissance et de poids politique. F. Vidal est pour moi l’incarnation de l’autisme politique et de la honte : elle ne représente plus personne et elle ment sans arrêt. Son attitude est typique de ces sinistres qui montent en grade (et en échelons de traitement) en s’essuyant consciencieusement les semelles sur la gueule de celles et ceux qui sont en-dessous. Arriviste, elle restera la femme politique qui aura fait le plus de mal à ses troupes et aux étudiant.e.s : Parcoursup et la loi ORE, la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étrangèr.e.s et maintenant la LPR. Bravo l’artiste !

J’éprouve aussi une colère plus sourde et contenue envers le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous n’arrivons pas à nous mobiliser efficacement, et malgré les tribunes, les réunions, les AG, les syndicats et leurs actions, les manifestations, les blocages, les occupations d’universités, les grèves des enseignements, les tentatives de sabotage des indicateurs bibliométriques, la non-participation aux jurys etc., le rouleau compresseur du new management public s’abat sur nous avec toujours plus de violence.

Côté recherche, l’atomisation des chercheur.e.s et de leurs tâches ainsi que le peu de visibilité de leurs mobilisations font qu’ils ne pèsent que très peu dans le débat public. Côté université, nous peinons à établir des rapports de force parce que le fonctionnement même de la fac est insécurisant. Face au manque de personnel d’encadrement et face à nos tâches administratives toujours plus nombreuses, notre quotidien est de nous battre pour faire tenir nos routines : inscriptions, recrutement de vacataires, accueil et suivi des étudiants, préparation des cours, examens, jurys de fin de semestre. Basta. La mobilisation est impensable dans ces conditions. Il y a bien les pudeurs des collègues, parfois insupportables, qui au nom du nécessaire respect des étudiants contestent la légitimité des mobilisations ; qui au nom de leur ennui intellectuel espèrent sélectionner des étudiants « qui savent écrire » ; qui au nom de leurs convictions politiques soutiennent un ministère qui fera le tri dans tous ces gauchistes. Il y a surtout nos affolements et notre stress face à toute situation qui bouleverse notre précieuse routine universitaire. Nous sommes tellement insécurisés dans notre quotidien d’enseignant et d’agent administratif que nous ne pouvons plus supporter la perspective d’une contestation qui fasse dérailler ce quotidien. La dernière mobilisation victorieuse dans l’ESR remonte à 2009 : c’est la menace de démission des directeurs de laboratoires, de composantes et d’UFR qui a fait reculer le ministère. Seule une mobilisation des « patrons », des « cadres des cadres », des structures de direction pouvait peser dans ce contexte politique, sanitaire et social si particulier. Il est sans doute trop tard maintenant et en deux petites années l’université a été laminée. Et comme pour l’hôpital, les fissures sont béantes.

Une immense lassitude

Tout cela ne serait qu’histoires sans importances si les conséquences de cette funeste politique n’étaient pas si graves pour ce qu’est l’université aujourd’hui.

La prime aux « chefaillons »

Le mode de direction des universités (pardon la gouvernance) se voit renforcée depuis la LRU sur un modèle de gestion d’entreprise. Tout le pouvoir est dévolu au président et à son board (on dit équipe présidentielle à la fac) qui devient une sorte de super PDG. Je n’en peux plus de cette vision entrepreneuriale qui se diffuse partout : les systèmes de tarification à l’acte dans la santé, la gestion d’un hôpital par l’occupation des lits, le principe de notation des services publics, le management des tâches plus que des métiers, l’ultra concentration des pouvoirs. Je veux bien qu’on améliore nos services publics, mais pas qu’on les détruise ! Dans l’université se créent depuis 15 ans des potentats locaux, émergent des petits seigneurs avides de pouvoir, des politiques aux dents longues, des charismatiques qui veulent réinventer leur université ou des gestionnaires besogneux qui ne pensent qu’à réduire des coûts et des tâches. Rien que cette façon de concentrer les pouvoirs est une insulte à l’histoire des universités qui a toujours dissocié un côté « gestion » nécessaire à la bonne marche d’une institution et un côté « académique » indépendant de toute pression politique. La LPR consacre un modèle d’université où le PDG concentre pouvoirs et décisions et où il peut décider seul de qui enseigne quoi. C’est du jamais vu ! Le modèle idéologique de ces crétins-stratèges est le modèle américain. Mais ils ne savent pas que l’autonomie académique y est consacrée, que les présidents sont hyper-surveillés par les board of trustee, qu’ils ont des mandats courts, et surtout que l’aisance financière des grandes universités n’existe que parce qu’elles sont assises sur des milliards de dollars (+/- 25 milliards pour Harvard ; la fondation de ma fac c’est +/- 4 millions d’euros pour l’instant)…

Surtout le système américain est fondamentalement inégal, hiérarchisé entre universités d’élite et les autres : disparités socio-économiques, géographiques, hyper sélection et frais d’inscription qui entraînent l’endettement des étudiants (pardon des usagers). Ce que promet la LPR c’est un mélange du pire du modèle entrepreneurial (concentration des pouvoirs, liberté de recrutement et adaptation des enseignements) et du pire du modèle libéral (concurrence généralisée, hiérarchie entre établissements et franchises sociogéographiques). Par politesse, je ne dirai rien sur la pénalisation des mouvements étudiants. Franchement ce n’est pas le système auquel j’ai envie de participer.

Enseignant.e.s-chercheur.e.s en fin de vie

Cela fait 5 ans que je suis titulaire dans mon département, et j’en suis à 20 ans dans l’enseignement supérieur et la recherche. Depuis que j’ai été recruté, mes tâches administratives n’ont cessé d’augmenter, réduisant à la portion congrue mes recherches et même mes enseignements. C’est peut-être un problème d’organisation personnelle, et je ne doute pas que bientôt mon université ou mon ministère mettra un coach à ma disposition. En attendant, je suis membre du Conseil d’UFR, du Comité consultatif scientifique, je dirige une licence, je participe au Conseil de direction de l’UFR, à la commission Parcoursup, et encore je refuse toutes les sollicitations hors UFR dans les services transversaux ou les conseils centraux. Je ne cumule pas les responsabilités, mes collègues en ont aussi énormément tant les tâches administratives, commissions collectives, gestions de diplômes, rapports et outils de benchmarking à produire se sont multipliés. Il y a des circuits de décision improbables, une pesanteur administrative incroyable et qui se renforce. Il ne faut pas croire que cela va changer : la libéralisation de l’ESR, des universités et la flexibilisation des parcours étudiants s’accompagne d’une augmentation des routines administratives et d’un alourdissement des tâches de tous les agents. Là où la ministre et ses fielleux conseillers annoncent fièrement simplification et déconcentration, on ne constate qu’une augmentation des procédures et des interlocuteurs. Loin de mettre de l’huile dans les rouages de la machine administrative, les lois successives alourdissent la tâche. Ce que je donne en temps et disponibilité d’esprit dans mes responsabilités administratives, c’est du temps en moins pour mes recherches, pour mes enseignements, mais surtout pour le suivi des étudiants.

Quant aux recherches, parlons-en. La volonté d’un pilotage par les projets, consacrée par le renforcement de l’ANR va inclure davantage de recherche de financement, et donc moins de recherche fondamentale. On a calculé que le temps total cumulé par les candidats pour candidater, par le processus d’évaluation et la mise en route des financements était supérieur à la somme totale distribuée. Je suis comme d’autres collègues, sur une position radicale : je refuse de perdre mon précieux temps de recherche à penser, écrire, et déposer des projets qui ne seront pas financés. Je travaille dans mon coin et risque un jour de me faire épingler par le HCERES, instance d’évaluation de tout et de tous.tes, désormais dirigé par un cheffaillon exemplaire, passé par l’Élysée et contesté par tout le monde.

Dans tout ce merdier, ce sont les étudiants qui vont subir les plus graves conséquences

Je parle de lassitude parce qu’au final ce sont les étudiants qui vont perdre le plus. Notre temps de travail à nous est déjà fractionné, nous avons intériorisé que nos recherches se font sur notre temps libre et nos vacances. Mais pour les étudiants, c’est plus grave. En tant que responsable de licence, je suis au plus près d’eux dès leur arrivée à l’université. Leur vie se transforme complètement et pas franchement pour le meilleur comme le prétend la sinistre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Hyper sélection. Parcoursup a été créé expressément pour que les universités puissent sélectionner leurs étudiants, dans la même veine idéologique que ce qui précède. Mais il y a quelques effets pervers à court terme et à plus long terme. A court terme c’est que les commissions abusent de la sélection (dans mon UFR c’est pas le cas, mais tout ce qu’on me rapporte corrobore ce constat). On ne prend que les meilleurs en faisant tourner des algorithmes très pauvres, essentiellement pour ne pas se casser la tête à l’examen des dossiers. Au passage : l’attribution des affectations relevait des rectorats, avec Parcoursup ce sont les enseignant.e.s-chercheur.e.s qui sélectionnent, font tourner la machine, produisent des rapports, bref prennent encore plus de temps à des tâches administratives. Quand on entre un peu plus dans la matrice, les paramétrages deviennent tellement complexes qu’on revient rapidement à de la sélection basique sur les notes (de première et du 1er trimestre de terminale). Ayons le courage de dire cela : l’examen qualitatif des dossiers est une chimère ministérielle. Tant que cela contente tout le monde…

Néo-libéralisme à 18 ans. Un deuxième aspect à plus long terme est que, dès le lycée, les élèves se trouvent dans une hyper-concurrence. Ils deviennent des entrepreneurs d’eux-mêmes : ils doivent se vendre (on dit candidater en langage parcoursup), multiplier les stages, les engagements bénévoles, les séjours linguistiques et les expériences professionnelles. Je vois passer plus ou moins 200 CV d’étudiants chaque année : c’est un immense gâchis. La pression sur leurs épaules est complètement dingue, elles et ils doivent avant leur première année à l’université dégager des pistes professionnelles cohérentes. Ils et elles subissent la pression de leur entourage déconnecté des réalités universitaires dès l’inscription. Et dans leur scolarité ils et elles doivent faire face à une concurrence effrénée entre eux. Le monde dans lequel les étudiant.e.s vivent est un monde de merde, insécurisant et délirant. J’ai chaque année des situations psychologiques extrêmes, difficiles à gérer et c’est en augmentation constante. Je ne compte plus les étudiant.e.s qui prennent des cachets pour tenir le coup, suivent des traitements médicamenteux pour rester la tête hors de l’eau. Au passage, dans le modèle universitaire américain il y a environ un psychologue à plein temps pour 1600 étudiants, en France c’est un pour 30 000… Nous allons vers des difficultés sociales et psychologiques énormes. Je ne cesse d’alerter au sein de l’université mais le ministère de l’enseignement supérieur s’en contrefiche, cela rentre dans les responsabilités d’un autre ministère !

Faire tenir des ruines

Si les enseignant.e.s-chercheur.e.s s’en sortent à peu près, les personnels techniques et administratifs des universités sont encore plus mal lotis. Au CNRS on appelle cela des postes supports, et ils ont baissé encore plus fort que les postes de chercheurs. Si bien qu’on arrive à des aberrations, où tel laboratoire de génétique a acheté une machine hyper-sophistiquée à 6 ou 7 millions d’euros mais ne dispose d’aucun personnel pour la faire marcher ou assurer sa maintenance. Et bien à la fac, c’est pareil. La logique de réduction des coûts a supprimé des postes essentiels. Cela va des cellules de soutien psychologique à l’orientation des étudiants, aux scolarités des UFR et des composantes, en passant par les équipes informatiques des universités. Qui fait tenir les serveurs en ce moment ? Qui développe les outils des enseignements en démerdentiel ? Des équipes à bout et désormais des entreprises privées (Zoom, Panopto, Skype) que les facs paient à prix d’or.

Des services sinistrés ne peuvent remplir les tâches qui leur incombent. La faute à la précarisation des situations individuelles, et au manque de personnel pour faire tenir une université. Il n’y a que très peu de réflexions dans ma fac sur le management des équipes ou sur les façons de se sentir bien au travail (et je ne parle pas d’argent… ces postes sont sous-payés). Et je ne parle pas non plus du management toxique de certains cadres qui réussissent à décimer un service en quelques mois à coup d’arrêts maladies et de burn-out…

Mais bon, la LPR va nous sauver en accroissant la participation des personnels et des étudiants à la gouvernance universitaire. La belle affaire ! Comme si nous étions formés, enseignant.e.s, administratif.ve.s ou étudiant.e.s à la gestion d’une université, à des postes d’administration : qu’est-ce qu’un enseignant-chercheur peut faire pour gérer des équipes administratives, sans être formé, sans aide RH et en subissant la pression des vices-présidences ou du PDG ? Rien, nous serons mauvais parce que non formés pour cela.

A la suite du premier confinement, plusieurs universités ont été incapables de délivrer des diplômes au mois de juillet. Tout ça parce que des services communs n’ont pu assurer le paramétrage, la programmation et la maintenance du logiciel censé organiser les diplômes, calculer les moyennes, bref, faire les opérations de base pour savoir qui était reçu et qui ne l’était pas. La collation des grades n’a pu être menée à bien, et c’est un putain d’échec pour l’État, le signe d’un effondrement de ses prérogatives. Exactement comme cela a été le cas dans la crise sanitaire et la gestion des patients Covid dans les hôpitaux. Faute d’investissements, l’institution craque et ne peut plus remplir ses missions. Le ministère nous demande de tenir des ruines. Nous le ferons un temps, mais le risque est que l’immeuble nous tombe dessus, enfouissant enseignants-chercheurs, personnels administratifs et  étudiant.e.s. Amen.

N.B. : ce texte est un coup de gueule individuel et à vocation à témoigner, rien de plus. Faites-en ce que vous en voulez mais s'il vous plaît, ne me mêlez pas à vos lectures. Je n'en veux à personne à part à ma ministre et à son entourage professionnel, aux dirigeants de la France depuis 30 ans et au nouveau management public. Je n'accuse personne et je n'ai pas, pour écrire ce texte, maltraité pas de petits chats. 

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Samuel Paty : ce que j’ai dit à mes étudiant.E.s

Ce lundi, il fallait en parler. Parler de l’attentat, mais cette fois-ci avec l’urgence et la sidération de l’enseignant touché par l’assassinat d’un collègue. Il le fallait pour surmonter l’effroi de l’acte barbare, mais aussi et surtout pour aller au-delà de la consternation face aux débats qui ont suivi. Il le fallait enfin parce que ce sont les thématiques de recherche que j’explore, sur lesquelles je lis et enquête depuis des années, avec lesquelles j’essaie de construire un raisonnement, de tenir une position éthique de recherche.

Pourtant, je n’avais pas envie d’en parler. L’esprit brouillé, tant par l’acte que par ce qui s’en est suivi : des récupérations, des dialogues de sourds et des insultes. Le degré zéro de l’action politique et de la pensée intellectuelle, la démobilisation des spécialistes et l’envahissement du débat public par des thématiques vagues et parfois nauséabondes, voilà les logiques qu’il fallait expliquer aux étudiant.e.s.

J’ai donc commencé, par honnêteté, par la sidération du professeur. Le choc et l’effroi de l’acte et le chagrin pour la victime et ses proches. J’ai dit que ma difficulté à parler renvoyait à l’horreur de l’acte mais aussi à la cacophonie politico-médiatique du moment. J’ai expliqué que la sidération est normale, et qu’elle est même un passage obligé. Que c’est un processus normal après un attentat et que progressivement le choc se transforme. J’ai expliqué qu’il fallait prendre au sérieux nos émotions tout en sachant que nous ne réagissons pas de la même façon. Qu’il ne fallait surtout pas faire comme si de rien n’était.

J’ai ensuite expliqué aux étudiant.e.s qu’on pouvait prendre l’attentat et les jours précédents comme une séquence où s’entremêlent des enjeux sociaux et politiques qu’il nous appartient de penser. Et que la démarche des sciences sociales irrite beaucoup parce que nous disons multi-causalité là où l’on cherche des explications univoques et définitives. J’ai proposé 6 axes de réflexion sur lesquels nous devions absolument saisir quelque chose de notre monde.

1. Les réseaux sociaux

J’ai commencé par les réseaux sociaux, puisqu’ils sont à la base de l’envenimement de la séquence initiale de la salle de classe. Les emportements ont été exagérés par des témoignages biaisés et situés, et les réseaux sociaux ont accompagné l’affaire. Il y a un enchaînement de faits : cela commence au collège, se poursuit au commissariat, dans les salons de la préfecture, retour au collège, passage dans les bureaux des renseignements territoriaux. Face à cet enchaînement, il y a un calque déformé de cette réalité, hors des protagonistes concernés, relayé et amplifié par des anonymes qui, entre indignation et militantisme ont propagé des visions partielles de l’événement. Des réflexions surgissent ici et là sur les réseaux sociaux : Olivier Ertzscheid en dit des choses puissantes sur la propagation et l’ampleur qui ont des conséquences non maitrisées. Comme j’étais dans une position d’enseignement j’ai alerté mes étudiant.e.s sur les risques de l’emportement, sur la vérification des sources et l’indignation par procuration. J’ai préféré leur dire que nos retweets et nos partages de vidéos étaient des gestes politiques, qui avaient des conséquences. J’aurai pourtant aimé leur parler davantage de la logique algorithmique, de la problématique lutte contre la haine sur les réseaux sociaux,  et de la focalisation du champ médiatique sur ces maudits 180 signes.

2. La violence

J’ai ensuite parlé de la violence, de celle extrême de l’acte, et des impasses des sciences sociales sur son déclenchement. J’ai repris ici mon cours sur les conceptions plurielles de la violence, qui a longtemps été vue comme un élément naturel de l’existence humaine. Qui a des conceptions multiples et a aussi été comprise et envisagée comme un élément libérateur, l’exercice de la violence pour se libérer des jougs (songeons simplement à ce que signifie une « guerre de libération »). J’ai expliqué avec N. Elias la baisse tendancielle de la tolérance à la violence, avec ma collègue I. Sommier les impasses de la qualification du terrorisme et de la violence totale et j’ai pu dire un mot sur les ressentis de la violence, notamment dans le monde actuel où sont pressés et oppressés un nombre non négligeable d’individus qui ressentent cette pression et oppression comme violence. J’ai bien pris garde dans ce point de ne pas opposer l’acte barbare aux multiples définitions de la violence. Mais j’ai pu insister sur le fait que les sciences sociales étaient toujours incapables de prédire un passage à l’acte violent. Nous travaillons sur des groupes, sur des contextes historiques, nous identifions les facteurs qui prédisposent ou favorisent un passage à la violence mais nous ne pouvons pas identifier qui et quand va « passer à l’acte ». Le pourrions nous, quelles en seraient les conséquences : un prix Nobel pour les scientifiques ou la perspective d’un Etat Léviathan totalitaire ? Enfin il a fallu que je dise la radicalisation et ses impasses, ses définitions concurrentes et ses méconnaissances politiques : les scientifiques ont bien expliqué la dimension processuelle, et ont expliqué qu’il fallait mieux l’envisager dans une perspective interactionniste. On se radicalise par rapport à un milieu, par rapport à un contexte et ce processus ne mène pas forcément à la violence. Considérer la fin du processus de radicalisation comme le passage à la violence contraint à penser l’exception plus que la règle, à penser le meurtrier plutôt que son environnement. C’est une impasse intellectuelle.

3. L’intégrisme

Evidemment, pour un acte perpétré par quelqu’un qui se revendique de l’islam, pour une séquence initiale qui comporterait des caricatures religieuses, j’ai pu dire à mes étudiant.e.s qu’il fallait aussi penser le fait religieux et ses dérives. Qu’il y a des athées, des agnostiques, des qui-se-demandent, des qui-croient-un-peu et des croyant.e.s qui sont violentés par la violence et qu’ils sont ultra-majoritaires ; mais qu’il y a aussi des croyants plus « radicaux » qu’on appelle intégristes, qui peuvent approuver la violence et parfois même agir avec violence. Ils ont compris mon message implicite : ce n’est pas l’islam qui est en cause, ce sont ses dérives intégristes. La position intellectuelle est bien de se garder de l’amalgame, de ne jamais considérer la communauté comme un tout indistinct (« les musulmans » ou « la oumma » n’existent pas) mais que des discours et opinions les font exister comme des méta-catégories. Les étudiants savent qu’il y a des personnes qui croient que l’islam est une religion violente et que sa théologie, son histoire, ses développements récents provoquent les dérives intégristes. Mais ils savent aussi que c’est intellectuellement paresseux de dire des choses aussi générales, sans prendre en compte l’historicité des monothéismes, les débats théologiques, l’histoire des premiers empires et la géopolitique. C’est l’objet de mon cours en deuxième année.

Dans cet échange nous avons aussi parlé du salafisme et de ses conceptions : quiétiste et djihadiste, des explications sociologiques qui évoluent sur cette conception religieuse : G. Képel et O. Roy sont d’accord aujourd’hui pour dire que le salafisme peut, dans une certaine mesure, préparer le terrain à une conception violente de l’action dans le monde. A part les outrances politiques et les raccourcis militants, personne ne croit que le salafisme mène à la violence. Il en prépare peut-être des conceptions, des représentations, rien d’autre. Mon travail d’enseignant a été ici d’accueillir, de guider et de nuancer.

4. L’intégration

La question la plus débattue aujourd’hui est celle de l’idéal républicain et de ses valeurs. Mais l’enjeu sous-jacent n’est que rarement abordé frontalement : comment se fait-il que des valeurs a priori universelles et intangibles soient contestées ? Comment se fait-il qu’un idéal ne soit plus signifiant ? Le déplacement intellectuel du débat public à son contexte socio-historique a fait surgir la grande question du pluralisme, de l’intégration des populations immigrées, de l’idée du brassage républicain et de ses échecs. La question est très sensible car elle est à la base de l’altérisation (le processus de dire qui est un autre, qui est un étranger). C’est de mon point de vue une question sociologique quasi-insoluble, qui date des premières communautés humaines (« qui en est et qui n’en est pas ? »), et qu’on retrouve en France dès la construction du royaume (« qui est franc et qui ne l’est pas ? »). Depuis, la question sociologique a été naturalisée et amplifiée par l’avènement de la République et de la colonisation : les citoyens français et les « autres », indigènes ou sujets. J’ai renvoyé mes étudiants aux travaux de Patrick Weil (Qu’est-ce qu’un Français ?) et Gérard Noiriel (Le creuset français). Mes étudiant.e.s m’ont fait comprendre que c’était pour eux le sujet le plus préoccupant, tant l’aveuglement de notre société est grand sur la question. Et qu’on le veuille ou non, cela nous ramène (pour partie) à la colonisation. Pourtant documentées par toutes les sciences sociales, il existe en France des discriminations exceptionnellement élevées envers des descendant.e.s d’immigré.e.s et les habitant.e.s des quartiers populaires. Ces discriminations, qui confèrent au racisme, se jouent dans toutes les dimensions de l’existence, de l’école au monde du travail, de la prime enfance à la retraite, et touchent à l’économie, à la culture, au social et au politique. Mais aussi aux représentations. Nul besoin d’aller très loin pour mes étudiant.e.s : le Sénat voisin, l’Assemblée nationale, les cabinets ministériels, et mêmes leurs propres promotions à la Sorbonne en témoignent. Où est la diversité ? Où se trouve le brassage républicain ? Il n’y en a pas. Malgré les efforts des gouvernements successifs, une réflexion sur les ratés de l’intégration et les impasses de la diversité est nécessaire pour penser les autres dérives : le séparatisme, l’intégrisme religieux, la violence politique, le rapport à la participation et au vote etc. Nous pourrons toujours invoquer la force des symboles, la foi en la République et ses hussards noirs, rien n’y fera : ces symboles ne font plus sens partout, faute d’avoir été incarnés. Ce naufrage est collectif disent mes étudiant.e.s, et ils ne sont pas tendres avec le politique.

5. Le champ médiatique

J’ai ensuite déplacé le débat sur le fonctionnement du champ médiatique en demandant à mes étudiant.e.s comment ils s’informaient, ou comment ils consommaient de l’information ? Parce que je trouve extrêmement préoccupant le fonctionnement d’une sphère de l’information en continue, et bien que je n’en sois pas spécialiste, il y a des tendances préoccupantes. Les étudiant.e.s étaient d’accord sur le constat d’un développement du « tout info » qui délaisse le journalisme d’enquête et qui remplit du vide entre deux « rappel des titres ». Il est de bon ton de dénoncer la pensée BFM, ou l’outrance pailletée de Cyril Hanouna. En tant qu’enseignant, je suis effaré par deux tendances concomitantes de ces dernières années. Tout d’abord le remplissage du vide informatif des chaines d’information où chacun, pourvu qu’il ait une bonne situation et qu’il sache parler, est inviter à disserter sur des sujets qu’il ne connaît pas. A la condition d’avoir des avis tranchés et si possible qui s’opposent à ceux des autres invités. La deuxième tendance est celle de l’incantation de la sortie du politiquement correct : il faut désormais énoncer les problèmes clairement, briser les consensus mous et s’autoriser la transgression, parce « qu’on ne peut plus rien dire ». Or cela profite aux extrêmes et plus souvent à ceux de droite qu’à ceux de gauche. Eric Zemmour en est l’illustration, mais les effets pervers sont encore plus vaste dans des émissions populistes comme celle de Pascal Praud où le seul but est de tenir des propos outranciers et de monter des clashs, qui pourront être découpées en séquences de 30 secondes pour pouvoir tourner sur les réseaux sociaux. Voilà peut-être l’une des logiques de l’emportement sur les réseaux sociaux.

Ce fonctionnement du champ médiatique qui court après l’info, elle-même préalablement mise en forme par le politique (storytelling) abouti à du vide. On a parlé ici de la médiatisation des manifestations des Gilets jaunes : les chaînes d’info passaient l’après-midi à suivre une manifestation dans les rues de Paris, sans parler de ce qu’il se passait, mais de ce qui allait se passer. La première salve de lacrymo ou une poubelle brûlée sous les caméras justifiait toutes ces heures à attendre le dénouement : l’action de violence. Mais que se passait-il quand il ne se passait rien ? C’est une des questions fondamentales de la sociologie ! Ici mon intervention pédagogique s’est limitée à inciter mes étudiants à mieux consommer l’information, à sélectionner les supports et à faire attention à la vérification des sources. Face à une dérive professionnelle d’une partie du monde journalistique au nom des rendements publicitaires et de la concurrence, face à la modification en profondeur des générations, des pratiques et des formats du journalisme, nous ne pouvons qu’éduquer les étudiant.e.s à l’accès de plus en plus complexe à l’information.

6. Finir par l’enseignement et le savoir

Enfin, il a fallu parler de l’enseignement et du savoir. J’ai commencé par rappeler que pour Bachelard la connaissance se fait toujours contre soi-même. Que l’on doit se préparer à des remises en causes si l’on fait œuvre de pensée sociologique. Certes, l’avertissement marche avec mes étudiant.e.s, mais sans doute moins bien avec des collégien.e.s. Je n’ait rien dit sur l’acte pédagogique de Samuel Paty parce que je n’y étais pas et que l’enjeu n’est pas là. J’ai simplement repris ici les éléments de la sociologie de l’éducation sur la profession d’enseignant,  aujourd’hui prise dans des logiques contradictoires. Et les enseignant.e.s  sont très mal accompagné.e.s. Une première logique de massification de l’enseignement qui bouleverse le rapport aux familles, une deuxième logique d’inclusion des familles au sein des établissements scolaires qui produit des situations complexes. Une troisième logique d’accompagnement des enseignant.e.s mal maîtrisée, qui confère à la voie hiérarchique un poids démesuré, un contrôle de plus en plus serré de la pédagogie et de ce que peuvent dire les enseignant.e.s ; enfin cette logique créé un déséquilibre entre territoires. Dans le même temps les établissements scolaires sont érigés en stars de la laïcité : c’est là que s’y actualise le destin français et que s’y transmettent les valeurs de la République. Logiquement, c’est aussi dans les établissements scolaires que ces valeurs y sont contestées, qu’elles montrent parfois leurs limites et qu’on y découvre parfois d’autres modèles de société. Sont-ce vraiment des territoires perdus de la République ? Sans doute pas, car les établissements scolaires fonctionnent plutôt bien dans leur immense majorité : la vie scolaire s’y déroule, les apprentissages y ont lieu et chaque année une cohorte en sort diplômée. Mes étudiant.e.s ont bien compris que les décisions fortes concernant le concret du monde éducatif étaient toujours prises lorsqu’une directrice d’école s’y suicide ou qu’un enseignant de collège s’y fait tuer atrocement en enseignant la liberté d’expression.

***

La séance du cours était prévue sur la pluralisation religieuse en Afrique. Nous avons mené à bien cette séance et plusieurs fois nos discussions scientifiques nous ont ramenées à l’actualité en France. C’est là dessus que j’ai voulu conclure mon intervention. Notre rôle, le mien comme le leur, est de ne pas tolérer la paresse intellectuelle et la pauvreté argumentative dans l’explication des phénomènes sociaux. L’un d’eux a soulevé l’action du politique, entre la récupération mémorielle et l’action punitive de l’ultra-ministre de l’intérieur : « visite » aux domiciles de personnes « ciblées » pour « faire passer des messages », expulsion de personnes fichées S, projet d’interdiction du CCIF, changements de direction à l’observatoire de la laïcité, et encore d’autres joyeusetés à venir. Du répressif et de l’idéologique comme seules réponses à un acte barbare. Le mépris de la multi-causalité. La non-prise en compte d’enjeux urgents à l’avenir de la société.

*

En quittant la salle, nous apprenions que la fac serait fermée le lendemain, pour cause d’hommage présidentiel. La cérémonie a été belle, sobre et mesurée. Enfin.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers va renforcer la sélection sociale et financière des étudiants

J’ai écrit cette tribune pour la proposer à publication dans un journal quotidien qui paraît chaque soir. Finalement je ne l’ai pas envoyée parce qu’il y a des plus savant.e.s et plus connu.e.s qui disent les choses mieux et plus poliment. Mais je ne renie rien à mes mots, y compris les gros mots… Du coup, je la publie pour les lecteurs et lectrices de ce blog de recherche.

La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers cache mal une volonté politique de généraliser la hausse, fût-ce au détriment des plus défavorisés.

En annonçant la hausse brutale (+110%) des frais d’inscription dans les universités pour les étudiants étrangers (en fait les ressortissants de pays non-membres de l’UE), le gouvernement d’Edouard Philippe revient sur un consensus éducatif enraciné depuis 1968 : l’accès à tous à l’université. Ce principe politique, déjà mis à mal par l’épisode Parcoursup, va être définitivement enterré par la hausse programmée du coût des études. Cette décision cache mal une volonté de transformation néo-libérale de l’université à marche forcée, au risque de susciter des réactions bien plus fortes que celles contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants.

Cette hausse des frais d’inscription est censée renforcer notre compétitivité universitaire et nous permettre  d’attirer des étudiants venant de régions historiquement peu représentées dans le système universitaire français comme la Chine, l’Asie du sud-est, etc. Il faut d’abord être assez stupide pour penser qu’une hausse fera seulement venir de nouveaux étudiants. En réalité, la hausse entrainera automatiquement un reflux net d’autres contingents étudiants mieux représentés dans le système universitaire : l’Amérique du sud, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient. Bref, les pays du sud, qui ne pourront plus financer qu’une élite pour fréquenter les bancs de nos universités. Exclure certains étudiants pour mieux en intégrer d’autres, voilà le premier choix du gouvernement.

La hausse des frais d’inscription est également justifiée par la volonté de redonner à la recherche française sa place dans le concert des nations occidentales. Arrêtons le délire tout de suite : la hausse des frais d’inscription, même généralisée à tous les étudiants, ne suffira pas à combler le manque d’investissements publics de ces 25 dernières années. Les investissements consacrés à la recherche et l’innovation stagnent autour de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), alors que la stratégie de Lisbonne fixe un minimum à 1% (soit « seulement » 4,5 milliards de déficit chaque année…). Pire, le financement de l’ESR baisse tendanciellement depuis 20 ans. Nos pays voisins consacrent davantage de ressources à la recherche, l’enseignement et l’innovation. Nous sommes à la traîne dans les investissements, nous en payons les conséquences (croissance moins forte) et paierons encore pendant 10 ans. Il est complètement faux de dire que la hausse des frais d’inscription compensera le sous-déficit du secteur, c’est un cataplasme sur une jambe de bois.

La hausse des frais d’inscription s’inscrit également dans la continuité d’une loi de 2007 (loi dite LRU) autonomisant financièrement et en partie scientifiquement les universités. Cependant cette autonomie s’est accompagnée de la baisse des dotations de l’État, et a donc seulement fragilisé les universités : aujourd’hui 50% d’entre-elles sont obligées de « geler » des postes (c’est à dire annuler ou reporter des recrutements de personnel) pour faire face aux dépenses. Renoncer à des recrutements alors que la population étudiante augmente, voilà où nous en sommes. Alors oui, c’est au niveau des finances des universités que ces nouvelles recettes apparaitront en venant combler le manque d’investissement étatique. Faire payer les étudiants et organiser le retrait de l’État, voilà encore une fois le programme du gouvernement.

Surtout, cette hausse des frais d’inscriptions va entraîner une sur-sélection sociale des étudiants. L’expérience de Parcoursup aura montré une chose : la logique de l’algorithme renforce la sélection par les résultats : les étudiants de cette année sont encore meilleurs que les années précédentes (dans mon département il y a 80% de mentions bien et très bien malgré un paramétrage « très ouvert » des critères de sélection). Or nous savons que la sélection par les notes va de pair avec une sélection sociale : le résultat sera donc une université pour les étudiants les meilleurs, mais surtout pour les plus riches, capables de payer 15 000 euros les 5 ans d’études (sans redoublement). Si les meilleurs ne peuvent pas venir tant pis pour eux, nous prendrons les plus riches !

Enfin cette hausse des frais d’inscription va fragiliser les étudiants eux-mêmes.  Déjà stressés et angoissés (voir les enquêtes du CNOUS), les étudiants vont devoir gérer une pression parentale (ou leur propre endettement). Le redoublement sera une catastrophe financière alors que nous raisonnons en terme de maturation d’esprit, d’acquisition de connaissances et de méthodes de raisonnement. Loin de l’eldorado promis, à l’image du fantasme des universités américaines qui accumulent excellents étudiants et prix Nobel sur leurs campus, la hausse des frais d’inscription va simplement fracturer encore un peu le monde de l’enseignement et de la recherche, à tous les niveaux : des étudiants-clients, aux personnels administratifs et de soutien jusqu’aux enseignants, vent debout contre ces réformes mal faites car pas pensées.

En annonçant cette hausse sans aucune concertation, le gouvernement semble pressé de réformer sans réfléchir une seule seconde aux conséquences. Edouard Philippe et son gouvernement viennent de précipiter les universités du haut de la falaise, et nous, universitaires, employés et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche entendons notre ministre crier depuis le sommet : « jusqu’ici tout va bien ! ».

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’islam de France dans la revue ethnologie française

Le dernier numéro de la revue Ethnologie française vient de sortir dans une relative indifférence.

Les collègues ne s’en sont peut-être pas encore saisi, et les journalistes ne semblent pas vraiment s’y intéresser.  Or c’est bien dommage car ce numéro prend au sérieux la question de l’implantation de l’islam en France : il y a désormais une religion musulmane enracinée, qui n’entraîne ni débats, ni levées de boucliers. C’est une religion ancrée dans le local, bricolée comme toutes les croyances, bref, une religion comme une autre.

De l’intérêt (politique) de l’ordinaire

C’est sans doute l’intérêt essentiel de cette livraison d’Ethnologie française: montrer qu’au delà des hystéries sur les prières collectives dans l’espace public, des débats sur la compatibilité de l’islam avec la laïcité ou du prisme de la radicalisation, il existe une religion ordinaire, pratiquée avec plus ou moins de rigueur, d’effervescence et d’implication. Que cet islam là est transformé par son intégration en France, et qu’il transforme aussi les discours et les pratiques. Bref que c’est une religion qui devient anormalement normale !

Cette approche apaisée de l’islam, le parti-pris d’ethnographies privilégiant des études longues et approfondies, est sans doute l’une des raisons du peu d’enthousiasme de la réception du numéro. Pas assez radical, pas assez polémique, pas assez clivant !

Un tel numéro fait pourtant du bien au milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il apaise des visions antagonistes et politiques du religieux qui s’exercent avec violence dans le champ académique. Il serait bien que les journalistes s’en saisissent pour mieux saisir quelques caractéristiques de l’islam en France.

C’est pour toutes ces raisons que je suis très fier de publier un article (écrit avec Géraldine Mossière et Myriam Laakili) sur la conversion à l’islam au sein de ce numéro, indispensable sur le plan scientifique et sur le plan politique. Bravo donc au comité de rédaction de la revue et mention spéciale à Marie-Luce Gélard qui a assuré la coordination du numéro.

Présentation

Les études sur l’islam en France se sont essentiellement déployées autour de thématiques qui ont laissé dans l’ombre la pratique cultuelle ordinaire. En effet, la recherche, dominée par les sciences politiques et, dans une moindre mesure, par l’histoire et la sociologie, s’est largement concentrée sur l’analyse d’un courant spécifique et minoritaire, le wahhabisme, en oubliant de s’intéresser aux courants majoritaires, à la diversité des pratiques et à la façon dont celles-ci s’articulent avec le quotidien.

 Une réelle connaissance des façons de vivre et de pratiquer l’islam en France, encore bien trop lacunaire, est aujourd’hui d’autant plus importante que les stéréotypes concernant les musulmans se sont multipliés et aggravés. À partir d’ethnographies des interactions quotidiennes saisies dans diverses situations, où le fait de « pratiquer l’islam » entre en jeu (depuis l’exercice de la prière à la question de la conversion, en passant par le regard des travailleurs sociaux ou celui des femmes), ce numéro propose d’aborder, d’un point de vue anthropologique, les cultures musulmanes françaises et d’ouvrir ainsi le champ à de nouvelles recherches sur les pratiques et les vécus de l’islam ordinaire.

Sommaire

Pratiques et vécus du quotidien

Éditeur invité : Marie-Luce Gélard

Introduction. L’islam en France : pratiques et vécus du quotidien

  • Anne-Marie Brisebarre, L’évolution de la pratique du sacrifice de l’aïd el-kebir en contexte urbain français
  • Marie-Laure Boursin, À l’heure de la prière : entre pratiques et expérimentations
  • Loïc Le Pape, Myriam Laakili et Géraldine Mossière, Les convertis à l’islam en France, entre liens originels et recompositions croyantes
  • Mohamed-Ali Adraoui, La Hijra au service d’un projet de rupture intégral dans le salafisme français
  • Daniel Verba et Faïza Guélamine, Travail social et islam : l’embarras des professionnels
  • Rania Hanafi, Soeurs en islam : des étudiantes pratiquantes en « résistance »
  • Geneviève Zoïa et Laurent Visier, Femmes musulmanes dans un quartier populaire. Territoire, santé, éducation
  • Chantal Crenn, Ce que les musulmans nous disent de la campagne girondine
  • Jennifer A. Selby, Le bled en banlieue. Le mariage musulman face à l’État français

DEBAT

  • Mohammed-Hocine Benkheira et Florence Bergeaud-Blackler: Autour de Le marché halal ou l’invention d’une tradition

VARIA

  • Philippe Tétart, L’absolution médiatique d’une icône sportive ou notre impénitent besoin de héros. Lectures du coup de boule de Zidane.

Voici  le lien vers la page de la revue sur la plateforme Cairn.

[Mise à jour du 30 novembre 2017 : le numéro d’ethnologie française a été évoqué par Jacques Munier dans son journal des idées du 14 octobre dernier (suivre ce lien pour réécouter la chronique). Merci à lui !]

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les conversions à l’islam sur France culture

J’ai été l’invité de Ghaleb Bencheikh dans son émission questions d’islam (sur France-culture) dimanche 17 septembre 2017 pour discuter, avec Dominique Thewissen des conversions religieuses à l’islam.

Vous pouvez retrouvez ci-dessous le lien vers l’émission.

Merci à Ghaleb Bencheikh et à Dominique Thewissen pour les échanges fructueux.

Voir aussi l’URL de l’émission (avec une belle photo).

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La sociologie des conversions religieuses et ses angles morts

Une amie et collègue me disait récemment vouloir travailler sur les conversions religieuses pour ouvrir d’autres perspectives et me sollicitait sur la question. J’ai pris le temps de lui faire un message, que je développe ici, sur deux ou trois axes qui me semblent sous-investis par la sociologie des conversions religieuses. Réactions et débats bienvenus.

Avant propos : le passage du pourquoi au comment

C’est l’une des ficelles d’Howard Becker, le génial et iconoclaste sociologue d’Outsiders. Dans un autre de ses livres, il raconte la façon dont il interrogeait les fumeurs de marijuana. En posant la question du pourquoi (« pourquoi avez-vous commencé à fumer? »), il n’obtenait que des réponses vagues, stéréotypées et embêtées des acteurs. Aussi il décida de passer à la question du comment (« comment avez-vous commencé à fumer? ») et les réponses furent si satisfaisantes qu’il en établit une règle sociologique: pour recueillir des données biographiques plus intéressantes, il est préférable de faire parler les individus interrogés sur le concret de leurs  expériences, et à trouver ensuite les raisons de leurs comportements.

C’est un peu ce qui s’est passé pour la sociologie des conversions. Les premiers travaux cherchaient à comprendre les raisons de la conversion, ce qui poussait un homme ou une femme à changer de religion. Puis, sous l’impulsion de la sociologie américaine de l’engagement et des « nouveaux mouvements religieux », toute une littérature s’est développée sur les étapes de la conversion, sur la façon dont l’engagement est mis en scène et rapporté par celles et ceux qui le vivent. Les travaux actuels font une large part à cette façon de voir la conversion religieuse, au travers du recueil de récits de conversions et des expériences sensibles des individus.

A notre décharge, il n’existe que très peu de données quantitatives sur les conversions, qui permettraient d’autres façons d’aborder l’objet. Les chercheurs n’ont pas accès aux fichiers des grandes mosquées en France, ni à ceux du Consistoire central pour le judaïsme. Seule l’église catholique publie des statistiques sur les conversions. Faute de données quantitatives manipulables, et compte-tenu des interdictions de constitutions de fichiers mentionnant l’adhésion religieuse, toute une génération de sociologues (dont je fais partie) travaille sur les expériences sensibles de l’engagement religieux, et sur leurs conséquences.

Dans la veine de nos travaux, il y a encore au moins trois points qui m’importent et que je propose d’évoquer ici brièvement.

Que devient la religion des convertis ?

En premier lieu, ce qui manque dans nos travaux, c’est de savoir ce que deviennent les convertis, ou mieux encore, la religion des convertis. En effet, nous nous sommes presque tous centrés sur la conversion en elle-même, et sur les conséquences de celle-ci, dans une temporalité assez brève: pour ma part, les conversions les plus anciennes datent d’une trentaine d’années. C’est court. Nous avons besoin, me semble-t-il d’un questionnement longitudinal sur la durée et l’intensité des engagements religieux  et sur la transmission du religieux par les convertis.

L’une des thématiques passionnante (que je voulais traiter dans ma thèse) est celle de la génération suivant la conversion. Il y a des milliers de questionnements en suspens. Par exemple sur le sort de l’enfant dans un couple où l’un est converti et l’autre pas. Je sais qu’il y a des négociations importantes sur les prénoms, les rituels à faire ou pas, les pressions des familles et belles familles. Amélie Puzenat en parle un peu dans son ouvrage sur les conversions à l’islam. Et dans le judaïsme, il est important de rappeler que c’est la transmission religieuse qui pourvoit à nombre de conversions. Autre thématique,  celle de la transmission religieuse : qu’est-ce qui est transmis aux enfants ? Quel type de socialisation religieuse ? Qu’est-ce même que la transmission religieuse lorsqu’on est converti ?

Il y a donc la place, me semble-t-il pour une recherche comparée sur le devenir des convertis, et l’étude des générations suivantes. L’obstacle est plutôt méthodologique. L’expérience montre qu’il est délicat d’identifier puis d’interroger des convertis. Mais il est sans doute encore plus compliqué d’identifier des personnes converties depuis longtemps (sachant qu’une des conditions de la conversion est l’oubli de celle-ci dans la nouvelle communauté). Et il est probablement encore plus compliqué de rencontrer des enfants de convertis et de les interroger sur les gestes de leurs parents. Compliqué oui, impossible non…

Un salafisme de conversion ?

Livrons directement l’hypothèse (pas vérifiée) : la conversion religieuse dans la mouvance du salafisme induit des formes particulières de l’expérience religieuse (et probablement politique), qui ne sont pas des formes durables d’engagement religieux. Certes l’hypothèse est téméraire, mais mon expérience de recherche montre que les conversions religieuses les plus intransigeantes ont du mal à durer dans le temps.

Cela ne dure pas pour diverses raisons évidemment, mais l’une de ces raisons, probablement centrale, est que les ruptures biographiques de la vie (mariage, enfants, divorces, décès de proches etc.) viennent peser sur l’engagement. Il y a aussi le fait que l’expérience d’engagement dans des formes intransigeantes a un coût pour l’individu, et qu’il n’est pas évidement de prolonger de tels engagements. On retrouve ici la littérature sur les engagements « à risque » ou « radicaux » ((voir notamment ce numéro de Lien social et politique, spécifiquement les articles d’I. Sommier et d’O. Fillieule qui font un point théorique extrêmement clair).

Cette question est malheureusement éminemment politique aujourd’hui, puisque tout le monde cherche à savoir si la mouvance salafiste est un préalable à l’engagement radical potentiellement violent ou si, au contraire, elle ancre l’individu dans une pratique orthodoxe, certes intransigeante, mais sans recours à la violence. Or il me semble que la sensibilité politique du terrain  peut être en partie désamorcée en entrant par l’objet conversion. Il faut sans doute s’accorder sur les termes (salafisme, intransigeance, fondamentalisme, radicalité etc.) et postuler (ce qui est discutable) que le milieu salafiste induit une forme spécifique de conversion (ce que je crois).

Si je n’ai parlé que de l’islam ici c’est parce que ces prémisses personnelles ne concernent que mes recherches sur l’islam (pas eu le temps de tester ailleurs). Mais encore une fois, il faut rappeler que la recherche ne s’enrichit vraiment que par comparatisme, et je vois plein de points de comparaison émerger avec les conversions ultra-orthodoxes dans le judaïsme, et peut-être même des convergences avec les formes austères et fondamentalistes de certains courants évangéliques.

Bref, postuler qu’une conversion intransigeante ne dure qu’un temps me semble une belle hypothèses de départ (étudiants motivés recherchés….).

L’enjeu des conversions « libérales »

Troisième point obscur de la recherche sur les conversions religieuses, et spécifiquement sur les conversions à l’islam ce sont les conversions qu’on peut appeler libérales, celles de personnes qui promeuvent un islam plus ouvert, et qui militent pour cela. Là aussi les travaux de Stefano Allievi ont posé des jalons, mais il reste beaucoup de choses à dire sur la position particulière des convertis européens, qui promeuvent un islam européen très ouvert. Il y aurait sans doute des liens à faire avec les formes mystiques et spirituelles de la religion. Côté islam, cela renvoi à la question d’une nouvelle théologie musulmane, qui est encore un point très discuté politiquement, mais qu’on peut aborder plus calmement à travers les conversions.

Dans le judaïsme aussi les conversions « libérales » sont nombreuses. Là il y a un problème terminologique puisque le judaïsme libéral est aussi une dénomination en vigueur dans la communauté. Aussi les conversions libérales sont celles qui se déroulent dans le judaïsme libéral. Il n’empêche, il y a un intérêt à étudier celles-ci spécifiquement, de part leurs éventuelles particularités, leur rapport à la judéité et au Consistoire.

Bref, des pistes de recherches qui ne demandent qu’à être discutées, et qui sait, exploitées…

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Conférence : les conversions à l’islam en France

Cette semaine j’ai prononcé une conférence à l’Institut des cultures d’islam (Paris, 18e) dans le cadre de la deuxième saison d’un cycle intitulé « islam(s) d’ICI« . Mon intervention a porté sur les conversions religieuses à l’islam.

Merci à toute l’équipe pour l’accueil, à Nacira Guénif-Souilamas pour avoir mené la discussion, et merci aux participants avec qui les échanges ont été francs et profonds.

Un article sur cette question devrait bientôt paraître en collaboration avec deux collègues (j’en dirai plus prochainement).

En attendant, voici la présentation qui a servi de support à la conférence.

(Image à la Une : Crédit photo JP Dalbéra, licence CC sur Flickr https://www.flickr.com/photos/dalbera/27388558991/)

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Lecture : Violence politique totale, J. Ferret

Dans le cadre de mon cours « politique, religion et radicalisation », je suis à l’affût de publications qui renseignent sur la place des sciences sociales dans les analyses des événements récents : comment concevoir la violence politique ? Le terrorisme ? La médiatisation de cette violence et la BFMisation de notre rapport à l’information ? (Sur cet aspect, les analyses manquent me semble-t-il).

Dans la multiplicité des ouvrages parus depuis 2015, j’ai découvert par hasard (dans une librairie d’occasion bien connue du Bd Saint Michel à Paris) un petit ouvrage (76p) de Jérôme Ferret, Violence politique totale. Un défi pour les sciences sociales (Lemieux éditeur). Cet ouvrage, écrit juste après les attentats de janvier 2015 (et donc avant ceux du 13 novembre) est à la fois un coup de gueule scientifique et une présentation synthétique des enjeux autour de la violence.

Afficher l'image d'origineL’auteur est Maître de conférence en sociologie à l’Université Toulouse Capitole, chercheur associé au Cadis, spécialiste de la violence et de la police. Son ouvrage de 2005, Peur sur les villes était remarquable.

Dans une première partie, J. Ferret s’intéresse à la violence que, dit-il, « nous n’arrivons pas à penser telle qu’elle est, telle qu’elle se donne à voir, telle qu’elle est contenue par ceux qui sont censés nous protéger » (p.14). Il est nécessaire pour lui, de reprendre sérieusement l’étude de la violence, en tant que mode de gestion et de représentation d’une société : la violence fait partie de notre quotidien, et pourtant elle nous insupporte, et parfois nous terrorise.

« la violence est le produit de l’incapacité d’une communauté politique qui vit des conditions historiques spécifiques, à instaurer les conditions d’un rapport conflictuel » (p.18).

Dans une perspective tourrainienne, qu’il revendique, il considère la violence comme une possibilité d’action comme une autre (p.35-37), utilisée souvent après épuisement d’autres modes d’action dans la société. L’auteur considère qu’il nous faut expliquer des trajectoires de violence plutôt que des moments de basculement (p.28-29), et surtout que nous devons concevoir, et accepter, que dans nos sociétés des individus construisent consciemment des identités (des subjectivités dit-il) où la violence est fondamentale (p.33-34).

Dit autrement et avec mes mots, nous vivons dans des sociétés violentes, qui font subir des violences physiques, psychiques et symboliques à de nombreuses personnes, qui se construisent avec cette violence. Qui a un moment donné, peut, ou pas, (selon des trajectoires et des parcours biographiques compliqués) se retourner contre autrui, et/ou contre la société. Finalement, l’auteur est un tenant de l’idée que les auteurs des attentats sont des produits des démocraties occidentales, en échec sur des thématiques centrales (l’appartenance à la collectivité, la discrimination, les laissés pour compte) et qui créent des conditions de radicalisation (l’auteur n’utilise quasiment pas le terme).

Violence et mode de gouvernement

Dans une seconde partie, Jérôme Ferret insiste davantage sur les conséquences de la violence sur les modes de gouvernement. Il tord le cou assez fermement à la notion de « risque terroriste » (p.42-43) en soulignant que « le concept de risque dépolitise et désidéologise ce qu’il touche : il gomme les épaisseurs historiques, et [institue] un ordre extérieur par défaut, faute de mieux, sans réelles connaissances empiriques » (p.43).

Il explique aussi, calmement et posément (bravo) que les sciences sociales sont devenues inaudibles dans le débat sur la violence et ses conséquences (p. 43-47). Face aux experts en terrorismes (qui sont bien souvent également des entrepreneurs économiques dans le domaine de la sécurité), face au traitement médiatique émotionnel, les sciences sociales ne peuvent maintenir leur monopole de l’explication des phénomènes. Mieux dit-il, il s’agit d’une transformation des sociétés démocratiques :

« On est désormais obligé d’admettre que les « sciences sociales » sont aussi l’objet de pratiques sociales extra-scientifiques et que les sociétés sont devenues des magmas de sujets, d’institutions publiques, privées, qui réfléchissent en utilisant des résultats de recherche et des concepts qui ont infusé dans le corps social. […] Ainsi en raison de la production plutôt réussie par les sciences sociales de savoirs accumulés concernant un certain nombre de phénomènes sociaux, les institutions de calcul social, les administrations, les organismes d’expertise se développent et façonnent, à leur profit bureaucratique, les sociétés humaines » (p.46-47).

L’auteur revient ensuite à des thématiques qu’il connaît bien, telles ferret-violence-couvque les agences policières et les transformations qu’elles ont subies. Il introduit le propos en opposant une expertise médiatique de la violence (Bauer, Raufer, etc.) à des punitivistes (des social scientists qui considèrent, notamment avec les lois anti-terroristes, la renaissance d’une société punitive (p.50)). Il poursuit en montrant l’importance des transformations des formes de la violence politique : les groupes terroristes et leurs modes d’actions étaient bien identifiés jusqu’aux années 2000, et le sont moins aujourd’hui (c’est la thèse du « nouveau terrorisme » sur laquelle prospèrent les agences de conseil et de sécurité). Il souligne également les transformations subies par l’administration policière (elles sont conséquentes) et, par conséquent, le changement des pratiques de renseignement et de gestion policier par les agents de terrain (p.56-57). En spécialiste de ces questions il déplore le réel déficit de connaissance scientifique et sociale du fonctionnement des agences policières et du traitement du terrorisme. Il appelle notamment à la constitutions d’études sur « la police d’en haut » (l’administration) et « la police d’en bas » (les agents sur le terrain) (p.64), tout en soulignant l’impossibilité d’enquêter sur « l’affaire Mérah » (aucune donnée ne lui a été fournie malgré des demandes répétées).

Dans une conclusion lapidaire et peu optimiste, Jérôme Ferret indique deux des chantiers prioritaires des sciences sociales selon lui : réexaminer la thèse du processus de civilisation de Norbert Elias (pour repenser la thématique de la violence à nouveaux frais) et la nécessaire observation des politiques de l’État sur les modes de gestion de cette violence. Sur ces questions, il nous faut reconnaître qu’il a raison, et surtout, que depuis janvier 2015 les choses ont peu évolué.

Voici donc un ouvrage dense, qui évite la polémique tout en cernant fermement des questions de recherche prioritaires. Et qui pose clairement deux enjeux fondamentaux dans ce que nous entreprenons aujourd’hui dans l’espace académique :

  • la difficulté à travailler avec les services de l’État (ministères, administrations centrales, administrations déconcentrées et acteurs sur le terrain), parce qu’ils sont débordés, sous tension, parce qu’ils subissent une pression politique sur des sujets « brûlants » qui ne devraient pas l’être
  • le fait que les sciences sociales sont devenues inaudibles dans l’espace public, parce qu’elles complexifient, elles refusent les raccourcis et ne se situent pas dans une temporalité qui concerne la conduite des affaires politiques. Les sciences sociales sont aussi concurrencées par des experts ou des commentateurs qui produisent des explications partielles, pas nécessairement fausses, mais insuffisantes.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Jihadisme et conversion religieuse. Tous convertis ?

Article écrit en novembre 2015. Une partie de ce post a servi de base à un texte publié dans Libération: le basculement vers le jihadisme n’est pas seulement religieux, 17 janvier 2016.

« Grâce au travail de l’État, de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et d’associations, nous savons que, sur un panel de 120 familles dont les enfants sont partis faire le djihad avec le Daech, 70 % sont athées et 80 % n’ont aucun lien, récents ou lointains, avec l’immigration. Le plus souvent, les candidats au départ sont des enfants de professeurs, de fonctionnaires, d’avocats, parfois des jeunes issus de quartiers populaires ; en aucun cas, on ne peut dire que la majorité de ceux qui partent pour le djihad sont des binationaux. Sur les 650 appels qu’a reçus le numéro vert ces six derniers mois – autrement dit depuis sa création – 55 % émanent de familles de culture arabo-musulmanes, 45 % de familles d’autres cultures et d’autres religions. » P. Mennucci, rapport à l’Assemblée Nationale

Une récente interview dans les journaux de France Culture, suivi d’entretiens avec d’autres journalistes de la presse écrite, me conduisent à revenir sur ce que j’ai soutenu dans ces interviews successives : on peut légitimement se demander si les jeunes jihadistes sont vraiment des convertis. De là, il est possible de remettre en question l’opposition devenue classique dans le débat sur le jihadisme européen en Syrie entre « convertis » et « natives » (ou présumés musulmans).

Alors, c’est quoi un converti ?

Dans mes travaux (et notamment dans mon livre) je définie la conversion comme un processus qui implique trois dimensions : un rapport à une institution, une interaction avec des proches et un contexte socio-politique. Certes, vu de loin c’est un peu obscur, mais je vais détailler tout ça et le confronter avec ce qu’on sait des parcours des jeunes jihadistes.

Une institution « garante » de la conversion

Il faut ici entendre le mot institution dans un sens large, et pas du tout comme « institution fermée » dans un héritage Goffmanien. Pourtant, lorsqu’on parle de religions, on a tôt fait de référer à des institutions imposantes, traditionnelles et totales. Je soutiens que l’institution est plus labile, moins saisissable, mais qu’elle impose une mise en forme des récits de conversion. Mes travaux comparent trois monothéismes (judaïsme, christianisme et islam) et évidemment ce qui réfère à l’institution dans chacun d’eux est très éloigné. Dans le judaïsme, la conversion est très compliquée (et longue), un peu moins dans le catholicisme et encore moins dans l’islam. Pourtant je n’adhère pas à l’idée, fausse, qu’il n’y a pas d’institution dans l’islam. Les récits de conversion que j’ai recueillis montrent bien qu’il y a de l’institué, de la représentation et de l’imposition. Dans l’islam français, si l’on veut se convertir à l’islam on doit suivre des conseils (de proches, de croyants, de responsables de mosquées, d’imams) et il est même possible d’essuyer des refus. Dans les grands centres ou les grandes mosquées, des cours sont proposés aux aspirants à la conversion, des échanges imposés avec un imam sont nécessaires. « L’islam de France » encadre, même de très loin, le processus de conversion.

Or force est de constater que dans le cas des jihadistes il n’y a pas de contact direct avec une institution. Ce que les journaux rapportent des parcours de conversion au jihadisme, ce sont des processus individuels, quasiment uniquement numérique, faits de longues heures devant un ordinateur à regarder des vidéos et à échanger avec des quasi-inconnus. On imagine pourtant que les aspirants jihadistes ne se convertissent pas tous seuls, et qu’ils sont donc en contact avec d’autres personnes, des recruteurs ou des individus dans le même « état de conversion ». On peut alors, sans doute, dire les choses différemment : les contacts avec des recruteurs, ou avec leurs coreligionnaires intégristes, peuvent éventuellement représenter une forme « d’institution ». Cependant, du fait de l’anonymat, des précautions que prennent les recruteurs, de l’internationalisation dans les stratégies de mobilisation en vue du jihad, cette institution est très obscure, probablement pas très structurée. Mais surtout, elle n’est en rien légitime, contrairement aux grandes mosquées françaises qui pourvoient à la majorité des conversions.

Les conversions des jeunes jihadistes sont donc peu encadrées par une institution, qui n’est elle-même pas représentative de quoi que ce soit, ni même légitime. Gageons qu’un jeune converti dans cette mouvance ne pourrait pas se rendre à la Mecque pour accomplir le pèlerinage, l’un des cinq piliers de la religion qu’ils défendent : aucun certificat de conversion administrativement acceptable par l’Arabie Saoudite ne pourrait lui être délivré…

Des conversions vécues en rupture avec les proches

La deuxième dimension qui définie selon moi un processus de conversion est le partage de l’histoire personnelle, du récit de conversion, avec les proches, et en premier lieu les familles. Là aussi les choses ne sont jamais simples. Même dans le cas de conversions les plus classiques, les moins intégristes, on s’aperçoit qu’il y a toujours des tensions avec les proches, et notamment les parents. C’est tout à fait normal : la conversion est aussi la trahison d’appartenances anciennes, et cette trahison est souvent plus douloureusement vécue par les parents, comme une sorte d’infidélité à un héritage familial (une tradition). Dans tous mes entretiens il y a eu des phases conflictuelles avec les proches (parents, conjoints, amis), parfois même des ruptures, mais en général les convertis et leurs proches arrivent, en quelques mois ou quelques années, à renouer les fils, à se parler et à admettre la conversion. Se faire reconnaître comme converti est l’une de mes hypothèses principales : si pas de reconnaissance par les proches, pas de conversion.1.

Là encore dans ce qui ressort des parcours individuels des jeunes jihadistes, la phase de la rupture est totale. Certains ne parlent plus avec leurs parents, d’autres veulent que leur mère se convertisse, d’autres encore ne quittent pas leur chambre et passent leur temps à prier. Les relations avec les proches sont donc rudement mises à l’épreuve. Encore une fois cette dimension n’est pas discriminante ; on peut supposer sociologiquement qu’au fil du temps les relations auraient pu se calmer, des échanges se renouer, et finalement penser que les parents auraient accepter la conversion, même la plus radicale qui soit. Cependant le départ en Syrie vient comme une rupture encore plus profonde d’avec les proches puisque celui-ci se fait clandestinement, en secret, et sans éveiller les soupçons. Nous sommes donc dans une situation de défiance réciproque, où des proches sous le choc, ne comprennent pas les changements qui affectent leurs enfants/conjoints/amis, et où ceux-ci, pris dans des croyances très sectaires (le mot est lâché) s’attachent à ne pas éveiller les soupçons dans les préparatifs du départ. En termes plus sociologiques, ils sont dans un régime de tension entre l’affichage d’une nouvelle identité (qui implique un mode de vie intransigeant) et la nécessaire inscription dans un collectif qui passe par des justifications (qui peuvent être de fausses justifications, notamment dans le cas d’un départ programmé vers ou pour le jihad).

Être radical dans un pays laïc : des conversions non reconnues

La troisième dimension qu’implique une conversion « classique » est celle de l’insertion des croyances dans un contexte socio-politique particulier. Mes travaux portent sur la France contemporaine, et j’ai donc expliqué que les convertis devaient prendre acte du fait que la France est un pays laïc (ou plutôt se pense comme tel), ayant une histoire compliquée avec le fait religieux. J’ai montré qu’il existe des façons extrêmement normées pour afficher sa foi dans l’espace public (voir les controverses récurrentes à propos des processions catholiques non-autorisées ou pire encore, à propos de la façon dont on peut, ou pas, se couvrir la tête lorsqu’on est une femme musulmane). J’ai également montré, que contre toutes les règles juridiques françaises et européennes, nous supposons en y croyant très fort, que les croyances relèvent de la sphère privée, de l’intime. Ce sont des règles socialement très établies, qui prescrivent des comportements, et qui s’avèrent délicates à transgresser. Passer outre ces normes expose le nouveau converti pris en flagrant délit d’exposition de ses nouvelles croyances à des réprobations morales et des remises en cause de sa conversion.

Là encore, dans le cadre des conversions jihadistes, cette dimension de la discrétion et d’une forme de pudeur religieuse est complètement absente. Pire, elle est niée et combattue : il faut affirmer ses croyances, et notamment en essayant de convertir autour de soi, quitte parfois à les imposer aux autres (sa famille, ses enfants etc.). Plus encore, la France est considérée comme une terre impie, sur laquelle il ne faut pas rester, puisqu’il vaut mieux s’établir sur une terre musulmane (reste à savoir ce qu’est une terre musulmane…). Passons également sur les « signes extérieurs d’affirmation religieuse » (j’assume cette expression) que sont la burqa pour les femmes, le port de la barbe et des codes vestimentaires précis pour les hommes. Il faut cependant noter que cette « visibilité » des jihadistes n’est pas très poussée en France : l’avenir étant au Sham, il est prudent de rester discret afin de ménager un possible départ.

On voit donc qu’à travers les trois dimensions identifiées à partir de travaux sur les conversions classiques, il est possible de relativiser l’emploi de l’expression « les jihadistes convertis ». Je ne dis pas, pour autant, qu’ils ne sont pas convertis, car je n’ai pas eu l’occasion de parler avec eux et d’entendre leurs parcours de conversions. Mais faute de pouvoir le faire, je préfère insister sur le basculement, ou la conversion fanatique : les jeunes basculent dans un univers intégriste, violent, excluant et rejettent jusqu’à leurs appartenances nationales (ils brûlent leurs passeport). En ce sens, ils représentent presque une anti-conversion et sont surtout le reflet de nos peurs collectives.

Les jihadistes sont tous des convertis

Un dernier argument qui me semble non pertinent (et qui en tant que sociologue m’énerve un peu), c’est qu’on estime [pardon que le ministère de l’intérieur estime] qu’il y a entre 20 et 30 % de convertis dans le millier de combattants en Syrie2. Ce qui pose la question du périmètre d’application de la notion de conversion. Et là, force est de constater que nous nageons en plein délire : c’est sur les noms et prénoms des jeunes jihadistes, et sur ce qu’on sait de leur filiation qu’est déduite une appartenance religieuse.

Du coup, tout le monde pense que les « Maxime » sont des convertis et que les « Mohammed » ne sont pas des convertis. Le ministère de l’intérieur, les hommes politiques, les journalistes, et même quelques scientifiques déduisent, sur la base de critères non pertinents (nom, prénom, lieu de résidence, religion des parents), l’origine, la confession et le degré de pratique des personnes qui ont choisies de partir en guerre en Syrie. Mais que sait-on sérieusement de la socialisation religieuse des « Mohammed » ? Rien de plus que celle des « Maxime », pour le dire vite. Nous sommes confrontés à une confusion in-maîtrisable sur les origines qui mêle aspects religieux (les « d’origine musulmane ») et culturel (les « d’origine arabe »). C’est le poids de notre histoire coloniale et la place de l’islam en France qui nous empêche de poser les choses simplement. Parce que les Mohammed-non-convertis, sont en fait à peu près identiques aux Maximes-convertis : ils sont français dans leur majorité, ont été élevés en France par des parents pas spécialement religieux, n’ont aucune connaissance particulière de l’islam, ne parlent souvent pas arabe. Et c’est bien ces configurations familiales qui permettent le basculement, la découverte d’un intégralisme qui suscite une adhésion si forte, autrement dit, qui permet la conversion.

Il faut donc que nous fassions très attention à ne pas tomber dans le piège des assignations religieuses classiques dont la logique veut qu’une jeune homme, habitant en banlieue, même de troisième ou quatrième génération soit automatiquement considéré musulman, pratiquant, d’origine arabe et donc comme un poisson dans l’eau en Syrie. La grande majorité des jihadistes européens ne parlent pas l’arabe et ils sont enrôlés dans des brigades internationales où la langue des échanges est le français ou l’anglais.

Je soutiens donc qu’il est impropre de parler de 20-30% de convertis, mais qu’on devrait plutôt parler de 80 à 90 % de convertis, c’est-à-dire de personnes qui basculent à un moment précis dans une conception intégriste de l’islam, radicale et excluante, et qui peuvent aller jusqu’à partir tuer et se faire tuer en Syrie. Quand aux 10 ou 20 % restants, ce sont des authentiques « islamistes radicaux » (Bruno Etienne), qui croient depuis longtemps en cette conception religieuse intégriste ; ce sont eux qui ont forgé le discours si efficace qu’utilisent avec succès les recruteurs. Et ce sont eux qui ont le plus d’expérience (à la fois intellectuelle et guerrière) par des voyages précédents, des contacts dans les milieux jihadistes, parfois des expériences de guerre (Bosnie, Tchétchénie, Irak, Somalie, Mali). Mais ce sont eux aussi que les sociologues (et les services secrets) connaissent le mieux : ils ont derrière eux des années de militantisme radical, de fréquentations de mosquées intégristes, d’enrôlement et de prosélytisme. Peut-être même que ce sont les seuls qui peuvent revendiquer un engagement religieux.3

  1. C’est là toute l’importance de l’interactionnisme dans mes recherches, qui fait de cette relation avec les proches une condition de la conversion. C’était aussi une façon de prendre à rebours un discours un peu léger sur la conversion comme un acte individuel et souverain. Et bien non, dans une conversion, comme dans la vie, on compose avec les autres, et il faut faire en sorte que les autres composent avec nous… []
  2. Marine Le Pen estime qu’ils sont 4000, mais ne donne pas ses sources. Comme il n’y a aucune source fiable, peu de personnes se lancent dans la discussion des chiffres officiels et tout chiffre avancé sans preuve est suspect. []
  3. La question suivante serait : ces parcours de convertis-jihadistes sont-ils réellement des engagements religieux ? Là encore, la réponse est compliquée et sans doute plus surprenante qu’il n’y paraît. Je ne peux hélas pas la traiter faute de témoignages de premières mains. []

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter