Archives de catégorie : En marges

A la mémoire de Fanny Colonna

Hier, mardi 25 novembre 2014 s’est tenue à Paris une cérémonie d’adieu à Fanny Colonna, disparue brutalement le 17 novembre dernier. De nombreux collègues et amis ont pu témoigner de la capacité de rassemblement de Fanny, et nous lui avons rendu hommage lors d’une cérémonie orchestrée par ses enfants et petits-enfants.

Fanny a été ma directrice de thèse, et sa disparition est un grand vide. Avec ses derniers étudiants, nous avons écrit un texte d’hommage paru dans El Watan. Le voici :

Fanny Colonna, une passion algérienne

La disparition soudaine de Fanny Colonna, décédée le lundi 17 novembre 2014 à Paris nous révèle, l’existence d’une tradition et d’une génération de social scientists algérienne que nous avons du mal à connaître et à reconnaître à cause de ses racines, de ses courants et de ses divisions, quelquefois même considérées comme impures. Fanny Colonna est en effet le produit de cette double histoire coloniale et nationale, de la tradition sociologique algérienne qu’elle a su, mieux que beaucoup d’autres, conserver et dépasser. Née dans un village de l’intérieur de l’Algérie en 1934, d’une lignée d’émigrants de la colonisation à la fin du XIXe siècle, du sud de la France, elle a su et pu opérer des choix professionnels et militants qui allaient à l’encontre de sa prime éducation sociale, politique et familiale. Ces choix étaient moins risqués que ceux des jeunes algériens de sa génération mais, à coup sûr, pas moins douloureux du point de vue affectif. La guerre d’Algérie ne l’avait pas désorientée mais bien altérée notamment à cause de la disparition de son père dans des conditions tragiques. C’est aussi durant la guerre d’indépendance qu’elle s’est mariée, qu’elle a eu ses premiers enfants et qu’elle a commencé ses études universitaires à la faculté centrale d’Alger. En 1962, et à la différence de la masse des Européens qui ont déserté l’Algérie, Fanny et son mari, Pierre Colonna, feront le choix de rester et opteront pour la nationalité algérienne. Cette position et ces nouvelles conditions politiques et citoyennes expliquent une part importante de ses choix épistémologiques dans le champ scientifique français et algérien qu’elle a su tenir des deux mains, sa vie durant.

En 1967, elle soutient pour son diplôme d’études approfondie (DEA) de sociologie un mémoire consacré à Mouloud Feraoun sous la direction de Mouloud Mammeri. Quelques mois après, elle devient assistante au département de sociologie à l’université d’Alger et effectuera, sous la direction de Pierre Bourdieu, un doctorat de troisième cycle sur Les instituteurs algériens (1883-1939) soutenu à Paris en 1975. Quand Mouloud Mammeri sera désigné directeur du CRAPE (actuel CNRPAH) en 1969, il fera appel à son ancienne étudiante et collègue de l’université d’Alger comme à de nombreux autres jeunes diplômés algériens pour constituer un corps de chercheurs algériens au centre. C’est durant ces décennies 1970-80 que Fanny Colonna fera ses premières enquêtes collectives à Timimoune et dans l’Aurès et qu’elle connaîtra intensément le milieu culturel, artistique et intellectuel algérois. C’est également durant ces années, où la sociologie algérienne était flamboyante et déclinante en même temps, que Fanny Colonna a construit l’essentiel de son style, de ses orientations théoriques et sa personnalité scientifique. Elle a été la seule à avoir conservé et su dépasser l’héritage scientifique colonial qui divisait toutes les communautés scientifiques d’Algérie et d’ailleurs. Son goût et sa tentation constante d’explorer des modèles théoriques et des approches méthodologiques variés, la distinguent jusqu’à la marginalité.

Son livre Les versets de l’invincibilité édité en France en 1995, récemment réédité en Algérie sous un autre titre, est, selon ses propres mots, « une surdité générale ». En effet, il n’a suscité aucun écho, aucune vocation, aucune recension mise à part celles, de quelques collègues bien intentionnés. Ce livre est en effet le reflet de la théorisation « solitaire » de Fanny Colonna où l’on trouve, face à face et côte à côte, des théories, des sources et des matériaux d’inspirations et de statuts composites. Ce livre arrive en effet, trop tôt et trop tard en même temps : pas seulement parce qu’en 1994, l’islam rural et local n’est pas le problème épineux de l’Algérie alors confrontée au terrorisme islamiste mais parce qu’il creuse une approche théorique innovante qui ne suscite pas d’intérêts dans le milieu algérien des sciences sociales dominé par une vulgate marxienne tenace et un tabou politique encore vivace sur tout ce qui concerne l’Islam. Avec de nombreux autres intellectuels algériens, Fanny Colonna fut à l’initiative d’un comité international de soutien aux intellectuels algériens (CISIA), qui a assuré l’écho et l’accompagnement des algériens contraints à l’exil à partir de 1993. Depuis, elle vivait en France avec une carte de résidence qu’elle renouvelait tous les dix ans comme de nombreux autres émigré(e)s algériens de sa génération.

La suite et la fin du texte est disponible sur les Carnets de l’IREMAM.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Jihad syrien en interviews : un combat connecté

halfofJihadisMedia
Half of Jihad is Media (sur un Tumblr de combattant)

Depuis quelques semaines on a vu surgir plusieurs témoignages de jeunes hommes partis combattre en Syrie (voir ici, et encore pour les plus récents et aussi ici et pour des témoignages plus anciens). Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Président de la République s’est même ému du départ de 700 jeunes français en Syrie, tandis que quelques heures plus tard, le ministère de l’Intérieur ramenait ce chiffre à 200. Dans chacune des capitales européennes a lieu ce comptage approximatif, ces tentatives d’infiltration et de détection des réseaux, et surtout des négociations avec les services spéciaux syriens pour tenter d’identifier les jeunes combattants étrangers.

Qu’ils soient 200 ou 700 français, 200 britanniques et 150 belges, ce que nous apprennent tous ces témoignages c’est d’abord qu’il s’agit d’un combat connecté dans lequel on ne voit pas vraiment la guerre. D’autre part, ces pratiques témoignent davantage d’habitudes numériques que d’une volonté de penser la guerre.  Ces expositions sur les réseaux sociaux et dans des interviews sont surtout la continuité d’usages plus que la mise en scène d’une guerre qu’on ne voit pas.

Un « combat connecté »

Sous cette expression, qui n’est peut-être pas la plus heureuse, je veux montrer que ces combattants, dit jihadistes, manient sans doute mieux le pavé tactile que la kalash. Contrairement à ce que l’on peut imaginer d’un espace en guerre, les communications internationales ne sont pas coupées, les accès au réseau sont rares mais existent et permettent à ces jeunes étrangers de communiquer avec leurs familles, de poster des vidéos et des photos, et de raconter leurs vies. Quasi en temps réel.

On ne voit pas la guerre et les combats

En plus des communications directes avec familles et amis (via des échanges téléphoniques, des emails voire même via Skype, que nous ne pouvons pas détecter), ces jeunes combattants nous livrent aussi le témoignage de leurs faits d’armes via les réseaux sociaux. Sont ainsi privilégiés Facebook, twitter, mais également Tumblr et Youtube. On ne voit pour ainsi dire jamais la guerre, ni les combats. On y voit parfois le résultat (les cadavres des martyrs), mais bien plus souvent les entrainements au milieu des oliviers, des bannières animées, des photos d’armes ou de maisons investies par les combattants. Et même des chats. On y voit aussi beaucoup d’auto-portraits (des selfies jihadistes en somme).

Ces témoignages directs et ces interviews ne changent pas fondamentalement la façon dont on perçoit cette guerre. D’abord les jeunes combattants sont soumis à des entrainements et des sélections avant de pouvoir aller au front, avant de se battre pour de vrai. S’ils arrivent massivement par la Turquie, il leur faut encore rejoindre les combats, et s’habituer à un pays qu’ils ne connaissent pas (et sans doute à des façons de vivre vraiment différentes). Pour les plus radicaux, il faut aussi apprendre les rudiments de l’orthodoxie jihadiste, les prières et invocations diverses. Bref, il faut s’habituer à la discrétion, au maniement des armes, à la religion et aux comportements pieux. Ce qui fait beaucoup, et qui laisse du temps, loin des combats, pour les témoignages numériques.

Tout ces témoignages sont évidemment repris par les journaux occidentaux, trop contents de pouvoir illustrer une guerre par des images qui ne montrent pas la guerre. L’exemple le plus abouti est celui de ce jeune hollandais qui a accepté d’être filmé et qui témoigne régulièrement sur son tumblr (qui se fait souvent fermer, d’où l’enregistrement sauvage des photos) en postant des immeubles dévastés, encore des enfantsencore des chats et des armes et même des couchers de soleil syriens.

Je reproduis d’ailleurs ci-dessus une de ses photos qui me semble particulièrement éclairante : le pistolet, le smartphone et sa légende : « half of Jihad is media« .

La continuité d’usages numériques

De quoi ces images témoignent ? D’abord d’une génération bercée à l’internet et à la communication, qui, dans des choix individuels paroxystiques (aller combattre, risquer sa vie), reste fermement attachée aux réseaux sociaux, au témoignage et à l’illustration. Il faut moins y voir une volonté de témoigner pour « recruter » mais la continuité d’usages numériques, une habitude du récit de soi et de l’illustration, qui se poursuit dans un contexte extrêmement violent.

C’est peut-être une des choses les plus surprenantes dans ces témoignages : la façon dont ces jeunes parlent de leur quotidien, des menus plaisirs qu’ils trouvent, des choses qui les surprennent et les amusent face à l’enjeu principal de leur voyage : le combat et la possibilité de la mort. Évidemment, il doit y avoir des choses qui ne leur plaisent pas, des incompréhensions et des humiliations, mais de cela ils ne témoigneront pas.

Parce que c’est aussi, sans doute, une façon de « maintenir le lien » (une notion que je défend à propos de la conversion religieuse) avec des amis, une famille, bref un contexte d’interconnaissances qu’il est dur de quitter pour une nouvelle vie où l’on peut mourir. On témoigne ainsi de ce qu’on voit (essentiellement des armes, des pick-up, des zones de conflits et d’autres jihadistes), on se met en scène en se photographiant (les fameux selfies), on trompe l’ennui et sans doute l’attente. Ce maintien du lien, en partageant ce que l’on aime et ce que l’on fait, vient également montrer que les choix sont irrévocables, et que la décision contestée est individuelle et définitive. On voit du coup à travers ces bribes de vies jihadistes des moments surprenants et relativement peu de morts.

Qui intéressent tout le monde

Évidemment, certaines interviews et témoignages ressemblent aussi à des publicités (les réseaux sociaux deviennent des armes), à des appels à rejoindre les combattants islamistes. C’est d’ailleurs parfois explicitement évoqué : venez en Syrie, c’est facile (d’y aller) et on y est bien… Reste que la logistique est compliqué à mettre en place et la décision de partir encore plus dure à prendre. Il est cependant clair que ces morceaux de vies combattantes sont repris par les sites islamistes pour se faire de la publicité.

Évidemment, nous imaginons sans peine tout l’intérêt de ces témoignages pour les services secrets de chacun des pays européens. Ils doivent être rivés eux-aussi à ces comptes twitter et instagram (ou autres), pour identifier, localiser, reconstituer des parcours et des filières. Les combattants le savent aussi et en jouent…

A nous chercheurs, ces témoignages permettent de suivre les évolutions politiques au plus près du terrain : la compétition féroce entre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et le groupe Jabhat al Nosra dans le leadership sur la région, dans l’affiliation à al-Qaïda, dans la progression même des combattants dans telle ou telle ville (pour cela le compte twitter et le travail de Romain Caillet est irremplaçable).

File:Flag of Jabhat al-Nusra.jpg
Bannière du groupe Jabhat al Nusra (Wikipedia)

En conclusion un mot sur la façon dont ces témoignages sortent. Ce sont souvent des interconnaissances ou des liens, qui font qu’un journaliste connaît, ou arrive à approcher l’un des combattants : ce fut le cas pour le témoignage rapporté par Charlotte Boitiaux (voir également la façon dont elle parle de leur relation) et également pour le témoignage rapporté par Johann Prod’homme. Ce ne sont que des témoignages via facebook, par email, au mieux par téléphone. Dans le cas du jeune hollandais, que je trouve vraiment très intéressant, le journaliste assure lui avoir parlé tous les jours pendant huit mois avant de pouvoir aller le voir. Contre l’immédiateté de leurs vies numériques, étalées à ceux qui veulent bien le partager, le témoignage direct est donc extrêmement rare et délicat. En Syrie comme ailleurs, on peut donc se raconter numériquement, livrer des bribes de sa vie, mais pas forcément se livrer entièrement. C’est aussi ça la guerre.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François Masure

Nous avons appris avec stupeur la semaine dernière le décès de François Masure. François était un « jeune chercheur », c’est-à-dire qu’il avait fini sa thèse et qu’il galérait pour trouver un poste. Il a été membre de l’IRIS puis du Centre d’anthropologie sociale (LISST-CAS). Il avait soutenu une thèse en 2009 sous la direction d’Alban Bensa intitulée Devenir français ? Approche anthropologique de la naturalisation.

View from Catania, by Lupen2 sur Flickr
View from Catania, by Lupen2 sur Flickr

Je l’avais rencontré et côtoyé au sein d’un programme de recherches international (FSP) intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être sous la direction scientifique de Fanny Colonna. Son témoignage, ainsi que celui de participants du programme sont rassemblés ci-dessous en sa mémoire.

Une cérémonie à sa mémoire a eu lieu vendredi 1er mars 2013, à Bagneux.

Fanny Colonna, directrice de recherche émérite au CNRS, responsable du programme Traces

François Masure a fait partie, entre 2005 et 2009, du Programme FSP intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être, que nous avons mené, Loïc Le Pape et moi, dans le cadre de l’IRIS. Des cinq équipes réunies pour cet objectif : française, italienne, algérienne, marocaine et tunisienne, il se rapprocha, sans doute en raison de son thème de recherche d’alors, assez vite de l’équipe algérienne, avec laquelle il noua des relations intenses, marquées par plusieurs séjours dans le pays et une collaboration régulière avec ses membres.

Il a été présent et très actif à nos différentes rencontres plénières, en Tunisie, en Algérie et en Italie. Sa contribution au  volume final, paru aux éditions Actes Sud en 1910, sous le titre « Écarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France » (24 pages) manifeste, comme il le dit simplement en introduction, qu’il avait choisi de se placer et d’écrire « du point de vue des naturalisés ». Un pari tenu jusqu’aux dernières lignes, écho du désenchantement de celui qui reste finalement exposé « au rappel incessant de l’origine ».

Malgré les distances, dues à la mobilité forcée de la plupart des jeunes chercheurs, nous avions toujours un vrai plaisir à le retrouver et à discuter de ses projets, souvent accidentés par des questions de santé dont il parlait presque légèrement.

« Il nous manquait », comme on dit. Il faut désormais le relire.

Mohand-Akli Hadibi, maître de conférence à l’Université de Tizi-Ouzou (Algérie)

Etna by barduran, sur Flickr
Etna by barduran, sur Flickr

C’est avec tristesse que j’ai eu la nouvelle  du décès de François que j’ai connu à l’occasion du programme FSP de Fanny Colonna. Je tiens à dire en quelques lignes mon admiration au sens de l’écoute qui le caractérisait , à sa capacité de traduire des choses complexes par des  mots simples,  à son  sens de l’observation : en un mot on avance avec lui.

Nous nous sommes retrouvés trois fois , la première à Tunis, le seconde à Catania (Sicile) et la troisième en Kabylie : ces  trois moments avaient été exceptionnels en ce sens que chaque séjour nous rapprochait et nous permettait de nous connaitre davantage ; des liens d’amitié, de sympathie et de respect réciproques se créaient.

Je ne pensait pas que sa venue en Kabylie serait la dernière mais… !

François repose en paix.

A tes amis, ta famille, ta femme et ton fils recevez toutes mes condoléances.

Khedidja Adel, Université Mentouri de Constantine (Algérie)

Je viens d’apprendre que François nous a quittés suite à sa maladie. Cette nouvelle m’a beaucoup attristée. Je croyais qu’il était guéri.

J’ai eu le bonheur de le connaitre ainsi que tous les autres membres dans le cadre du projet « Traces, désir de savoir… ». J’ai eu le bonheur aussi de partager avec lui quelques moments à l’occasion de sa venue à Constantine en avril 2009. Je me souviens qu’il nous avait fait une belle présentation de son travail. Durant son séjour, nous avions tous les deux visité le cimetière où il voulait s’attarder un peu malgré la pluie. Il avait été bien mouillé mais il était ému. Cela m’avait frappée ! Je m’inquiétais parce j’avais peur qu’il ne tombe malade mais il me disait de ne pas m’en faire, qu’il était bien…

Je ne connais pas son épouse et j’ai vu son fils grâce à une photo… J’aimerais présenter ici mes condoléances à son épouse et à sa famille.

Loïc Le Pape, jeune chercheur

François Masure était l’un des « jeunes chercheurs » dans le programme de recherche FSP « Traces, désir de savoir et volonté d’être » conduit par Fanny Colonna. C’est au sein de ce programme que nous nous sommes connus, et que nous avons échangé, avec d’autres, en toute amitié.

François avait un esprit vif, et était attentif aux détails dans ses observations, ses écrits et ses remarques. Une telle attitude nous fut précieuse dans le travail collectif.

Mais ce sont dans les moments « à côté », en dehors des séances de travail, au cours d’une visite ou lors d’un repas que j’ai le plus apprécié sa personnalité. Nous avons parlé de nos vies quotidiennes, échangé autour de nos situations professionnelles précaires, moqué des perspectives peu encourageantes. Tous deux jeunes papas, nous avions partagés nos bonheurs, nos organisations familiales et la joie de pouvoir s’occuper de nos enfants. Nous riions de l’écart entre nos vies familiales intensément vécues et nos espoirs professionnels, réels mais ténus.

Ce sont ces moments d’échanges, de connivence et de partage que je retiendrai de François.

Daniela Melfa, Université de Catane (Italie)

Je n’ai eu de contact avec François Masure que dans le cadre du projet Traces, désir de savoir et volonté d’être, mais je garde un très bon souvenir de son esprit perspicace et son attitude calme.

L’image que je retiens de lui nous voit assis dans un café du port de Catane à bavarder tranquillement sous le soleil.

Si vous connaissiez François et que vous avez envie de témoigner ici, n’hésitez pas à me contacter, j’insèrerai vos messages dans le billet.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vient de paraître (un peu de pub personnelle)…

Cela n’a rien à voir, ou très peu, avec la question du politique et du religieux, mais il s’agit de la publication de mon premier livre, dont je suis très fier… C’est un ouvrage travaillé, issu d’un beau programme de recherche, qui regroupe une vingtaine d’auteurs, chercheurs, écrivains ou hommes de lettres. Il est paru en juin 2010.

Voici donc ci dessous un résumé que l’on retrouve sur la quatrième de couverture, et puisqu’il s’agit d’un ouvrage collectif, la table des matières suit.

Cet ouvrage collectif se propose de penser l’après-colonie dans les pays du Maghreb en restituant un univers disparu mais qui a laissé des traces analysables comme autant de moments partagés. Les vingt textes qu’il regroupe, dus à une équipe pluridisciplinaire, sont agencés en quatre parties.Couverture Traces Colonna Le Pape

La première traite des violences qui ont fait déverser, hors des frontières des pays concernés, soit des populations pauvres, soit des réfugiés fuyant des territoires voisins agressés. La deuxième, à travers l’exemple de l’exploitation minière et de la médecine humaniste, souligne l’ambiguïté du contexte colonial où les sociétés maghrébines ont découvert à la fois le statut de prolétaire, puis de travailleur expatrié, et celui d’individu à part entière. La troisième présente cinq types de revendications identitaires, allant du “Pied” européen – qui ne se sent pas pleinement Français et encore moins Algérien – au jeune d’origine maghrébine, français de droit mais cherchant à préserver une certaine spécificité. Enfin, sont abordés, à travers des exemples aussi différents qu’un cimetière chrétien à Constantine ou une œuvre architecturale à Tunis, les “ingrédients” d’une réparation quand tout paraît cassé.

L’ensemble montre que les liens tissés entre les pays du Maghreb et l’Europe méditerranéenne s’inscrivent dans une histoire très embrouillée où la colonisation n’aura été qu’un épisode, certes tragique mais nullement fatal pour l’intégrité des sociétés concernées.

Table des matières

PRÉFACE, par Loïc Le Pape

INTRODUCTION : “Un objet qui parle de la perte, de la destruction, de la disparition des objets”. A propos de traces…, par Fanny Colonna

I. MIGRER

1. Une mémoire courte, la colonisation agraire italienne en Libye, par Federico Cresti

2. Le front est de la guerre d’Algérie : repli et implantation des FLN-ALN en Tunisie, par Jamel Haggui

3. La mémoire collective marocaine et la présence des Algériens au Maroc, 1956-1962, par Mohammed Amattat

4. Les Italiens de Tunisie aperçus à travers la littérature coloniale, par Marinette Pendola

II. TRAVAILLER

5. Foi et humanisme durant la période coloniale en Tunisie : sur les traces du Dr Cuénod (1868-1954), par Habib Kazdaghli

6. Khouribga, mémoire(s) d’une ville minière marocaine, par Salah Chougag

7. La mine de Timezrit. Histoire sociale des At Yemmel en Kabylie 1902-1976, par Azzedine Kinzi

8. Le portrait de Safia, d’El-Kelâa à Aubagne, entretien par Azzedine Kinzi

9. Remuer la terre, “retourner la veste”. Missionnaires d’Afrique dans la Tunisie coloniale, par Daniela Melfa

III. EXISTER

10. Insoumis et bandits chez les Béni Bouslimane du Zellatou (Aurès), par Abdelnacer Guedjiba

11. Retour vers le pays perdu, par Pierre Fréha

12. Des reniements à l’affirmation de soi dans la quête de la nationalité française en Algérie, par Mohand-Akli Hadibi

13. Le droit de la nationalité française aujourd’hui, par Mohand-Akli Hadibi et François Masure

14. Ecarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France, par François Masure

15. L’attachement au lieu d’origine. Entre tonalités d’habitation et convictions communautaires, le sol glissant de l’appartenance, par Marc Breviglieri

IV. RELIER

16. La coopération incertaine. Entrelacs associatifs en Méditerranée, par Loïc Le Pape

17. Itinéraires dans le cimetière chrétien de Constantine, par Khedidja Adel

18. Sur les traces de Prosper Ricard. Expériences culturelles dans la médina de Tunis (1927-1950), par David Bond

19. L’Art nouveau en Tunisie. Resplandy, architecte pionnier, par Sana Zouabi

20. De “radicaux” à “enracinés”. Réflexions sur l’engagement environnementaliste local, par Laura Centemeri

21. Train de nuit, par Fatima Gallaire

Vous trouverez l’ouvrage dans toutes les bonnes librairies. Il est édité par Actes-Sud, collection Sindbad, et coute 28 euros. On y trouve des textes scientifiques, des nouvelles, des photos, des réflexions…

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Acheter l’ouvrage sur Amazon | Fnac

Couverture Traces Colonna Le Pape

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Deux colloques et un lien intéressant…

Deux colloques vont se tenir les prochains jours qui témoignent de l’importance du thème des religions et des liens à l’organisation de la cité dans la recherche française et internationale la plus récente. Continuer la lecture de Deux colloques et un lien intéressant…

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bonjour tout le monde ! Mais, de quoi on parle ?

Welcome to Hypothèses, plateforme de carnets de recherches. This is your first post. Premier post donc, comme le signale l’ami Mr WordPress. Une présentation générale s’impose donc :

L’idée générale de la recherche est résumée par Élisabeth Claverie dans un numéro récent (2008) de la revue Terrain :

« Nous avons […] voulu pointer la capacité actuelle des instances politiques et religieuses à entrer en contact sous toutes sortes de formes relationnelles : le rejet radical, l’instrumentalisation mutuelle, les accords tacites, les connivences, les emprunts. Nous avons voulu montrer les accès du religieux à la sphère publique, les politiques du religieux (« the politics of religion », disent les anglosaxons), mais aussi les accès du politique aux formes, aux mots et aux symboles du religieux. » (référence)

Le modèle théorique de la laïcité française et de la sécularisation de manière générale consiste à penser que le religieux aurait déserté l’espace public pour se retrancher dans la sphère privée. Dans cette configuration, nos croyances sont personnelles et ne regardent que nous, tandis que le politique offre un modèle de régulation des différences religieuses, qu’il est neutre et que sa puissance publique permet une gestion harmonieuse de toutes les croyances, sans exclusive.

Ce modèle aux vertus explicatives, largement utilisé dans la sociologie des religions en Europe et outre Atlantique a montré ses limites. En France « l’affaire du voile » (1989) en est l’illustration flagrante. Aux Etats-Unis, la mobilisation d’une droite républicaine composée de born-again christians date de la fin des années 1970. Les impacts sociopolitiques de la Révolution iranienne (1981) ou de la guerre civile algérienne (1991-2001) sont tels qu’il est désormais impossible de soutenir l’existence d’espaces publics et politiques religieusement neutres :

« l’idée selon laquelle nous vivons dans un monde sécularisé est fausse. Le monde d’aujourd’hui (…) est aussi furieusement religieux qu’il l’a toujours été ; il l’est même davantage dans certains endroits » (Peter berger, le réenchantement du monde, Bayard, 2001).

L’espace public et politique n’est donc pas neutre religieusement. Soit. Mais quelles sont les façons, ou les moments, quelles interactions opposent le politique et le religieux ? Sont-ils réellement en concurrence pour dire une façon de penser le monde ? Et quel est le sens de nos attachements intimes (nos sentiments, nos espoirs, nos options politiques, nos engagements) si ce n’est une certaine forme de croyance ? Sans doute les réponses sont diverses, différentes, mais il nous semble possible de s’intéresser à la question, en partant de l’hypothèse que le politique est autonome du religieux. Tout n’est pas qu’affaires de croyances, et les deux sphères ne partagent pas les mêmes horizons.

Penser deux mondes distincts, deux activités autonomes permet alors de penser leurs rencontres, leurs oppositions, leurs combats et leurs exclusions, leurs arrangements et les emprunts réciproques. C’est de cela que traite cette recherche, des moments ténus où ces deux mondes se disputent.


Pour une tentative un peu plus approfondie de définition des termes voir la page À propos du carnet de recherche.

Bonnes lectures et bon surf sur ces pages !

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter