Archives de catégorie : En marges

Ci-gît l’Université

Ci-gît l’Université.

La loi de programmation de la recherche a été votée par l’Assemblée nationale, mardi 17 novembre 2020. Dont acte. Je ne vais pas entrer dans les détails du texte qui ont été analysés par ailleurs. Vous pouvez aller voir les analyses de l’Université ouverte,  la foire aux questions LPPR du Groupe J.-P. Vernant ou le travail du collectif Rogue ESR sur la loi. Et le site d’Academia pour le travail de veille et la succession des tours de passe-passe dans la fabrique de la loi. Quant aux promesses d’investissement dans l’ESR, elles n’engagent que ceux et celles qui y croient, mais pas moi.

Aujourd’hui, je témoigne en mon nom propre, sans concertation et sans arrière-pensée. Simplement le sentiment d’une profonde colère et une immense lassitude. Je vous parle principalement de l’Université parce que c’est ce que je connais, ce que je vis et ce que je subis.

Une putain de colère

J’éprouve une colère sans nom envers le gouvernement, qui profite malicieusement de l’incurie intellectuelle de sa majorité pour faire passer des amendements en pleine crise sanitaire, en plein confinement et surtout sans consulter personne. Qu’une majorité avalise les projets du gouvernement, c’est habituel, mais à ce point c’est critique : je suis resté choqué et en colère face à ce sénateur qui ne comprends rien à ce qu’il lit mais qui se fait porte-parole docile de la ministre. Je suis évidemment en colère contre Frédérique Vidal, porte-flingue d’une vision managériale de l’université, doublée et dépassée par son cabinet, influencée par un quarteron de hauts-fonctionnaires et présidents d’université avides de pouvoir, de reconnaissance et de poids politique. F. Vidal est pour moi l’incarnation de l’autisme politique et de la honte : elle ne représente plus personne et elle ment sans arrêt. Son attitude est typique de ces sinistres qui montent en grade (et en échelons de traitement) en s’essuyant consciencieusement les semelles sur la gueule de celles et ceux qui sont en-dessous. Arriviste, elle restera la femme politique qui aura fait le plus de mal à ses troupes et aux étudiant.e.s : Parcoursup et la loi ORE, la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étrangèr.e.s et maintenant la LPR. Bravo l’artiste !

J’éprouve aussi une colère plus sourde et contenue envers le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous n’arrivons pas à nous mobiliser efficacement, et malgré les tribunes, les réunions, les AG, les syndicats et leurs actions, les manifestations, les blocages, les occupations d’universités, les grèves des enseignements, les tentatives de sabotage des indicateurs bibliométriques, la non-participation aux jurys etc., le rouleau compresseur du new management public s’abat sur nous avec toujours plus de violence.

Côté recherche, l’atomisation des chercheur.e.s et de leurs tâches ainsi que le peu de visibilité de leurs mobilisations font qu’ils ne pèsent que très peu dans le débat public. Côté université, nous peinons à établir des rapports de force parce que le fonctionnement même de la fac est insécurisant. Face au manque de personnel d’encadrement et face à nos tâches administratives toujours plus nombreuses, notre quotidien est de nous battre pour faire tenir nos routines : inscriptions, recrutement de vacataires, accueil et suivi des étudiants, préparation des cours, examens, jurys de fin de semestre. Basta. La mobilisation est impensable dans ces conditions. Il y a bien les pudeurs des collègues, parfois insupportables, qui au nom du nécessaire respect des étudiants contestent la légitimité des mobilisations ; qui au nom de leur ennui intellectuel espèrent sélectionner des étudiants « qui savent écrire » ; qui au nom de leurs convictions politiques soutiennent un ministère qui fera le tri dans tous ces gauchistes. Il y a surtout nos affolements et notre stress face à toute situation qui bouleverse notre précieuse routine universitaire. Nous sommes tellement insécurisés dans notre quotidien d’enseignant et d’agent administratif que nous ne pouvons plus supporter la perspective d’une contestation qui fasse dérailler ce quotidien. La dernière mobilisation victorieuse dans l’ESR remonte à 2009 : c’est la menace de démission des directeurs de laboratoires, de composantes et d’UFR qui a fait reculer le ministère. Seule une mobilisation des « patrons », des « cadres des cadres », des structures de direction pouvait peser dans ce contexte politique, sanitaire et social si particulier. Il est sans doute trop tard maintenant et en deux petites années l’université a été laminée. Et comme pour l’hôpital, les fissures sont béantes.

Une immense lassitude

Tout cela ne serait qu’histoires sans importances si les conséquences de cette funeste politique n’étaient pas si graves pour ce qu’est l’université aujourd’hui.

La prime aux « chefaillons »

Le mode de direction des universités (pardon la gouvernance) se voit renforcée depuis la LRU sur un modèle de gestion d’entreprise. Tout le pouvoir est dévolu au président et à son board (on dit équipe présidentielle à la fac) qui devient une sorte de super PDG. Je n’en peux plus de cette vision entrepreneuriale qui se diffuse partout : les systèmes de tarification à l’acte dans la santé, la gestion d’un hôpital par l’occupation des lits, le principe de notation des services publics, le management des tâches plus que des métiers, l’ultra concentration des pouvoirs. Je veux bien qu’on améliore nos services publics, mais pas qu’on les détruise ! Dans l’université se créent depuis 15 ans des potentats locaux, émergent des petits seigneurs avides de pouvoir, des politiques aux dents longues, des charismatiques qui veulent réinventer leur université ou des gestionnaires besogneux qui ne pensent qu’à réduire des coûts et des tâches. Rien que cette façon de concentrer les pouvoirs est une insulte à l’histoire des universités qui a toujours dissocié un côté « gestion » nécessaire à la bonne marche d’une institution et un côté « académique » indépendant de toute pression politique. La LPR consacre un modèle d’université où le PDG concentre pouvoirs et décisions et où il peut décider seul de qui enseigne quoi. C’est du jamais vu ! Le modèle idéologique de ces crétins-stratèges est le modèle américain. Mais ils ne savent pas que l’autonomie académique y est consacrée, que les présidents sont hyper-surveillés par les board of trustee, qu’ils ont des mandats courts, et surtout que l’aisance financière des grandes universités n’existe que parce qu’elles sont assises sur des milliards de dollars (+/- 25 milliards pour Harvard ; la fondation de ma fac c’est +/- 4 millions d’euros pour l’instant)…

Surtout le système américain est fondamentalement inégal, hiérarchisé entre universités d’élite et les autres : disparités socio-économiques, géographiques, hyper sélection et frais d’inscription qui entraînent l’endettement des étudiants (pardon des usagers). Ce que promet la LPR c’est un mélange du pire du modèle entrepreneurial (concentration des pouvoirs, liberté de recrutement et adaptation des enseignements) et du pire du modèle libéral (concurrence généralisée, hiérarchie entre établissements et franchises sociogéographiques). Par politesse, je ne dirai rien sur la pénalisation des mouvements étudiants. Franchement ce n’est pas le système auquel j’ai envie de participer.

Enseignant.e.s-chercheur.e.s en fin de vie

Cela fait 5 ans que je suis titulaire dans mon département, et j’en suis à 20 ans dans l’enseignement supérieur et la recherche. Depuis que j’ai été recruté, mes tâches administratives n’ont cessé d’augmenter, réduisant à la portion congrue mes recherches et même mes enseignements. C’est peut-être un problème d’organisation personnelle, et je ne doute pas que bientôt mon université ou mon ministère mettra un coach à ma disposition. En attendant, je suis membre du Conseil d’UFR, du Comité consultatif scientifique, je dirige une licence, je participe au Conseil de direction de l’UFR, à la commission Parcoursup, et encore je refuse toutes les sollicitations hors UFR dans les services transversaux ou les conseils centraux. Je ne cumule pas les responsabilités, mes collègues en ont aussi énormément tant les tâches administratives, commissions collectives, gestions de diplômes, rapports et outils de benchmarking à produire se sont multipliés. Il y a des circuits de décision improbables, une pesanteur administrative incroyable et qui se renforce. Il ne faut pas croire que cela va changer : la libéralisation de l’ESR, des universités et la flexibilisation des parcours étudiants s’accompagne d’une augmentation des routines administratives et d’un alourdissement des tâches de tous les agents. Là où la ministre et ses fielleux conseillers annoncent fièrement simplification et déconcentration, on ne constate qu’une augmentation des procédures et des interlocuteurs. Loin de mettre de l’huile dans les rouages de la machine administrative, les lois successives alourdissent la tâche. Ce que je donne en temps et disponibilité d’esprit dans mes responsabilités administratives, c’est du temps en moins pour mes recherches, pour mes enseignements, mais surtout pour le suivi des étudiants.

Quant aux recherches, parlons-en. La volonté d’un pilotage par les projets, consacrée par le renforcement de l’ANR va inclure davantage de recherche de financement, et donc moins de recherche fondamentale. On a calculé que le temps total cumulé par les candidats pour candidater, par le processus d’évaluation et la mise en route des financements était supérieur à la somme totale distribuée. Je suis comme d’autres collègues, sur une position radicale : je refuse de perdre mon précieux temps de recherche à penser, écrire, et déposer des projets qui ne seront pas financés. Je travaille dans mon coin et risque un jour de me faire épingler par le HCERES, instance d’évaluation de tout et de tous.tes, désormais dirigé par un cheffaillon exemplaire, passé par l’Élysée et contesté par tout le monde.

Dans tout ce merdier, ce sont les étudiants qui vont subir les plus graves conséquences

Je parle de lassitude parce qu’au final ce sont les étudiants qui vont perdre le plus. Notre temps de travail à nous est déjà fractionné, nous avons intériorisé que nos recherches se font sur notre temps libre et nos vacances. Mais pour les étudiants, c’est plus grave. En tant que responsable de licence, je suis au plus près d’eux dès leur arrivée à l’université. Leur vie se transforme complètement et pas franchement pour le meilleur comme le prétend la sinistre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Hyper sélection. Parcoursup a été créé expressément pour que les universités puissent sélectionner leurs étudiants, dans la même veine idéologique que ce qui précède. Mais il y a quelques effets pervers à court terme et à plus long terme. A court terme c’est que les commissions abusent de la sélection (dans mon UFR c’est pas le cas, mais tout ce qu’on me rapporte corrobore ce constat). On ne prend que les meilleurs en faisant tourner des algorithmes très pauvres, essentiellement pour ne pas se casser la tête à l’examen des dossiers. Au passage : l’attribution des affectations relevait des rectorats, avec Parcoursup ce sont les enseignant.e.s-chercheur.e.s qui sélectionnent, font tourner la machine, produisent des rapports, bref prennent encore plus de temps à des tâches administratives. Quand on entre un peu plus dans la matrice, les paramétrages deviennent tellement complexes qu’on revient rapidement à de la sélection basique sur les notes (de première et du 1er trimestre de terminale). Ayons le courage de dire cela : l’examen qualitatif des dossiers est une chimère ministérielle. Tant que cela contente tout le monde…

Néo-libéralisme à 18 ans. Un deuxième aspect à plus long terme est que, dès le lycée, les élèves se trouvent dans une hyper-concurrence. Ils deviennent des entrepreneurs d’eux-mêmes : ils doivent se vendre (on dit candidater en langage parcoursup), multiplier les stages, les engagements bénévoles, les séjours linguistiques et les expériences professionnelles. Je vois passer plus ou moins 200 CV d’étudiants chaque année : c’est un immense gâchis. La pression sur leurs épaules est complètement dingue, elles et ils doivent avant leur première année à l’université dégager des pistes professionnelles cohérentes. Ils et elles subissent la pression de leur entourage déconnecté des réalités universitaires dès l’inscription. Et dans leur scolarité ils et elles doivent faire face à une concurrence effrénée entre eux. Le monde dans lequel les étudiant.e.s vivent est un monde de merde, insécurisant et délirant. J’ai chaque année des situations psychologiques extrêmes, difficiles à gérer et c’est en augmentation constante. Je ne compte plus les étudiant.e.s qui prennent des cachets pour tenir le coup, suivent des traitements médicamenteux pour rester la tête hors de l’eau. Au passage, dans le modèle universitaire américain il y a environ un psychologue à plein temps pour 1600 étudiants, en France c’est un pour 30 000… Nous allons vers des difficultés sociales et psychologiques énormes. Je ne cesse d’alerter au sein de l’université mais le ministère de l’enseignement supérieur s’en contrefiche, cela rentre dans les responsabilités d’un autre ministère !

Faire tenir des ruines

Si les enseignant.e.s-chercheur.e.s s’en sortent à peu près, les personnels techniques et administratifs des universités sont encore plus mal lotis. Au CNRS on appelle cela des postes supports, et ils ont baissé encore plus fort que les postes de chercheurs. Si bien qu’on arrive à des aberrations, où tel laboratoire de génétique a acheté une machine hyper-sophistiquée à 6 ou 7 millions d’euros mais ne dispose d’aucun personnel pour la faire marcher ou assurer sa maintenance. Et bien à la fac, c’est pareil. La logique de réduction des coûts a supprimé des postes essentiels. Cela va des cellules de soutien psychologique à l’orientation des étudiants, aux scolarités des UFR et des composantes, en passant par les équipes informatiques des universités. Qui fait tenir les serveurs en ce moment ? Qui développe les outils des enseignements en démerdentiel ? Des équipes à bout et désormais des entreprises privées (Zoom, Panopto, Skype) que les facs paient à prix d’or.

Des services sinistrés ne peuvent remplir les tâches qui leur incombent. La faute à la précarisation des situations individuelles, et au manque de personnel pour faire tenir une université. Il n’y a que très peu de réflexions dans ma fac sur le management des équipes ou sur les façons de se sentir bien au travail (et je ne parle pas d’argent… ces postes sont sous-payés). Et je ne parle pas non plus du management toxique de certains cadres qui réussissent à décimer un service en quelques mois à coup d’arrêts maladies et de burn-out…

Mais bon, la LPR va nous sauver en accroissant la participation des personnels et des étudiants à la gouvernance universitaire. La belle affaire ! Comme si nous étions formés, enseignant.e.s, administratif.ve.s ou étudiant.e.s à la gestion d’une université, à des postes d’administration : qu’est-ce qu’un enseignant-chercheur peut faire pour gérer des équipes administratives, sans être formé, sans aide RH et en subissant la pression des vices-présidences ou du PDG ? Rien, nous serons mauvais parce que non formés pour cela.

A la suite du premier confinement, plusieurs universités ont été incapables de délivrer des diplômes au mois de juillet. Tout ça parce que des services communs n’ont pu assurer le paramétrage, la programmation et la maintenance du logiciel censé organiser les diplômes, calculer les moyennes, bref, faire les opérations de base pour savoir qui était reçu et qui ne l’était pas. La collation des grades n’a pu être menée à bien, et c’est un putain d’échec pour l’État, le signe d’un effondrement de ses prérogatives. Exactement comme cela a été le cas dans la crise sanitaire et la gestion des patients Covid dans les hôpitaux. Faute d’investissements, l’institution craque et ne peut plus remplir ses missions. Le ministère nous demande de tenir des ruines. Nous le ferons un temps, mais le risque est que l’immeuble nous tombe dessus, enfouissant enseignants-chercheurs, personnels administratifs et  étudiant.e.s. Amen.

N.B. : ce texte est un coup de gueule individuel et à vocation à témoigner, rien de plus. Faites-en ce que vous en voulez mais s'il vous plaît, ne me mêlez pas à vos lectures. Je n'en veux à personne à part à ma ministre et à son entourage professionnel, aux dirigeants de la France depuis 30 ans et au nouveau management public. Je n'accuse personne et je n'ai pas, pour écrire ce texte, maltraité pas de petits chats. 

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers va renforcer la sélection sociale et financière des étudiants

J’ai écrit cette tribune pour la proposer à publication dans un journal quotidien qui paraît chaque soir. Finalement je ne l’ai pas envoyée parce qu’il y a des plus savant.e.s et plus connu.e.s qui disent les choses mieux et plus poliment. Mais je ne renie rien à mes mots, y compris les gros mots… Du coup, je la publie pour les lecteurs et lectrices de ce blog de recherche.

La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers cache mal une volonté politique de généraliser la hausse, fût-ce au détriment des plus défavorisés.

En annonçant la hausse brutale (+110%) des frais d’inscription dans les universités pour les étudiants étrangers (en fait les ressortissants de pays non-membres de l’UE), le gouvernement d’Edouard Philippe revient sur un consensus éducatif enraciné depuis 1968 : l’accès à tous à l’université. Ce principe politique, déjà mis à mal par l’épisode Parcoursup, va être définitivement enterré par la hausse programmée du coût des études. Cette décision cache mal une volonté de transformation néo-libérale de l’université à marche forcée, au risque de susciter des réactions bien plus fortes que celles contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants.

Cette hausse des frais d’inscription est censée renforcer notre compétitivité universitaire et nous permettre  d’attirer des étudiants venant de régions historiquement peu représentées dans le système universitaire français comme la Chine, l’Asie du sud-est, etc. Il faut d’abord être assez stupide pour penser qu’une hausse fera seulement venir de nouveaux étudiants. En réalité, la hausse entrainera automatiquement un reflux net d’autres contingents étudiants mieux représentés dans le système universitaire : l’Amérique du sud, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient. Bref, les pays du sud, qui ne pourront plus financer qu’une élite pour fréquenter les bancs de nos universités. Exclure certains étudiants pour mieux en intégrer d’autres, voilà le premier choix du gouvernement.

La hausse des frais d’inscription est également justifiée par la volonté de redonner à la recherche française sa place dans le concert des nations occidentales. Arrêtons le délire tout de suite : la hausse des frais d’inscription, même généralisée à tous les étudiants, ne suffira pas à combler le manque d’investissements publics de ces 25 dernières années. Les investissements consacrés à la recherche et l’innovation stagnent autour de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), alors que la stratégie de Lisbonne fixe un minimum à 1% (soit « seulement » 4,5 milliards de déficit chaque année…). Pire, le financement de l’ESR baisse tendanciellement depuis 20 ans. Nos pays voisins consacrent davantage de ressources à la recherche, l’enseignement et l’innovation. Nous sommes à la traîne dans les investissements, nous en payons les conséquences (croissance moins forte) et paierons encore pendant 10 ans. Il est complètement faux de dire que la hausse des frais d’inscription compensera le sous-déficit du secteur, c’est un cataplasme sur une jambe de bois.

La hausse des frais d’inscription s’inscrit également dans la continuité d’une loi de 2007 (loi dite LRU) autonomisant financièrement et en partie scientifiquement les universités. Cependant cette autonomie s’est accompagnée de la baisse des dotations de l’État, et a donc seulement fragilisé les universités : aujourd’hui 50% d’entre-elles sont obligées de « geler » des postes (c’est à dire annuler ou reporter des recrutements de personnel) pour faire face aux dépenses. Renoncer à des recrutements alors que la population étudiante augmente, voilà où nous en sommes. Alors oui, c’est au niveau des finances des universités que ces nouvelles recettes apparaitront en venant combler le manque d’investissement étatique. Faire payer les étudiants et organiser le retrait de l’État, voilà encore une fois le programme du gouvernement.

Surtout, cette hausse des frais d’inscriptions va entraîner une sur-sélection sociale des étudiants. L’expérience de Parcoursup aura montré une chose : la logique de l’algorithme renforce la sélection par les résultats : les étudiants de cette année sont encore meilleurs que les années précédentes (dans mon département il y a 80% de mentions bien et très bien malgré un paramétrage « très ouvert » des critères de sélection). Or nous savons que la sélection par les notes va de pair avec une sélection sociale : le résultat sera donc une université pour les étudiants les meilleurs, mais surtout pour les plus riches, capables de payer 15 000 euros les 5 ans d’études (sans redoublement). Si les meilleurs ne peuvent pas venir tant pis pour eux, nous prendrons les plus riches !

Enfin cette hausse des frais d’inscription va fragiliser les étudiants eux-mêmes.  Déjà stressés et angoissés (voir les enquêtes du CNOUS), les étudiants vont devoir gérer une pression parentale (ou leur propre endettement). Le redoublement sera une catastrophe financière alors que nous raisonnons en terme de maturation d’esprit, d’acquisition de connaissances et de méthodes de raisonnement. Loin de l’eldorado promis, à l’image du fantasme des universités américaines qui accumulent excellents étudiants et prix Nobel sur leurs campus, la hausse des frais d’inscription va simplement fracturer encore un peu le monde de l’enseignement et de la recherche, à tous les niveaux : des étudiants-clients, aux personnels administratifs et de soutien jusqu’aux enseignants, vent debout contre ces réformes mal faites car pas pensées.

En annonçant cette hausse sans aucune concertation, le gouvernement semble pressé de réformer sans réfléchir une seule seconde aux conséquences. Edouard Philippe et son gouvernement viennent de précipiter les universités du haut de la falaise, et nous, universitaires, employés et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche entendons notre ministre crier depuis le sommet : « jusqu’ici tout va bien ! ».

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

A la mémoire de Fanny Colonna

Hier, mardi 25 novembre 2014 s’est tenue à Paris une cérémonie d’adieu à Fanny Colonna, disparue brutalement le 17 novembre dernier. De nombreux collègues et amis ont pu témoigner de la capacité de rassemblement de Fanny, et nous lui avons rendu hommage lors d’une cérémonie orchestrée par ses enfants et petits-enfants.

Fanny a été ma directrice de thèse, et sa disparition est un grand vide. Avec ses derniers étudiants, nous avons écrit un texte d’hommage paru dans El Watan. Le voici :

Fanny Colonna, une passion algérienne

La disparition soudaine de Fanny Colonna, décédée le lundi 17 novembre 2014 à Paris nous révèle, l’existence d’une tradition et d’une génération de social scientists algérienne que nous avons du mal à connaître et à reconnaître à cause de ses racines, de ses courants et de ses divisions, quelquefois même considérées comme impures. Fanny Colonna est en effet le produit de cette double histoire coloniale et nationale, de la tradition sociologique algérienne qu’elle a su, mieux que beaucoup d’autres, conserver et dépasser. Née dans un village de l’intérieur de l’Algérie en 1934, d’une lignée d’émigrants de la colonisation à la fin du XIXe siècle, du sud de la France, elle a su et pu opérer des choix professionnels et militants qui allaient à l’encontre de sa prime éducation sociale, politique et familiale. Ces choix étaient moins risqués que ceux des jeunes algériens de sa génération mais, à coup sûr, pas moins douloureux du point de vue affectif. La guerre d’Algérie ne l’avait pas désorientée mais bien altérée notamment à cause de la disparition de son père dans des conditions tragiques. C’est aussi durant la guerre d’indépendance qu’elle s’est mariée, qu’elle a eu ses premiers enfants et qu’elle a commencé ses études universitaires à la faculté centrale d’Alger. En 1962, et à la différence de la masse des Européens qui ont déserté l’Algérie, Fanny et son mari, Pierre Colonna, feront le choix de rester et opteront pour la nationalité algérienne. Cette position et ces nouvelles conditions politiques et citoyennes expliquent une part importante de ses choix épistémologiques dans le champ scientifique français et algérien qu’elle a su tenir des deux mains, sa vie durant.

En 1967, elle soutient pour son diplôme d’études approfondie (DEA) de sociologie un mémoire consacré à Mouloud Feraoun sous la direction de Mouloud Mammeri. Quelques mois après, elle devient assistante au département de sociologie à l’université d’Alger et effectuera, sous la direction de Pierre Bourdieu, un doctorat de troisième cycle sur Les instituteurs algériens (1883-1939) soutenu à Paris en 1975. Quand Mouloud Mammeri sera désigné directeur du CRAPE (actuel CNRPAH) en 1969, il fera appel à son ancienne étudiante et collègue de l’université d’Alger comme à de nombreux autres jeunes diplômés algériens pour constituer un corps de chercheurs algériens au centre. C’est durant ces décennies 1970-80 que Fanny Colonna fera ses premières enquêtes collectives à Timimoune et dans l’Aurès et qu’elle connaîtra intensément le milieu culturel, artistique et intellectuel algérois. C’est également durant ces années, où la sociologie algérienne était flamboyante et déclinante en même temps, que Fanny Colonna a construit l’essentiel de son style, de ses orientations théoriques et sa personnalité scientifique. Elle a été la seule à avoir conservé et su dépasser l’héritage scientifique colonial qui divisait toutes les communautés scientifiques d’Algérie et d’ailleurs. Son goût et sa tentation constante d’explorer des modèles théoriques et des approches méthodologiques variés, la distinguent jusqu’à la marginalité.

Son livre Les versets de l’invincibilité édité en France en 1995, récemment réédité en Algérie sous un autre titre, est, selon ses propres mots, « une surdité générale ». En effet, il n’a suscité aucun écho, aucune vocation, aucune recension mise à part celles, de quelques collègues bien intentionnés. Ce livre est en effet le reflet de la théorisation « solitaire » de Fanny Colonna où l’on trouve, face à face et côte à côte, des théories, des sources et des matériaux d’inspirations et de statuts composites. Ce livre arrive en effet, trop tôt et trop tard en même temps : pas seulement parce qu’en 1994, l’islam rural et local n’est pas le problème épineux de l’Algérie alors confrontée au terrorisme islamiste mais parce qu’il creuse une approche théorique innovante qui ne suscite pas d’intérêts dans le milieu algérien des sciences sociales dominé par une vulgate marxienne tenace et un tabou politique encore vivace sur tout ce qui concerne l’Islam. Avec de nombreux autres intellectuels algériens, Fanny Colonna fut à l’initiative d’un comité international de soutien aux intellectuels algériens (CISIA), qui a assuré l’écho et l’accompagnement des algériens contraints à l’exil à partir de 1993. Depuis, elle vivait en France avec une carte de résidence qu’elle renouvelait tous les dix ans comme de nombreux autres émigré(e)s algériens de sa génération.

La suite et la fin du texte est disponible sur les Carnets de l’IREMAM.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Jihad syrien en interviews : un combat connecté

halfofJihadisMedia
Half of Jihad is Media (sur un Tumblr de combattant)

Depuis quelques semaines on a vu surgir plusieurs témoignages de jeunes hommes partis combattre en Syrie (voir ici, et encore pour les plus récents et aussi ici et pour des témoignages plus anciens). Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Président de la République s’est même ému du départ de 700 jeunes français en Syrie, tandis que quelques heures plus tard, le ministère de l’Intérieur ramenait ce chiffre à 200. Dans chacune des capitales européennes a lieu ce comptage approximatif, ces tentatives d’infiltration et de détection des réseaux, et surtout des négociations avec les services spéciaux syriens pour tenter d’identifier les jeunes combattants étrangers.

Qu’ils soient 200 ou 700 français, 200 britanniques et 150 belges, ce que nous apprennent tous ces témoignages c’est d’abord qu’il s’agit d’un combat connecté dans lequel on ne voit pas vraiment la guerre. D’autre part, ces pratiques témoignent davantage d’habitudes numériques que d’une volonté de penser la guerre.  Ces expositions sur les réseaux sociaux et dans des interviews sont surtout la continuité d’usages plus que la mise en scène d’une guerre qu’on ne voit pas.

Un « combat connecté »

Sous cette expression, qui n’est peut-être pas la plus heureuse, je veux montrer que ces combattants, dit jihadistes, manient sans doute mieux le pavé tactile que la kalash. Contrairement à ce que l’on peut imaginer d’un espace en guerre, les communications internationales ne sont pas coupées, les accès au réseau sont rares mais existent et permettent à ces jeunes étrangers de communiquer avec leurs familles, de poster des vidéos et des photos, et de raconter leurs vies. Quasi en temps réel.

On ne voit pas la guerre et les combats

En plus des communications directes avec familles et amis (via des échanges téléphoniques, des emails voire même via Skype, que nous ne pouvons pas détecter), ces jeunes combattants nous livrent aussi le témoignage de leurs faits d’armes via les réseaux sociaux. Sont ainsi privilégiés Facebook, twitter, mais également Tumblr et Youtube. On ne voit pour ainsi dire jamais la guerre, ni les combats. On y voit parfois le résultat (les cadavres des martyrs), mais bien plus souvent les entrainements au milieu des oliviers, des bannières animées, des photos d’armes ou de maisons investies par les combattants. Et même des chats. On y voit aussi beaucoup d’auto-portraits (des selfies jihadistes en somme).

Ces témoignages directs et ces interviews ne changent pas fondamentalement la façon dont on perçoit cette guerre. D’abord les jeunes combattants sont soumis à des entrainements et des sélections avant de pouvoir aller au front, avant de se battre pour de vrai. S’ils arrivent massivement par la Turquie, il leur faut encore rejoindre les combats, et s’habituer à un pays qu’ils ne connaissent pas (et sans doute à des façons de vivre vraiment différentes). Pour les plus radicaux, il faut aussi apprendre les rudiments de l’orthodoxie jihadiste, les prières et invocations diverses. Bref, il faut s’habituer à la discrétion, au maniement des armes, à la religion et aux comportements pieux. Ce qui fait beaucoup, et qui laisse du temps, loin des combats, pour les témoignages numériques.

Tout ces témoignages sont évidemment repris par les journaux occidentaux, trop contents de pouvoir illustrer une guerre par des images qui ne montrent pas la guerre. L’exemple le plus abouti est celui de ce jeune hollandais qui a accepté d’être filmé et qui témoigne régulièrement sur son tumblr (qui se fait souvent fermer, d’où l’enregistrement sauvage des photos) en postant des immeubles dévastés, encore des enfantsencore des chats et des armes et même des couchers de soleil syriens.

Je reproduis d’ailleurs ci-dessus une de ses photos qui me semble particulièrement éclairante : le pistolet, le smartphone et sa légende : « half of Jihad is media« .

La continuité d’usages numériques

De quoi ces images témoignent ? D’abord d’une génération bercée à l’internet et à la communication, qui, dans des choix individuels paroxystiques (aller combattre, risquer sa vie), reste fermement attachée aux réseaux sociaux, au témoignage et à l’illustration. Il faut moins y voir une volonté de témoigner pour « recruter » mais la continuité d’usages numériques, une habitude du récit de soi et de l’illustration, qui se poursuit dans un contexte extrêmement violent.

C’est peut-être une des choses les plus surprenantes dans ces témoignages : la façon dont ces jeunes parlent de leur quotidien, des menus plaisirs qu’ils trouvent, des choses qui les surprennent et les amusent face à l’enjeu principal de leur voyage : le combat et la possibilité de la mort. Évidemment, il doit y avoir des choses qui ne leur plaisent pas, des incompréhensions et des humiliations, mais de cela ils ne témoigneront pas.

Parce que c’est aussi, sans doute, une façon de « maintenir le lien » (une notion que je défend à propos de la conversion religieuse) avec des amis, une famille, bref un contexte d’interconnaissances qu’il est dur de quitter pour une nouvelle vie où l’on peut mourir. On témoigne ainsi de ce qu’on voit (essentiellement des armes, des pick-up, des zones de conflits et d’autres jihadistes), on se met en scène en se photographiant (les fameux selfies), on trompe l’ennui et sans doute l’attente. Ce maintien du lien, en partageant ce que l’on aime et ce que l’on fait, vient également montrer que les choix sont irrévocables, et que la décision contestée est individuelle et définitive. On voit du coup à travers ces bribes de vies jihadistes des moments surprenants et relativement peu de morts.

Qui intéressent tout le monde

Évidemment, certaines interviews et témoignages ressemblent aussi à des publicités (les réseaux sociaux deviennent des armes), à des appels à rejoindre les combattants islamistes. C’est d’ailleurs parfois explicitement évoqué : venez en Syrie, c’est facile (d’y aller) et on y est bien… Reste que la logistique est compliqué à mettre en place et la décision de partir encore plus dure à prendre. Il est cependant clair que ces morceaux de vies combattantes sont repris par les sites islamistes pour se faire de la publicité.

Évidemment, nous imaginons sans peine tout l’intérêt de ces témoignages pour les services secrets de chacun des pays européens. Ils doivent être rivés eux-aussi à ces comptes twitter et instagram (ou autres), pour identifier, localiser, reconstituer des parcours et des filières. Les combattants le savent aussi et en jouent…

A nous chercheurs, ces témoignages permettent de suivre les évolutions politiques au plus près du terrain : la compétition féroce entre l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et le groupe Jabhat al Nosra dans le leadership sur la région, dans l’affiliation à al-Qaïda, dans la progression même des combattants dans telle ou telle ville (pour cela le compte twitter et le travail de Romain Caillet est irremplaçable).

File:Flag of Jabhat al-Nusra.jpg
Bannière du groupe Jabhat al Nusra (Wikipedia)

En conclusion un mot sur la façon dont ces témoignages sortent. Ce sont souvent des interconnaissances ou des liens, qui font qu’un journaliste connaît, ou arrive à approcher l’un des combattants : ce fut le cas pour le témoignage rapporté par Charlotte Boitiaux (voir également la façon dont elle parle de leur relation) et également pour le témoignage rapporté par Johann Prod’homme. Ce ne sont que des témoignages via facebook, par email, au mieux par téléphone. Dans le cas du jeune hollandais, que je trouve vraiment très intéressant, le journaliste assure lui avoir parlé tous les jours pendant huit mois avant de pouvoir aller le voir. Contre l’immédiateté de leurs vies numériques, étalées à ceux qui veulent bien le partager, le témoignage direct est donc extrêmement rare et délicat. En Syrie comme ailleurs, on peut donc se raconter numériquement, livrer des bribes de sa vie, mais pas forcément se livrer entièrement. C’est aussi ça la guerre.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François Masure

Nous avons appris avec stupeur la semaine dernière le décès de François Masure. François était un « jeune chercheur », c’est-à-dire qu’il avait fini sa thèse et qu’il galérait pour trouver un poste. Il a été membre de l’IRIS puis du Centre d’anthropologie sociale (LISST-CAS). Il avait soutenu une thèse en 2009 sous la direction d’Alban Bensa intitulée Devenir français ? Approche anthropologique de la naturalisation.

View from Catania, by Lupen2 sur Flickr
View from Catania, by Lupen2 sur Flickr

Je l’avais rencontré et côtoyé au sein d’un programme de recherches international (FSP) intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être sous la direction scientifique de Fanny Colonna. Son témoignage, ainsi que celui de participants du programme sont rassemblés ci-dessous en sa mémoire.

Une cérémonie à sa mémoire a eu lieu vendredi 1er mars 2013, à Bagneux.

Fanny Colonna, directrice de recherche émérite au CNRS, responsable du programme Traces

François Masure a fait partie, entre 2005 et 2009, du Programme FSP intitulé Traces, désir de savoir et volonté d’être, que nous avons mené, Loïc Le Pape et moi, dans le cadre de l’IRIS. Des cinq équipes réunies pour cet objectif : française, italienne, algérienne, marocaine et tunisienne, il se rapprocha, sans doute en raison de son thème de recherche d’alors, assez vite de l’équipe algérienne, avec laquelle il noua des relations intenses, marquées par plusieurs séjours dans le pays et une collaboration régulière avec ses membres.

Il a été présent et très actif à nos différentes rencontres plénières, en Tunisie, en Algérie et en Italie. Sa contribution au  volume final, paru aux éditions Actes Sud en 1910, sous le titre « Écarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France » (24 pages) manifeste, comme il le dit simplement en introduction, qu’il avait choisi de se placer et d’écrire « du point de vue des naturalisés ». Un pari tenu jusqu’aux dernières lignes, écho du désenchantement de celui qui reste finalement exposé « au rappel incessant de l’origine ».

Malgré les distances, dues à la mobilité forcée de la plupart des jeunes chercheurs, nous avions toujours un vrai plaisir à le retrouver et à discuter de ses projets, souvent accidentés par des questions de santé dont il parlait presque légèrement.

« Il nous manquait », comme on dit. Il faut désormais le relire.

Mohand-Akli Hadibi, maître de conférence à l’Université de Tizi-Ouzou (Algérie)

Etna by barduran, sur Flickr
Etna by barduran, sur Flickr

C’est avec tristesse que j’ai eu la nouvelle  du décès de François que j’ai connu à l’occasion du programme FSP de Fanny Colonna. Je tiens à dire en quelques lignes mon admiration au sens de l’écoute qui le caractérisait , à sa capacité de traduire des choses complexes par des  mots simples,  à son  sens de l’observation : en un mot on avance avec lui.

Nous nous sommes retrouvés trois fois , la première à Tunis, le seconde à Catania (Sicile) et la troisième en Kabylie : ces  trois moments avaient été exceptionnels en ce sens que chaque séjour nous rapprochait et nous permettait de nous connaitre davantage ; des liens d’amitié, de sympathie et de respect réciproques se créaient.

Je ne pensait pas que sa venue en Kabylie serait la dernière mais… !

François repose en paix.

A tes amis, ta famille, ta femme et ton fils recevez toutes mes condoléances.

Khedidja Adel, Université Mentouri de Constantine (Algérie)

Je viens d’apprendre que François nous a quittés suite à sa maladie. Cette nouvelle m’a beaucoup attristée. Je croyais qu’il était guéri.

J’ai eu le bonheur de le connaitre ainsi que tous les autres membres dans le cadre du projet « Traces, désir de savoir… ». J’ai eu le bonheur aussi de partager avec lui quelques moments à l’occasion de sa venue à Constantine en avril 2009. Je me souviens qu’il nous avait fait une belle présentation de son travail. Durant son séjour, nous avions tous les deux visité le cimetière où il voulait s’attarder un peu malgré la pluie. Il avait été bien mouillé mais il était ému. Cela m’avait frappée ! Je m’inquiétais parce j’avais peur qu’il ne tombe malade mais il me disait de ne pas m’en faire, qu’il était bien…

Je ne connais pas son épouse et j’ai vu son fils grâce à une photo… J’aimerais présenter ici mes condoléances à son épouse et à sa famille.

Loïc Le Pape, jeune chercheur

François Masure était l’un des « jeunes chercheurs » dans le programme de recherche FSP « Traces, désir de savoir et volonté d’être » conduit par Fanny Colonna. C’est au sein de ce programme que nous nous sommes connus, et que nous avons échangé, avec d’autres, en toute amitié.

François avait un esprit vif, et était attentif aux détails dans ses observations, ses écrits et ses remarques. Une telle attitude nous fut précieuse dans le travail collectif.

Mais ce sont dans les moments « à côté », en dehors des séances de travail, au cours d’une visite ou lors d’un repas que j’ai le plus apprécié sa personnalité. Nous avons parlé de nos vies quotidiennes, échangé autour de nos situations professionnelles précaires, moqué des perspectives peu encourageantes. Tous deux jeunes papas, nous avions partagés nos bonheurs, nos organisations familiales et la joie de pouvoir s’occuper de nos enfants. Nous riions de l’écart entre nos vies familiales intensément vécues et nos espoirs professionnels, réels mais ténus.

Ce sont ces moments d’échanges, de connivence et de partage que je retiendrai de François.

Daniela Melfa, Université de Catane (Italie)

Je n’ai eu de contact avec François Masure que dans le cadre du projet Traces, désir de savoir et volonté d’être, mais je garde un très bon souvenir de son esprit perspicace et son attitude calme.

L’image que je retiens de lui nous voit assis dans un café du port de Catane à bavarder tranquillement sous le soleil.

Si vous connaissiez François et que vous avez envie de témoigner ici, n’hésitez pas à me contacter, j’insèrerai vos messages dans le billet.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vient de paraître (un peu de pub personnelle)…

Cela n’a rien à voir, ou très peu, avec la question du politique et du religieux, mais il s’agit de la publication de mon premier livre, dont je suis très fier… C’est un ouvrage travaillé, issu d’un beau programme de recherche, qui regroupe une vingtaine d’auteurs, chercheurs, écrivains ou hommes de lettres. Il est paru en juin 2010.

Voici donc ci dessous un résumé que l’on retrouve sur la quatrième de couverture, et puisqu’il s’agit d’un ouvrage collectif, la table des matières suit.

Cet ouvrage collectif se propose de penser l’après-colonie dans les pays du Maghreb en restituant un univers disparu mais qui a laissé des traces analysables comme autant de moments partagés. Les vingt textes qu’il regroupe, dus à une équipe pluridisciplinaire, sont agencés en quatre parties.Couverture Traces Colonna Le Pape

La première traite des violences qui ont fait déverser, hors des frontières des pays concernés, soit des populations pauvres, soit des réfugiés fuyant des territoires voisins agressés. La deuxième, à travers l’exemple de l’exploitation minière et de la médecine humaniste, souligne l’ambiguïté du contexte colonial où les sociétés maghrébines ont découvert à la fois le statut de prolétaire, puis de travailleur expatrié, et celui d’individu à part entière. La troisième présente cinq types de revendications identitaires, allant du “Pied” européen – qui ne se sent pas pleinement Français et encore moins Algérien – au jeune d’origine maghrébine, français de droit mais cherchant à préserver une certaine spécificité. Enfin, sont abordés, à travers des exemples aussi différents qu’un cimetière chrétien à Constantine ou une œuvre architecturale à Tunis, les “ingrédients” d’une réparation quand tout paraît cassé.

L’ensemble montre que les liens tissés entre les pays du Maghreb et l’Europe méditerranéenne s’inscrivent dans une histoire très embrouillée où la colonisation n’aura été qu’un épisode, certes tragique mais nullement fatal pour l’intégrité des sociétés concernées.

Table des matières

PRÉFACE, par Loïc Le Pape

INTRODUCTION : “Un objet qui parle de la perte, de la destruction, de la disparition des objets”. A propos de traces…, par Fanny Colonna

I. MIGRER

1. Une mémoire courte, la colonisation agraire italienne en Libye, par Federico Cresti

2. Le front est de la guerre d’Algérie : repli et implantation des FLN-ALN en Tunisie, par Jamel Haggui

3. La mémoire collective marocaine et la présence des Algériens au Maroc, 1956-1962, par Mohammed Amattat

4. Les Italiens de Tunisie aperçus à travers la littérature coloniale, par Marinette Pendola

II. TRAVAILLER

5. Foi et humanisme durant la période coloniale en Tunisie : sur les traces du Dr Cuénod (1868-1954), par Habib Kazdaghli

6. Khouribga, mémoire(s) d’une ville minière marocaine, par Salah Chougag

7. La mine de Timezrit. Histoire sociale des At Yemmel en Kabylie 1902-1976, par Azzedine Kinzi

8. Le portrait de Safia, d’El-Kelâa à Aubagne, entretien par Azzedine Kinzi

9. Remuer la terre, “retourner la veste”. Missionnaires d’Afrique dans la Tunisie coloniale, par Daniela Melfa

III. EXISTER

10. Insoumis et bandits chez les Béni Bouslimane du Zellatou (Aurès), par Abdelnacer Guedjiba

11. Retour vers le pays perdu, par Pierre Fréha

12. Des reniements à l’affirmation de soi dans la quête de la nationalité française en Algérie, par Mohand-Akli Hadibi

13. Le droit de la nationalité française aujourd’hui, par Mohand-Akli Hadibi et François Masure

14. Ecarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France, par François Masure

15. L’attachement au lieu d’origine. Entre tonalités d’habitation et convictions communautaires, le sol glissant de l’appartenance, par Marc Breviglieri

IV. RELIER

16. La coopération incertaine. Entrelacs associatifs en Méditerranée, par Loïc Le Pape

17. Itinéraires dans le cimetière chrétien de Constantine, par Khedidja Adel

18. Sur les traces de Prosper Ricard. Expériences culturelles dans la médina de Tunis (1927-1950), par David Bond

19. L’Art nouveau en Tunisie. Resplandy, architecte pionnier, par Sana Zouabi

20. De “radicaux” à “enracinés”. Réflexions sur l’engagement environnementaliste local, par Laura Centemeri

21. Train de nuit, par Fatima Gallaire

Vous trouverez l’ouvrage dans toutes les bonnes librairies. Il est édité par Actes-Sud, collection Sindbad, et coute 28 euros. On y trouve des textes scientifiques, des nouvelles, des photos, des réflexions…

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Acheter l’ouvrage sur Amazon | Fnac

Couverture Traces Colonna Le Pape

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Deux colloques et un lien intéressant…

Deux colloques vont se tenir les prochains jours qui témoignent de l’importance du thème des religions et des liens à l’organisation de la cité dans la recherche française et internationale la plus récente. Continuer la lecture de Deux colloques et un lien intéressant…

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bonjour tout le monde ! Mais, de quoi on parle ?

Welcome to Hypothèses, plateforme de carnets de recherches. This is your first post. Premier post donc, comme le signale l’ami Mr WordPress. Une présentation générale s’impose donc :

L’idée générale de la recherche est résumée par Élisabeth Claverie dans un numéro récent (2008) de la revue Terrain :

« Nous avons […] voulu pointer la capacité actuelle des instances politiques et religieuses à entrer en contact sous toutes sortes de formes relationnelles : le rejet radical, l’instrumentalisation mutuelle, les accords tacites, les connivences, les emprunts. Nous avons voulu montrer les accès du religieux à la sphère publique, les politiques du religieux (« the politics of religion », disent les anglosaxons), mais aussi les accès du politique aux formes, aux mots et aux symboles du religieux. » (référence)

Le modèle théorique de la laïcité française et de la sécularisation de manière générale consiste à penser que le religieux aurait déserté l’espace public pour se retrancher dans la sphère privée. Dans cette configuration, nos croyances sont personnelles et ne regardent que nous, tandis que le politique offre un modèle de régulation des différences religieuses, qu’il est neutre et que sa puissance publique permet une gestion harmonieuse de toutes les croyances, sans exclusive.

Ce modèle aux vertus explicatives, largement utilisé dans la sociologie des religions en Europe et outre Atlantique a montré ses limites. En France « l’affaire du voile » (1989) en est l’illustration flagrante. Aux Etats-Unis, la mobilisation d’une droite républicaine composée de born-again christians date de la fin des années 1970. Les impacts sociopolitiques de la Révolution iranienne (1981) ou de la guerre civile algérienne (1991-2001) sont tels qu’il est désormais impossible de soutenir l’existence d’espaces publics et politiques religieusement neutres :

« l’idée selon laquelle nous vivons dans un monde sécularisé est fausse. Le monde d’aujourd’hui (…) est aussi furieusement religieux qu’il l’a toujours été ; il l’est même davantage dans certains endroits » (Peter berger, le réenchantement du monde, Bayard, 2001).

L’espace public et politique n’est donc pas neutre religieusement. Soit. Mais quelles sont les façons, ou les moments, quelles interactions opposent le politique et le religieux ? Sont-ils réellement en concurrence pour dire une façon de penser le monde ? Et quel est le sens de nos attachements intimes (nos sentiments, nos espoirs, nos options politiques, nos engagements) si ce n’est une certaine forme de croyance ? Sans doute les réponses sont diverses, différentes, mais il nous semble possible de s’intéresser à la question, en partant de l’hypothèse que le politique est autonome du religieux. Tout n’est pas qu’affaires de croyances, et les deux sphères ne partagent pas les mêmes horizons.

Penser deux mondes distincts, deux activités autonomes permet alors de penser leurs rencontres, leurs oppositions, leurs combats et leurs exclusions, leurs arrangements et les emprunts réciproques. C’est de cela que traite cette recherche, des moments ténus où ces deux mondes se disputent.


Pour une tentative un peu plus approfondie de définition des termes voir la page À propos du carnet de recherche.

Bonnes lectures et bon surf sur ces pages !

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter