Archives de catégorie : Enseignement

Ci-gît l’Université

Ci-gît l’Université.

La loi de programmation de la recherche a été votée par l’Assemblée nationale, mardi 17 novembre 2020. Dont acte. Je ne vais pas entrer dans les détails du texte qui ont été analysés par ailleurs. Vous pouvez aller voir les analyses de l’Université ouverte,  la foire aux questions LPPR du Groupe J.-P. Vernant ou le travail du collectif Rogue ESR sur la loi. Et le site d’Academia pour le travail de veille et la succession des tours de passe-passe dans la fabrique de la loi. Quant aux promesses d’investissement dans l’ESR, elles n’engagent que ceux et celles qui y croient, mais pas moi.

Aujourd’hui, je témoigne en mon nom propre, sans concertation et sans arrière-pensée. Simplement le sentiment d’une profonde colère et une immense lassitude. Je vous parle principalement de l’Université parce que c’est ce que je connais, ce que je vis et ce que je subis.

Une putain de colère

J’éprouve une colère sans nom envers le gouvernement, qui profite malicieusement de l’incurie intellectuelle de sa majorité pour faire passer des amendements en pleine crise sanitaire, en plein confinement et surtout sans consulter personne. Qu’une majorité avalise les projets du gouvernement, c’est habituel, mais à ce point c’est critique : je suis resté choqué et en colère face à ce sénateur qui ne comprends rien à ce qu’il lit mais qui se fait porte-parole docile de la ministre. Je suis évidemment en colère contre Frédérique Vidal, porte-flingue d’une vision managériale de l’université, doublée et dépassée par son cabinet, influencée par un quarteron de hauts-fonctionnaires et présidents d’université avides de pouvoir, de reconnaissance et de poids politique. F. Vidal est pour moi l’incarnation de l’autisme politique et de la honte : elle ne représente plus personne et elle ment sans arrêt. Son attitude est typique de ces sinistres qui montent en grade (et en échelons de traitement) en s’essuyant consciencieusement les semelles sur la gueule de celles et ceux qui sont en-dessous. Arriviste, elle restera la femme politique qui aura fait le plus de mal à ses troupes et aux étudiant.e.s : Parcoursup et la loi ORE, la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étrangèr.e.s et maintenant la LPR. Bravo l’artiste !

J’éprouve aussi une colère plus sourde et contenue envers le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous n’arrivons pas à nous mobiliser efficacement, et malgré les tribunes, les réunions, les AG, les syndicats et leurs actions, les manifestations, les blocages, les occupations d’universités, les grèves des enseignements, les tentatives de sabotage des indicateurs bibliométriques, la non-participation aux jurys etc., le rouleau compresseur du new management public s’abat sur nous avec toujours plus de violence.

Côté recherche, l’atomisation des chercheur.e.s et de leurs tâches ainsi que le peu de visibilité de leurs mobilisations font qu’ils ne pèsent que très peu dans le débat public. Côté université, nous peinons à établir des rapports de force parce que le fonctionnement même de la fac est insécurisant. Face au manque de personnel d’encadrement et face à nos tâches administratives toujours plus nombreuses, notre quotidien est de nous battre pour faire tenir nos routines : inscriptions, recrutement de vacataires, accueil et suivi des étudiants, préparation des cours, examens, jurys de fin de semestre. Basta. La mobilisation est impensable dans ces conditions. Il y a bien les pudeurs des collègues, parfois insupportables, qui au nom du nécessaire respect des étudiants contestent la légitimité des mobilisations ; qui au nom de leur ennui intellectuel espèrent sélectionner des étudiants « qui savent écrire » ; qui au nom de leurs convictions politiques soutiennent un ministère qui fera le tri dans tous ces gauchistes. Il y a surtout nos affolements et notre stress face à toute situation qui bouleverse notre précieuse routine universitaire. Nous sommes tellement insécurisés dans notre quotidien d’enseignant et d’agent administratif que nous ne pouvons plus supporter la perspective d’une contestation qui fasse dérailler ce quotidien. La dernière mobilisation victorieuse dans l’ESR remonte à 2009 : c’est la menace de démission des directeurs de laboratoires, de composantes et d’UFR qui a fait reculer le ministère. Seule une mobilisation des « patrons », des « cadres des cadres », des structures de direction pouvait peser dans ce contexte politique, sanitaire et social si particulier. Il est sans doute trop tard maintenant et en deux petites années l’université a été laminée. Et comme pour l’hôpital, les fissures sont béantes.

Une immense lassitude

Tout cela ne serait qu’histoires sans importances si les conséquences de cette funeste politique n’étaient pas si graves pour ce qu’est l’université aujourd’hui.

La prime aux « chefaillons »

Le mode de direction des universités (pardon la gouvernance) se voit renforcée depuis la LRU sur un modèle de gestion d’entreprise. Tout le pouvoir est dévolu au président et à son board (on dit équipe présidentielle à la fac) qui devient une sorte de super PDG. Je n’en peux plus de cette vision entrepreneuriale qui se diffuse partout : les systèmes de tarification à l’acte dans la santé, la gestion d’un hôpital par l’occupation des lits, le principe de notation des services publics, le management des tâches plus que des métiers, l’ultra concentration des pouvoirs. Je veux bien qu’on améliore nos services publics, mais pas qu’on les détruise ! Dans l’université se créent depuis 15 ans des potentats locaux, émergent des petits seigneurs avides de pouvoir, des politiques aux dents longues, des charismatiques qui veulent réinventer leur université ou des gestionnaires besogneux qui ne pensent qu’à réduire des coûts et des tâches. Rien que cette façon de concentrer les pouvoirs est une insulte à l’histoire des universités qui a toujours dissocié un côté « gestion » nécessaire à la bonne marche d’une institution et un côté « académique » indépendant de toute pression politique. La LPR consacre un modèle d’université où le PDG concentre pouvoirs et décisions et où il peut décider seul de qui enseigne quoi. C’est du jamais vu ! Le modèle idéologique de ces crétins-stratèges est le modèle américain. Mais ils ne savent pas que l’autonomie académique y est consacrée, que les présidents sont hyper-surveillés par les board of trustee, qu’ils ont des mandats courts, et surtout que l’aisance financière des grandes universités n’existe que parce qu’elles sont assises sur des milliards de dollars (+/- 25 milliards pour Harvard ; la fondation de ma fac c’est +/- 4 millions d’euros pour l’instant)…

Surtout le système américain est fondamentalement inégal, hiérarchisé entre universités d’élite et les autres : disparités socio-économiques, géographiques, hyper sélection et frais d’inscription qui entraînent l’endettement des étudiants (pardon des usagers). Ce que promet la LPR c’est un mélange du pire du modèle entrepreneurial (concentration des pouvoirs, liberté de recrutement et adaptation des enseignements) et du pire du modèle libéral (concurrence généralisée, hiérarchie entre établissements et franchises sociogéographiques). Par politesse, je ne dirai rien sur la pénalisation des mouvements étudiants. Franchement ce n’est pas le système auquel j’ai envie de participer.

Enseignant.e.s-chercheur.e.s en fin de vie

Cela fait 5 ans que je suis titulaire dans mon département, et j’en suis à 20 ans dans l’enseignement supérieur et la recherche. Depuis que j’ai été recruté, mes tâches administratives n’ont cessé d’augmenter, réduisant à la portion congrue mes recherches et même mes enseignements. C’est peut-être un problème d’organisation personnelle, et je ne doute pas que bientôt mon université ou mon ministère mettra un coach à ma disposition. En attendant, je suis membre du Conseil d’UFR, du Comité consultatif scientifique, je dirige une licence, je participe au Conseil de direction de l’UFR, à la commission Parcoursup, et encore je refuse toutes les sollicitations hors UFR dans les services transversaux ou les conseils centraux. Je ne cumule pas les responsabilités, mes collègues en ont aussi énormément tant les tâches administratives, commissions collectives, gestions de diplômes, rapports et outils de benchmarking à produire se sont multipliés. Il y a des circuits de décision improbables, une pesanteur administrative incroyable et qui se renforce. Il ne faut pas croire que cela va changer : la libéralisation de l’ESR, des universités et la flexibilisation des parcours étudiants s’accompagne d’une augmentation des routines administratives et d’un alourdissement des tâches de tous les agents. Là où la ministre et ses fielleux conseillers annoncent fièrement simplification et déconcentration, on ne constate qu’une augmentation des procédures et des interlocuteurs. Loin de mettre de l’huile dans les rouages de la machine administrative, les lois successives alourdissent la tâche. Ce que je donne en temps et disponibilité d’esprit dans mes responsabilités administratives, c’est du temps en moins pour mes recherches, pour mes enseignements, mais surtout pour le suivi des étudiants.

Quant aux recherches, parlons-en. La volonté d’un pilotage par les projets, consacrée par le renforcement de l’ANR va inclure davantage de recherche de financement, et donc moins de recherche fondamentale. On a calculé que le temps total cumulé par les candidats pour candidater, par le processus d’évaluation et la mise en route des financements était supérieur à la somme totale distribuée. Je suis comme d’autres collègues, sur une position radicale : je refuse de perdre mon précieux temps de recherche à penser, écrire, et déposer des projets qui ne seront pas financés. Je travaille dans mon coin et risque un jour de me faire épingler par le HCERES, instance d’évaluation de tout et de tous.tes, désormais dirigé par un cheffaillon exemplaire, passé par l’Élysée et contesté par tout le monde.

Dans tout ce merdier, ce sont les étudiants qui vont subir les plus graves conséquences

Je parle de lassitude parce qu’au final ce sont les étudiants qui vont perdre le plus. Notre temps de travail à nous est déjà fractionné, nous avons intériorisé que nos recherches se font sur notre temps libre et nos vacances. Mais pour les étudiants, c’est plus grave. En tant que responsable de licence, je suis au plus près d’eux dès leur arrivée à l’université. Leur vie se transforme complètement et pas franchement pour le meilleur comme le prétend la sinistre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Hyper sélection. Parcoursup a été créé expressément pour que les universités puissent sélectionner leurs étudiants, dans la même veine idéologique que ce qui précède. Mais il y a quelques effets pervers à court terme et à plus long terme. A court terme c’est que les commissions abusent de la sélection (dans mon UFR c’est pas le cas, mais tout ce qu’on me rapporte corrobore ce constat). On ne prend que les meilleurs en faisant tourner des algorithmes très pauvres, essentiellement pour ne pas se casser la tête à l’examen des dossiers. Au passage : l’attribution des affectations relevait des rectorats, avec Parcoursup ce sont les enseignant.e.s-chercheur.e.s qui sélectionnent, font tourner la machine, produisent des rapports, bref prennent encore plus de temps à des tâches administratives. Quand on entre un peu plus dans la matrice, les paramétrages deviennent tellement complexes qu’on revient rapidement à de la sélection basique sur les notes (de première et du 1er trimestre de terminale). Ayons le courage de dire cela : l’examen qualitatif des dossiers est une chimère ministérielle. Tant que cela contente tout le monde…

Néo-libéralisme à 18 ans. Un deuxième aspect à plus long terme est que, dès le lycée, les élèves se trouvent dans une hyper-concurrence. Ils deviennent des entrepreneurs d’eux-mêmes : ils doivent se vendre (on dit candidater en langage parcoursup), multiplier les stages, les engagements bénévoles, les séjours linguistiques et les expériences professionnelles. Je vois passer plus ou moins 200 CV d’étudiants chaque année : c’est un immense gâchis. La pression sur leurs épaules est complètement dingue, elles et ils doivent avant leur première année à l’université dégager des pistes professionnelles cohérentes. Ils et elles subissent la pression de leur entourage déconnecté des réalités universitaires dès l’inscription. Et dans leur scolarité ils et elles doivent faire face à une concurrence effrénée entre eux. Le monde dans lequel les étudiant.e.s vivent est un monde de merde, insécurisant et délirant. J’ai chaque année des situations psychologiques extrêmes, difficiles à gérer et c’est en augmentation constante. Je ne compte plus les étudiant.e.s qui prennent des cachets pour tenir le coup, suivent des traitements médicamenteux pour rester la tête hors de l’eau. Au passage, dans le modèle universitaire américain il y a environ un psychologue à plein temps pour 1600 étudiants, en France c’est un pour 30 000… Nous allons vers des difficultés sociales et psychologiques énormes. Je ne cesse d’alerter au sein de l’université mais le ministère de l’enseignement supérieur s’en contrefiche, cela rentre dans les responsabilités d’un autre ministère !

Faire tenir des ruines

Si les enseignant.e.s-chercheur.e.s s’en sortent à peu près, les personnels techniques et administratifs des universités sont encore plus mal lotis. Au CNRS on appelle cela des postes supports, et ils ont baissé encore plus fort que les postes de chercheurs. Si bien qu’on arrive à des aberrations, où tel laboratoire de génétique a acheté une machine hyper-sophistiquée à 6 ou 7 millions d’euros mais ne dispose d’aucun personnel pour la faire marcher ou assurer sa maintenance. Et bien à la fac, c’est pareil. La logique de réduction des coûts a supprimé des postes essentiels. Cela va des cellules de soutien psychologique à l’orientation des étudiants, aux scolarités des UFR et des composantes, en passant par les équipes informatiques des universités. Qui fait tenir les serveurs en ce moment ? Qui développe les outils des enseignements en démerdentiel ? Des équipes à bout et désormais des entreprises privées (Zoom, Panopto, Skype) que les facs paient à prix d’or.

Des services sinistrés ne peuvent remplir les tâches qui leur incombent. La faute à la précarisation des situations individuelles, et au manque de personnel pour faire tenir une université. Il n’y a que très peu de réflexions dans ma fac sur le management des équipes ou sur les façons de se sentir bien au travail (et je ne parle pas d’argent… ces postes sont sous-payés). Et je ne parle pas non plus du management toxique de certains cadres qui réussissent à décimer un service en quelques mois à coup d’arrêts maladies et de burn-out…

Mais bon, la LPR va nous sauver en accroissant la participation des personnels et des étudiants à la gouvernance universitaire. La belle affaire ! Comme si nous étions formés, enseignant.e.s, administratif.ve.s ou étudiant.e.s à la gestion d’une université, à des postes d’administration : qu’est-ce qu’un enseignant-chercheur peut faire pour gérer des équipes administratives, sans être formé, sans aide RH et en subissant la pression des vices-présidences ou du PDG ? Rien, nous serons mauvais parce que non formés pour cela.

A la suite du premier confinement, plusieurs universités ont été incapables de délivrer des diplômes au mois de juillet. Tout ça parce que des services communs n’ont pu assurer le paramétrage, la programmation et la maintenance du logiciel censé organiser les diplômes, calculer les moyennes, bref, faire les opérations de base pour savoir qui était reçu et qui ne l’était pas. La collation des grades n’a pu être menée à bien, et c’est un putain d’échec pour l’État, le signe d’un effondrement de ses prérogatives. Exactement comme cela a été le cas dans la crise sanitaire et la gestion des patients Covid dans les hôpitaux. Faute d’investissements, l’institution craque et ne peut plus remplir ses missions. Le ministère nous demande de tenir des ruines. Nous le ferons un temps, mais le risque est que l’immeuble nous tombe dessus, enfouissant enseignants-chercheurs, personnels administratifs et  étudiant.e.s. Amen.

N.B. : ce texte est un coup de gueule individuel et à vocation à témoigner, rien de plus. Faites-en ce que vous en voulez mais s'il vous plaît, ne me mêlez pas à vos lectures. Je n'en veux à personne à part à ma ministre et à son entourage professionnel, aux dirigeants de la France depuis 30 ans et au nouveau management public. Je n'accuse personne et je n'ai pas, pour écrire ce texte, maltraité pas de petits chats. 

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Samuel Paty : ce que j’ai dit à mes étudiant.E.s

Ce lundi, il fallait en parler. Parler de l’attentat, mais cette fois-ci avec l’urgence et la sidération de l’enseignant touché par l’assassinat d’un collègue. Il le fallait pour surmonter l’effroi de l’acte barbare, mais aussi et surtout pour aller au-delà de la consternation face aux débats qui ont suivi. Il le fallait enfin parce que ce sont les thématiques de recherche que j’explore, sur lesquelles je lis et enquête depuis des années, avec lesquelles j’essaie de construire un raisonnement, de tenir une position éthique de recherche.

Pourtant, je n’avais pas envie d’en parler. L’esprit brouillé, tant par l’acte que par ce qui s’en est suivi : des récupérations, des dialogues de sourds et des insultes. Le degré zéro de l’action politique et de la pensée intellectuelle, la démobilisation des spécialistes et l’envahissement du débat public par des thématiques vagues et parfois nauséabondes, voilà les logiques qu’il fallait expliquer aux étudiant.e.s.

J’ai donc commencé, par honnêteté, par la sidération du professeur. Le choc et l’effroi de l’acte et le chagrin pour la victime et ses proches. J’ai dit que ma difficulté à parler renvoyait à l’horreur de l’acte mais aussi à la cacophonie politico-médiatique du moment. J’ai expliqué que la sidération est normale, et qu’elle est même un passage obligé. Que c’est un processus normal après un attentat et que progressivement le choc se transforme. J’ai expliqué qu’il fallait prendre au sérieux nos émotions tout en sachant que nous ne réagissons pas de la même façon. Qu’il ne fallait surtout pas faire comme si de rien n’était.

J’ai ensuite expliqué aux étudiant.e.s qu’on pouvait prendre l’attentat et les jours précédents comme une séquence où s’entremêlent des enjeux sociaux et politiques qu’il nous appartient de penser. Et que la démarche des sciences sociales irrite beaucoup parce que nous disons multi-causalité là où l’on cherche des explications univoques et définitives. J’ai proposé 6 axes de réflexion sur lesquels nous devions absolument saisir quelque chose de notre monde.

1. Les réseaux sociaux

J’ai commencé par les réseaux sociaux, puisqu’ils sont à la base de l’envenimement de la séquence initiale de la salle de classe. Les emportements ont été exagérés par des témoignages biaisés et situés, et les réseaux sociaux ont accompagné l’affaire. Il y a un enchaînement de faits : cela commence au collège, se poursuit au commissariat, dans les salons de la préfecture, retour au collège, passage dans les bureaux des renseignements territoriaux. Face à cet enchaînement, il y a un calque déformé de cette réalité, hors des protagonistes concernés, relayé et amplifié par des anonymes qui, entre indignation et militantisme ont propagé des visions partielles de l’événement. Des réflexions surgissent ici et là sur les réseaux sociaux : Olivier Ertzscheid en dit des choses puissantes sur la propagation et l’ampleur qui ont des conséquences non maitrisées. Comme j’étais dans une position d’enseignement j’ai alerté mes étudiant.e.s sur les risques de l’emportement, sur la vérification des sources et l’indignation par procuration. J’ai préféré leur dire que nos retweets et nos partages de vidéos étaient des gestes politiques, qui avaient des conséquences. J’aurai pourtant aimé leur parler davantage de la logique algorithmique, de la problématique lutte contre la haine sur les réseaux sociaux,  et de la focalisation du champ médiatique sur ces maudits 180 signes.

2. La violence

J’ai ensuite parlé de la violence, de celle extrême de l’acte, et des impasses des sciences sociales sur son déclenchement. J’ai repris ici mon cours sur les conceptions plurielles de la violence, qui a longtemps été vue comme un élément naturel de l’existence humaine. Qui a des conceptions multiples et a aussi été comprise et envisagée comme un élément libérateur, l’exercice de la violence pour se libérer des jougs (songeons simplement à ce que signifie une « guerre de libération »). J’ai expliqué avec N. Elias la baisse tendancielle de la tolérance à la violence, avec ma collègue I. Sommier les impasses de la qualification du terrorisme et de la violence totale et j’ai pu dire un mot sur les ressentis de la violence, notamment dans le monde actuel où sont pressés et oppressés un nombre non négligeable d’individus qui ressentent cette pression et oppression comme violence. J’ai bien pris garde dans ce point de ne pas opposer l’acte barbare aux multiples définitions de la violence. Mais j’ai pu insister sur le fait que les sciences sociales étaient toujours incapables de prédire un passage à l’acte violent. Nous travaillons sur des groupes, sur des contextes historiques, nous identifions les facteurs qui prédisposent ou favorisent un passage à la violence mais nous ne pouvons pas identifier qui et quand va « passer à l’acte ». Le pourrions nous, quelles en seraient les conséquences : un prix Nobel pour les scientifiques ou la perspective d’un Etat Léviathan totalitaire ? Enfin il a fallu que je dise la radicalisation et ses impasses, ses définitions concurrentes et ses méconnaissances politiques : les scientifiques ont bien expliqué la dimension processuelle, et ont expliqué qu’il fallait mieux l’envisager dans une perspective interactionniste. On se radicalise par rapport à un milieu, par rapport à un contexte et ce processus ne mène pas forcément à la violence. Considérer la fin du processus de radicalisation comme le passage à la violence contraint à penser l’exception plus que la règle, à penser le meurtrier plutôt que son environnement. C’est une impasse intellectuelle.

3. L’intégrisme

Evidemment, pour un acte perpétré par quelqu’un qui se revendique de l’islam, pour une séquence initiale qui comporterait des caricatures religieuses, j’ai pu dire à mes étudiant.e.s qu’il fallait aussi penser le fait religieux et ses dérives. Qu’il y a des athées, des agnostiques, des qui-se-demandent, des qui-croient-un-peu et des croyant.e.s qui sont violentés par la violence et qu’ils sont ultra-majoritaires ; mais qu’il y a aussi des croyants plus « radicaux » qu’on appelle intégristes, qui peuvent approuver la violence et parfois même agir avec violence. Ils ont compris mon message implicite : ce n’est pas l’islam qui est en cause, ce sont ses dérives intégristes. La position intellectuelle est bien de se garder de l’amalgame, de ne jamais considérer la communauté comme un tout indistinct (« les musulmans » ou « la oumma » n’existent pas) mais que des discours et opinions les font exister comme des méta-catégories. Les étudiants savent qu’il y a des personnes qui croient que l’islam est une religion violente et que sa théologie, son histoire, ses développements récents provoquent les dérives intégristes. Mais ils savent aussi que c’est intellectuellement paresseux de dire des choses aussi générales, sans prendre en compte l’historicité des monothéismes, les débats théologiques, l’histoire des premiers empires et la géopolitique. C’est l’objet de mon cours en deuxième année.

Dans cet échange nous avons aussi parlé du salafisme et de ses conceptions : quiétiste et djihadiste, des explications sociologiques qui évoluent sur cette conception religieuse : G. Képel et O. Roy sont d’accord aujourd’hui pour dire que le salafisme peut, dans une certaine mesure, préparer le terrain à une conception violente de l’action dans le monde. A part les outrances politiques et les raccourcis militants, personne ne croit que le salafisme mène à la violence. Il en prépare peut-être des conceptions, des représentations, rien d’autre. Mon travail d’enseignant a été ici d’accueillir, de guider et de nuancer.

4. L’intégration

La question la plus débattue aujourd’hui est celle de l’idéal républicain et de ses valeurs. Mais l’enjeu sous-jacent n’est que rarement abordé frontalement : comment se fait-il que des valeurs a priori universelles et intangibles soient contestées ? Comment se fait-il qu’un idéal ne soit plus signifiant ? Le déplacement intellectuel du débat public à son contexte socio-historique a fait surgir la grande question du pluralisme, de l’intégration des populations immigrées, de l’idée du brassage républicain et de ses échecs. La question est très sensible car elle est à la base de l’altérisation (le processus de dire qui est un autre, qui est un étranger). C’est de mon point de vue une question sociologique quasi-insoluble, qui date des premières communautés humaines (« qui en est et qui n’en est pas ? »), et qu’on retrouve en France dès la construction du royaume (« qui est franc et qui ne l’est pas ? »). Depuis, la question sociologique a été naturalisée et amplifiée par l’avènement de la République et de la colonisation : les citoyens français et les « autres », indigènes ou sujets. J’ai renvoyé mes étudiants aux travaux de Patrick Weil (Qu’est-ce qu’un Français ?) et Gérard Noiriel (Le creuset français). Mes étudiant.e.s m’ont fait comprendre que c’était pour eux le sujet le plus préoccupant, tant l’aveuglement de notre société est grand sur la question. Et qu’on le veuille ou non, cela nous ramène (pour partie) à la colonisation. Pourtant documentées par toutes les sciences sociales, il existe en France des discriminations exceptionnellement élevées envers des descendant.e.s d’immigré.e.s et les habitant.e.s des quartiers populaires. Ces discriminations, qui confèrent au racisme, se jouent dans toutes les dimensions de l’existence, de l’école au monde du travail, de la prime enfance à la retraite, et touchent à l’économie, à la culture, au social et au politique. Mais aussi aux représentations. Nul besoin d’aller très loin pour mes étudiant.e.s : le Sénat voisin, l’Assemblée nationale, les cabinets ministériels, et mêmes leurs propres promotions à la Sorbonne en témoignent. Où est la diversité ? Où se trouve le brassage républicain ? Il n’y en a pas. Malgré les efforts des gouvernements successifs, une réflexion sur les ratés de l’intégration et les impasses de la diversité est nécessaire pour penser les autres dérives : le séparatisme, l’intégrisme religieux, la violence politique, le rapport à la participation et au vote etc. Nous pourrons toujours invoquer la force des symboles, la foi en la République et ses hussards noirs, rien n’y fera : ces symboles ne font plus sens partout, faute d’avoir été incarnés. Ce naufrage est collectif disent mes étudiant.e.s, et ils ne sont pas tendres avec le politique.

5. Le champ médiatique

J’ai ensuite déplacé le débat sur le fonctionnement du champ médiatique en demandant à mes étudiant.e.s comment ils s’informaient, ou comment ils consommaient de l’information ? Parce que je trouve extrêmement préoccupant le fonctionnement d’une sphère de l’information en continue, et bien que je n’en sois pas spécialiste, il y a des tendances préoccupantes. Les étudiant.e.s étaient d’accord sur le constat d’un développement du « tout info » qui délaisse le journalisme d’enquête et qui remplit du vide entre deux « rappel des titres ». Il est de bon ton de dénoncer la pensée BFM, ou l’outrance pailletée de Cyril Hanouna. En tant qu’enseignant, je suis effaré par deux tendances concomitantes de ces dernières années. Tout d’abord le remplissage du vide informatif des chaines d’information où chacun, pourvu qu’il ait une bonne situation et qu’il sache parler, est inviter à disserter sur des sujets qu’il ne connaît pas. A la condition d’avoir des avis tranchés et si possible qui s’opposent à ceux des autres invités. La deuxième tendance est celle de l’incantation de la sortie du politiquement correct : il faut désormais énoncer les problèmes clairement, briser les consensus mous et s’autoriser la transgression, parce « qu’on ne peut plus rien dire ». Or cela profite aux extrêmes et plus souvent à ceux de droite qu’à ceux de gauche. Eric Zemmour en est l’illustration, mais les effets pervers sont encore plus vaste dans des émissions populistes comme celle de Pascal Praud où le seul but est de tenir des propos outranciers et de monter des clashs, qui pourront être découpées en séquences de 30 secondes pour pouvoir tourner sur les réseaux sociaux. Voilà peut-être l’une des logiques de l’emportement sur les réseaux sociaux.

Ce fonctionnement du champ médiatique qui court après l’info, elle-même préalablement mise en forme par le politique (storytelling) abouti à du vide. On a parlé ici de la médiatisation des manifestations des Gilets jaunes : les chaînes d’info passaient l’après-midi à suivre une manifestation dans les rues de Paris, sans parler de ce qu’il se passait, mais de ce qui allait se passer. La première salve de lacrymo ou une poubelle brûlée sous les caméras justifiait toutes ces heures à attendre le dénouement : l’action de violence. Mais que se passait-il quand il ne se passait rien ? C’est une des questions fondamentales de la sociologie ! Ici mon intervention pédagogique s’est limitée à inciter mes étudiants à mieux consommer l’information, à sélectionner les supports et à faire attention à la vérification des sources. Face à une dérive professionnelle d’une partie du monde journalistique au nom des rendements publicitaires et de la concurrence, face à la modification en profondeur des générations, des pratiques et des formats du journalisme, nous ne pouvons qu’éduquer les étudiant.e.s à l’accès de plus en plus complexe à l’information.

6. Finir par l’enseignement et le savoir

Enfin, il a fallu parler de l’enseignement et du savoir. J’ai commencé par rappeler que pour Bachelard la connaissance se fait toujours contre soi-même. Que l’on doit se préparer à des remises en causes si l’on fait œuvre de pensée sociologique. Certes, l’avertissement marche avec mes étudiant.e.s, mais sans doute moins bien avec des collégien.e.s. Je n’ait rien dit sur l’acte pédagogique de Samuel Paty parce que je n’y étais pas et que l’enjeu n’est pas là. J’ai simplement repris ici les éléments de la sociologie de l’éducation sur la profession d’enseignant,  aujourd’hui prise dans des logiques contradictoires. Et les enseignant.e.s  sont très mal accompagné.e.s. Une première logique de massification de l’enseignement qui bouleverse le rapport aux familles, une deuxième logique d’inclusion des familles au sein des établissements scolaires qui produit des situations complexes. Une troisième logique d’accompagnement des enseignant.e.s mal maîtrisée, qui confère à la voie hiérarchique un poids démesuré, un contrôle de plus en plus serré de la pédagogie et de ce que peuvent dire les enseignant.e.s ; enfin cette logique créé un déséquilibre entre territoires. Dans le même temps les établissements scolaires sont érigés en stars de la laïcité : c’est là que s’y actualise le destin français et que s’y transmettent les valeurs de la République. Logiquement, c’est aussi dans les établissements scolaires que ces valeurs y sont contestées, qu’elles montrent parfois leurs limites et qu’on y découvre parfois d’autres modèles de société. Sont-ce vraiment des territoires perdus de la République ? Sans doute pas, car les établissements scolaires fonctionnent plutôt bien dans leur immense majorité : la vie scolaire s’y déroule, les apprentissages y ont lieu et chaque année une cohorte en sort diplômée. Mes étudiant.e.s ont bien compris que les décisions fortes concernant le concret du monde éducatif étaient toujours prises lorsqu’une directrice d’école s’y suicide ou qu’un enseignant de collège s’y fait tuer atrocement en enseignant la liberté d’expression.

***

La séance du cours était prévue sur la pluralisation religieuse en Afrique. Nous avons mené à bien cette séance et plusieurs fois nos discussions scientifiques nous ont ramenées à l’actualité en France. C’est là dessus que j’ai voulu conclure mon intervention. Notre rôle, le mien comme le leur, est de ne pas tolérer la paresse intellectuelle et la pauvreté argumentative dans l’explication des phénomènes sociaux. L’un d’eux a soulevé l’action du politique, entre la récupération mémorielle et l’action punitive de l’ultra-ministre de l’intérieur : « visite » aux domiciles de personnes « ciblées » pour « faire passer des messages », expulsion de personnes fichées S, projet d’interdiction du CCIF, changements de direction à l’observatoire de la laïcité, et encore d’autres joyeusetés à venir. Du répressif et de l’idéologique comme seules réponses à un acte barbare. Le mépris de la multi-causalité. La non-prise en compte d’enjeux urgents à l’avenir de la société.

*

En quittant la salle, nous apprenions que la fac serait fermée le lendemain, pour cause d’hommage présidentiel. La cérémonie a été belle, sobre et mesurée. Enfin.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers va renforcer la sélection sociale et financière des étudiants

J’ai écrit cette tribune pour la proposer à publication dans un journal quotidien qui paraît chaque soir. Finalement je ne l’ai pas envoyée parce qu’il y a des plus savant.e.s et plus connu.e.s qui disent les choses mieux et plus poliment. Mais je ne renie rien à mes mots, y compris les gros mots… Du coup, je la publie pour les lecteurs et lectrices de ce blog de recherche.

La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers cache mal une volonté politique de généraliser la hausse, fût-ce au détriment des plus défavorisés.

En annonçant la hausse brutale (+110%) des frais d’inscription dans les universités pour les étudiants étrangers (en fait les ressortissants de pays non-membres de l’UE), le gouvernement d’Edouard Philippe revient sur un consensus éducatif enraciné depuis 1968 : l’accès à tous à l’université. Ce principe politique, déjà mis à mal par l’épisode Parcoursup, va être définitivement enterré par la hausse programmée du coût des études. Cette décision cache mal une volonté de transformation néo-libérale de l’université à marche forcée, au risque de susciter des réactions bien plus fortes que celles contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants.

Cette hausse des frais d’inscription est censée renforcer notre compétitivité universitaire et nous permettre  d’attirer des étudiants venant de régions historiquement peu représentées dans le système universitaire français comme la Chine, l’Asie du sud-est, etc. Il faut d’abord être assez stupide pour penser qu’une hausse fera seulement venir de nouveaux étudiants. En réalité, la hausse entrainera automatiquement un reflux net d’autres contingents étudiants mieux représentés dans le système universitaire : l’Amérique du sud, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient. Bref, les pays du sud, qui ne pourront plus financer qu’une élite pour fréquenter les bancs de nos universités. Exclure certains étudiants pour mieux en intégrer d’autres, voilà le premier choix du gouvernement.

La hausse des frais d’inscription est également justifiée par la volonté de redonner à la recherche française sa place dans le concert des nations occidentales. Arrêtons le délire tout de suite : la hausse des frais d’inscription, même généralisée à tous les étudiants, ne suffira pas à combler le manque d’investissements publics de ces 25 dernières années. Les investissements consacrés à la recherche et l’innovation stagnent autour de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), alors que la stratégie de Lisbonne fixe un minimum à 1% (soit « seulement » 4,5 milliards de déficit chaque année…). Pire, le financement de l’ESR baisse tendanciellement depuis 20 ans. Nos pays voisins consacrent davantage de ressources à la recherche, l’enseignement et l’innovation. Nous sommes à la traîne dans les investissements, nous en payons les conséquences (croissance moins forte) et paierons encore pendant 10 ans. Il est complètement faux de dire que la hausse des frais d’inscription compensera le sous-déficit du secteur, c’est un cataplasme sur une jambe de bois.

La hausse des frais d’inscription s’inscrit également dans la continuité d’une loi de 2007 (loi dite LRU) autonomisant financièrement et en partie scientifiquement les universités. Cependant cette autonomie s’est accompagnée de la baisse des dotations de l’État, et a donc seulement fragilisé les universités : aujourd’hui 50% d’entre-elles sont obligées de « geler » des postes (c’est à dire annuler ou reporter des recrutements de personnel) pour faire face aux dépenses. Renoncer à des recrutements alors que la population étudiante augmente, voilà où nous en sommes. Alors oui, c’est au niveau des finances des universités que ces nouvelles recettes apparaitront en venant combler le manque d’investissement étatique. Faire payer les étudiants et organiser le retrait de l’État, voilà encore une fois le programme du gouvernement.

Surtout, cette hausse des frais d’inscriptions va entraîner une sur-sélection sociale des étudiants. L’expérience de Parcoursup aura montré une chose : la logique de l’algorithme renforce la sélection par les résultats : les étudiants de cette année sont encore meilleurs que les années précédentes (dans mon département il y a 80% de mentions bien et très bien malgré un paramétrage « très ouvert » des critères de sélection). Or nous savons que la sélection par les notes va de pair avec une sélection sociale : le résultat sera donc une université pour les étudiants les meilleurs, mais surtout pour les plus riches, capables de payer 15 000 euros les 5 ans d’études (sans redoublement). Si les meilleurs ne peuvent pas venir tant pis pour eux, nous prendrons les plus riches !

Enfin cette hausse des frais d’inscription va fragiliser les étudiants eux-mêmes.  Déjà stressés et angoissés (voir les enquêtes du CNOUS), les étudiants vont devoir gérer une pression parentale (ou leur propre endettement). Le redoublement sera une catastrophe financière alors que nous raisonnons en terme de maturation d’esprit, d’acquisition de connaissances et de méthodes de raisonnement. Loin de l’eldorado promis, à l’image du fantasme des universités américaines qui accumulent excellents étudiants et prix Nobel sur leurs campus, la hausse des frais d’inscription va simplement fracturer encore un peu le monde de l’enseignement et de la recherche, à tous les niveaux : des étudiants-clients, aux personnels administratifs et de soutien jusqu’aux enseignants, vent debout contre ces réformes mal faites car pas pensées.

En annonçant cette hausse sans aucune concertation, le gouvernement semble pressé de réformer sans réfléchir une seule seconde aux conséquences. Edouard Philippe et son gouvernement viennent de précipiter les universités du haut de la falaise, et nous, universitaires, employés et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche entendons notre ministre crier depuis le sommet : « jusqu’ici tout va bien ! ».

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter