Vient de paraître (un peu de pub personnelle)…

Cela n’a rien à voir, ou très peu, avec la question du politique et du religieux, mais il s’agit de la publication de mon premier livre, dont je suis très fier… C’est un ouvrage travaillé, issu d’un beau programme de recherche, qui regroupe une vingtaine d’auteurs, chercheurs, écrivains ou hommes de lettres. Il est paru en juin 2010.

Voici donc ci dessous un résumé que l’on retrouve sur la quatrième de couverture, et puisqu’il s’agit d’un ouvrage collectif, la table des matières suit.

Cet ouvrage collectif se propose de penser l’après-colonie dans les pays du Maghreb en restituant un univers disparu mais qui a laissé des traces analysables comme autant de moments partagés. Les vingt textes qu’il regroupe, dus à une équipe pluridisciplinaire, sont agencés en quatre parties.Couverture Traces Colonna Le Pape

La première traite des violences qui ont fait déverser, hors des frontières des pays concernés, soit des populations pauvres, soit des réfugiés fuyant des territoires voisins agressés. La deuxième, à travers l’exemple de l’exploitation minière et de la médecine humaniste, souligne l’ambiguïté du contexte colonial où les sociétés maghrébines ont découvert à la fois le statut de prolétaire, puis de travailleur expatrié, et celui d’individu à part entière. La troisième présente cinq types de revendications identitaires, allant du “Pied” européen – qui ne se sent pas pleinement Français et encore moins Algérien – au jeune d’origine maghrébine, français de droit mais cherchant à préserver une certaine spécificité. Enfin, sont abordés, à travers des exemples aussi différents qu’un cimetière chrétien à Constantine ou une œuvre architecturale à Tunis, les “ingrédients” d’une réparation quand tout paraît cassé.

L’ensemble montre que les liens tissés entre les pays du Maghreb et l’Europe méditerranéenne s’inscrivent dans une histoire très embrouillée où la colonisation n’aura été qu’un épisode, certes tragique mais nullement fatal pour l’intégrité des sociétés concernées.

Table des matières

PRÉFACE, par Loïc Le Pape

INTRODUCTION : “Un objet qui parle de la perte, de la destruction, de la disparition des objets”. A propos de traces…, par Fanny Colonna

I. MIGRER

1. Une mémoire courte, la colonisation agraire italienne en Libye, par Federico Cresti

2. Le front est de la guerre d’Algérie : repli et implantation des FLN-ALN en Tunisie, par Jamel Haggui

3. La mémoire collective marocaine et la présence des Algériens au Maroc, 1956-1962, par Mohammed Amattat

4. Les Italiens de Tunisie aperçus à travers la littérature coloniale, par Marinette Pendola

II. TRAVAILLER

5. Foi et humanisme durant la période coloniale en Tunisie : sur les traces du Dr Cuénod (1868-1954), par Habib Kazdaghli

6. Khouribga, mémoire(s) d’une ville minière marocaine, par Salah Chougag

7. La mine de Timezrit. Histoire sociale des At Yemmel en Kabylie 1902-1976, par Azzedine Kinzi

8. Le portrait de Safia, d’El-Kelâa à Aubagne, entretien par Azzedine Kinzi

9. Remuer la terre, “retourner la veste”. Missionnaires d’Afrique dans la Tunisie coloniale, par Daniela Melfa

III. EXISTER

10. Insoumis et bandits chez les Béni Bouslimane du Zellatou (Aurès), par Abdelnacer Guedjiba

11. Retour vers le pays perdu, par Pierre Fréha

12. Des reniements à l’affirmation de soi dans la quête de la nationalité française en Algérie, par Mohand-Akli Hadibi

13. Le droit de la nationalité française aujourd’hui, par Mohand-Akli Hadibi et François Masure

14. Ecarts d’identité. Expériences de la naturalisation en France, par François Masure

15. L’attachement au lieu d’origine. Entre tonalités d’habitation et convictions communautaires, le sol glissant de l’appartenance, par Marc Breviglieri

IV. RELIER

16. La coopération incertaine. Entrelacs associatifs en Méditerranée, par Loïc Le Pape

17. Itinéraires dans le cimetière chrétien de Constantine, par Khedidja Adel

18. Sur les traces de Prosper Ricard. Expériences culturelles dans la médina de Tunis (1927-1950), par David Bond

19. L’Art nouveau en Tunisie. Resplandy, architecte pionnier, par Sana Zouabi

20. De “radicaux” à “enracinés”. Réflexions sur l’engagement environnementaliste local, par Laura Centemeri

21. Train de nuit, par Fatima Gallaire

Vous trouverez l’ouvrage dans toutes les bonnes librairies. Il est édité par Actes-Sud, collection Sindbad, et coute 28 euros. On y trouve des textes scientifiques, des nouvelles, des photos, des réflexions…

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Acheter l’ouvrage sur Amazon | Fnac

Couverture Traces Colonna Le Pape

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le pape, la reine et le protocole

Le pape Benoit XVI vient d’entamer une visite historique au Royaume-Uni. Historique à plusieurs points de vue. C’est tout d’abord la première fois qu’un pape vient en visite officielle au Royaume-Uni depuis le schisme anglican du XVIe siècle (Jean-Paul II avait effectué une visite pastorale, moins importante dans l’ordre protocolaire, en mai 1982). Cette visite est également historique car le pape et la reine Élisabeth II ont en commun la double charge d’être souverains civils et religieux. Historique enfin, car pour une fois les messes et les allocutions du pape seront payantes pour les fidèles.

Visite historique

Le schisme anglican de 1534 est l’officialisation de la rupture du roi anglais Henri VIII avec le pape Clément VI. Le roi voulait que le pape annule son mariage avec Catherine d’Aragon pour pouvoir légitimement épouser sa maîtresse, Anne Boylen. Face au refus de Clément VI, le roi d’Angleterre décide de rentre autonome l’Église d’Angleterre face au pouvoir de Rome. La rupture est donc politique et aucunement basée sur des oppositions théologiques. Henri VIII prend le litre de “Chef suprême de l’Église et du clergé d’Angleterre”.

The popemobile in London - Catholic Church (England and Wales)Le voyage du pape Benoit XVI dans ce contexte est la première visite d’État officielle d’un souverain pontife sur les terres de l’Église Anglicane, cinq siècles après la rupture. Habile politique, Benoit XVI rappelle à chaque prise de parole le voyage de son prédécesseur en 1982, comme pour effacer les divergences historiques et théologiques.

La journée de vendredi sera consacrée à des échanges avec les dignitaires de l’Église Anglicane afin d’essayer d’avancer dans le rapprochement, même partiel, des deux églises. Et pour réserver à ces négociations un caractère confidentiel, le pape a choisi la stratégie du contre-feu en insistant fortement, dans ses prises de parole, sur les méfaits du monde moderne, du “relativisme” et des tentations néfastes. Un pied dans le plat des relations entre politique et religion, cela a l’avantage de faire parler les médias britanniques et confirme ce sujet comme l’une des antiennes de Rome…

Entre politique et religion

Dans ce voyage, la politique et les religions se télescopent à la fois dans l’ordre protocolaire (donnant de savoureux mélanges) et dans le discours du pape :

Le pape a atterri en Écosse, à Édimbourg, car la reine Élisabeth II, officiellement “Gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre“, n’est pas gouverneur de l’Église d’Écosse. C’est donc sur un territoire dont elle est souveraine civile qu’elle a accueillie le pape (avec hymne national etc.), en tant que souverain civil également (puisqu’il est chef de l’État du Vatican) en sa résidence royale de Holyrood. Nous avons donc deux octogénaires qui partagent le rare privilège d’être à la fois chef d’État et chef d’Église !

Pourtant le pape a balayé ces règles protocolaires en rendant un hommage acéré au pays hôte :

“Aujourd’hui, le Royaume-Uni s’efforce d’être une société moderne et multiculturelle. Dans ce noble défi puisse-t-il garder toujours son respect pour les valeurs traditionnelles et les expressions de la culture que des formes plus agressives de sécularisme n’estiment ni ne tolèrent même plus”

Enfin, pour brouiller encore un peu les cartes d’un voyage historique, le pape a semble-t-il décidé de “mettre le paquet” sur les effets de la sécularisation : invocation de la religion comme sagesse universelle, nécessité de penser l’église dans la vie civile et politique, condamnation du monde moderne… En témoigne son homélie de jeudi :

“Pour cette raison, je lance un appel particulier à vous les fidèles laïcs, en accord avec votre vocation et votre mission baptismales, à être non seulement des exemples de foi dans la vie publique, mais aussi àPOPE-BENEDICT-XVI-in-Portugal introduire et à promouvoir dans le débat public l’argument d’une sagesse et d’une vision de foi. La société d’aujourd’hui a besoin de voix claires qui prônent notre droit de vivre, non pas dans une jungle de libertés autodestructrices et arbitraires, mais dans une société qui travaille pour le vrai bien-être de ses citoyens et qui, face à leurs fragilités et leurs faiblesses, leur offre conseils et protection. N’ayez pas peur de prendre en main ce service de vos frères et sœurs pour l’avenir de votre nation bien-aimée (…)

Certains cherchent aujourd’hui à exclure la croyance religieuse du discours public, à la limiter à la sphère privée ou même à la dépeindre comme une menace pour l’égalité et pour la liberté. Pourtant, la religion est en fait une garantie de liberté et de respect authentiques, car elle nous conduit à considérer chaque personne comme un frère ou une sœur (…)

Chaque jour, vous êtres soumis à de nombreuses tentations – drogue, argent, sexe, pornographie, alcool – dont le monde prétend qu’elles vous donnent le bonheur. Mais ces choses détruisent et divisent. Il n’y a qu’une seule chose qui soit durable : l’amour de Jésus Christ pour chacun de vous personnellement (…)”
Source : Homélie de Benoit XVI à Glasgow, agence Zénit.

Une visite contestée

Pourtant, cette visite est critiquée, assez largement au Royaume-Uni. Les services du Vatican, face à la grogne montante après la publication des montants estimés de la visite papale pour les contribuables anglais ont décidé de faire payer aux fidèles l’accès aux messes et allocutions du pape. Le voyage couterait approximativement 12 millions d’euros aux contribuables britanniques, la moitié environ des 25 millions d’euros prévus pour la visite. Ainsi, pour assister à la messe de jeudi 16 septembre à Glasgow, il fallait débourser environ 24 euros (20 livres). Celle de dimanche, la plus importante reviendra à 30 euros (25 livres), tandis que la veillée de vendredi (17 septembre) ne coûte que 12 euros (10 livres).

Au delà des querelles d’argent, la visite est contestée par les positions de Rome sur les sujets habituels : droit des femmes, manque d’implication dans les scandales liés à la pédophilie des prêtres, positions rétrogrades sur le préservatif etc. Les quelques cinq millions de catholiques, parmi 61 millions de sujets de sa majesté se font discrets en attendant le pape… Autre motif de contestation, la hiérarchie de l’Église Anglicane qui reprochent au pape de venir béatifier le cardinal Newman (homme d’église du XIXe siècle) qui a quitté la religion anglicane pour devenir catholique romain…

Plus léger, un cardinal allemand, ancien collaborateur du Vatican à propos de l’église anglicane a accusé ce pays d’être “un pays du Tiers-Monde” où règne “un néo-athéisme agressif”, faisant implicitement référence au multiculturalisme anglais et à la diversité religieuse qui prévaut ! Le pape lui-même n’a pas commenté, mais son discours, nécessairement mesuré, ne dit pas forcément le contraire… Ambiance…

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sécularisation, post-sécularisation : vers un objet d’étude à part entière ?

Les sociologues et historiens ont eu tendance à penser la sécularisation (séparation progressive de la sphère religieuse et de la sphère politique) comme un avatar de la modernité, ou dit autrement comme une conséquence non-intentionnelle de la modernisation politique (disons entre le XVIe et le XXe siècle). Continuer la lecture de Sécularisation, post-sécularisation : vers un objet d’étude à part entière ?

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Deux colloques et un lien intéressant…

Deux colloques vont se tenir les prochains jours qui témoignent de l’importance du thème des religions et des liens à l’organisation de la cité dans la recherche française et internationale la plus récente. Continuer la lecture de Deux colloques et un lien intéressant…

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Colloque : Identité nationale et religion (France et Japon)

Je signale un colloque qui se tiendra les mercredi 5 et jeudi 6 mai 2010 à Paris (site Pouchet du CNRS, 59 rue Pouchet, 75017 Paris). Le colloque est organisé par l’EPHE, le GSRL et le CNRS sous les responsabilités scientifiques de Philippe Portier et Jean-Paul Willaime. Il traite d’une question d’actualité brûlante, contradictoire et éminément politique : le lien entre la religion et l’identité nationale.

Je me permets de le signaler avec d’autant plus de plaisir qu’il inaugure une comparaison inédite et intéressante entre la France et le Japon. En plus de réunir des “sommités” sur la question de l’identité nationale ou sur celle des religions, le programme ( reproduit ci dessous et téléchargeable sur le site de l’IESR), pourrait permettre de contrebalancer l’utilisation politique qui est faite aujourd’hui de l’identité nationale et de la pluralité religieuse en France. C’est un colloque “anti-débat-sur-l’identité-nationale” en quelque sorte. Salvateur !

Continuer la lecture de Colloque : Identité nationale et religion (France et Japon)

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Burqa, version Belge

Alors que le gouvernement français (sous pression élyséenne) semble avoir opté pour la présentation rapide d’une loi interdisant le port de la burqa dans l’espace public, les députés Belges viennent de le faire ! Bruxelles, Place des Martyrs
Évidemment, l’option retenue est celle d’une interdiction de cacher ou dissimuler son visage. Une loi visant explicitement la burqa ou le niqab serait nulle puisqu’entachée de discrimination envers une religion. Le texte belge est ainsi formulé : les personnes qui « se présenteront dans l’espace public le visage masqué ou dissimulé, en tout ou en partie, par un vêtement de manière telle qu’ils ne soient plus identifiables » seront passibles d’une amende et d’une peine de prison avec sursis.
Pour autant, malgré ce vote “spectaculaire” (136 votes pour et 2 abstentions), le texte n’est pas encore en vigueur et est loin de l’être : la chambre haute devra encore voter le texte dans les mêmes termes et un décret d’application devra être rédigé. Compte tenu de la crise institutionnelle que traverse la Belgique, il est probable que cette interdiction mette du temps à être appliquée.
Ce qui laissera également du temps aux avocats et aux groupes de pression de préparer une contre-offensive politique et juridique, avec par exemple, un recours devant la Cour de justice de l’Union Européenne (en cas de litige dans la fonction publique) ou devant la Cour européenne des droits de l’homme.
Affaire à suivre…

Temps de rédaction du billet : 40 minutes.

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un débat public à propos de la loi sur le voile intégral

Je signale un débat proposé par l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) (EHESS – Paris), à un horaire inhabituel pour des chercheurs (18h-20h), mais parfait pour pouvoir accueillir des citoyen-nes intéressés par des débats de qualité sur un sujet si sensible. Continuer la lecture de Un débat public à propos de la loi sur le voile intégral

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Séminaire à l’EHESS : Religion et politique, attentes eschatologiques dans le monde contemporain

Je viens de recevoir via une liste de diffusion professionnelle l’annonce et le programme d’un séminaire qui aborde exactement les thèmes de ce carnet de recherche, dans une perspective eschatologique. Voici donc l’argumentaire et le programme de ce nouveau et alléchant séminaire Continuer la lecture de Séminaire à l’EHESS : Religion et politique, attentes eschatologiques dans le monde contemporain

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Séminaire (compte-rendu) : le religieux dans l’espace public au Canada

J’ai assisté, presque par hasard, à un séminaire de l’IMERA (Institut méditerranéen d’études avancées – Marseille) assez passionnant. La conférencière, Yolande Geadah, venait parler de son expérience de recherche et d’action (féministe) dans le domaine de l’expertise et de l’étude des liens entre le religieux et le politique.

Je retranscrit ici les propos de Y. Geadah, et propose un petit commentaire personnel à la fin.

Il faut relativiser le phénomène des revendications religieuses au Québec. Ce n’est qu’un petit nombre de personnes qui revendique des droits spécifiques, alors que la majorité des membres de ces communautés est contre. Continuer la lecture de Séminaire (compte-rendu) : le religieux dans l’espace public au Canada

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Conférence : multiculturalisme et place du religieux en débat

Je signale ici le programme d’un colloque à venir sur la question du multiculturalisme. Il aura lieu à Paris, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 26 et 27 février 2010. Au vu de la composition du comité scientifique et du programme annoncé, il s’agit d’une perspective plutôt “Canadienne”, ce qui est intéressant pour une démarche interrogeant le modèle Français (j’y reviens dans un autre post) mais qui peut manquer de précision à propos d’autres modèles multiculturels. En effet, le Canada, bien que pays multiculturel possède l’étrange caractéristique d’être très marqué par le modèle républicain qu’incarne la France.

Un programme alléchant donc, avec des intervenants et interventions variées, et un atelier tout entier consacré à la question de la place de la religion dans un modèle multiculturel qui aura lieu vendredi après-midi (Atelier 2 : Revisiter le modèle de la tolérance religieuse). Ce colloque devrait intéresser tout ceux qui s’intéressent aux formes pratiques et théoriques de l’État, aux conceptions philosophiques de ses administrés et au-delà à ce qui fait lien entre les individus. Et là, le religieux, dans un modèle multiculturel ou républicain est toujours un angle d’observation fécond.

Attention : vendredi après-midi et samedi matin, deux ateliers se déroulent en parallèle.

Continuer la lecture de Conférence : multiculturalisme et place du religieux en débat

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Tentatives d'analyse des moments où le religieux et le politique se croisent, s’opposent, se superposent, s’interpellent, se métissent, s’interfèrent…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search