Archives par mot-clé : université

Ci-gît l’Université

Ci-gît l’Université.

La loi de programmation de la recherche a été votée par l’Assemblée nationale, mardi 17 novembre 2020. Dont acte. Je ne vais pas entrer dans les détails du texte qui ont été analysés par ailleurs. Vous pouvez aller voir les analyses de l’Université ouverte,  la foire aux questions LPPR du Groupe J.-P. Vernant ou le travail du collectif Rogue ESR sur la loi. Et le site d’Academia pour le travail de veille et la succession des tours de passe-passe dans la fabrique de la loi. Quant aux promesses d’investissement dans l’ESR, elles n’engagent que ceux et celles qui y croient, mais pas moi.

Aujourd’hui, je témoigne en mon nom propre, sans concertation et sans arrière-pensée. Simplement le sentiment d’une profonde colère et une immense lassitude. Je vous parle principalement de l’Université parce que c’est ce que je connais, ce que je vis et ce que je subis.

Une putain de colère

J’éprouve une colère sans nom envers le gouvernement, qui profite malicieusement de l’incurie intellectuelle de sa majorité pour faire passer des amendements en pleine crise sanitaire, en plein confinement et surtout sans consulter personne. Qu’une majorité avalise les projets du gouvernement, c’est habituel, mais à ce point c’est critique : je suis resté choqué et en colère face à ce sénateur qui ne comprends rien à ce qu’il lit mais qui se fait porte-parole docile de la ministre. Je suis évidemment en colère contre Frédérique Vidal, porte-flingue d’une vision managériale de l’université, doublée et dépassée par son cabinet, influencée par un quarteron de hauts-fonctionnaires et présidents d’université avides de pouvoir, de reconnaissance et de poids politique. F. Vidal est pour moi l’incarnation de l’autisme politique et de la honte : elle ne représente plus personne et elle ment sans arrêt. Son attitude est typique de ces sinistres qui montent en grade (et en échelons de traitement) en s’essuyant consciencieusement les semelles sur la gueule de celles et ceux qui sont en-dessous. Arriviste, elle restera la femme politique qui aura fait le plus de mal à ses troupes et aux étudiant.e.s : Parcoursup et la loi ORE, la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étrangèr.e.s et maintenant la LPR. Bravo l’artiste !

J’éprouve aussi une colère plus sourde et contenue envers le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous n’arrivons pas à nous mobiliser efficacement, et malgré les tribunes, les réunions, les AG, les syndicats et leurs actions, les manifestations, les blocages, les occupations d’universités, les grèves des enseignements, les tentatives de sabotage des indicateurs bibliométriques, la non-participation aux jurys etc., le rouleau compresseur du new management public s’abat sur nous avec toujours plus de violence.

Côté recherche, l’atomisation des chercheur.e.s et de leurs tâches ainsi que le peu de visibilité de leurs mobilisations font qu’ils ne pèsent que très peu dans le débat public. Côté université, nous peinons à établir des rapports de force parce que le fonctionnement même de la fac est insécurisant. Face au manque de personnel d’encadrement et face à nos tâches administratives toujours plus nombreuses, notre quotidien est de nous battre pour faire tenir nos routines : inscriptions, recrutement de vacataires, accueil et suivi des étudiants, préparation des cours, examens, jurys de fin de semestre. Basta. La mobilisation est impensable dans ces conditions. Il y a bien les pudeurs des collègues, parfois insupportables, qui au nom du nécessaire respect des étudiants contestent la légitimité des mobilisations ; qui au nom de leur ennui intellectuel espèrent sélectionner des étudiants « qui savent écrire » ; qui au nom de leurs convictions politiques soutiennent un ministère qui fera le tri dans tous ces gauchistes. Il y a surtout nos affolements et notre stress face à toute situation qui bouleverse notre précieuse routine universitaire. Nous sommes tellement insécurisés dans notre quotidien d’enseignant et d’agent administratif que nous ne pouvons plus supporter la perspective d’une contestation qui fasse dérailler ce quotidien. La dernière mobilisation victorieuse dans l’ESR remonte à 2009 : c’est la menace de démission des directeurs de laboratoires, de composantes et d’UFR qui a fait reculer le ministère. Seule une mobilisation des « patrons », des « cadres des cadres », des structures de direction pouvait peser dans ce contexte politique, sanitaire et social si particulier. Il est sans doute trop tard maintenant et en deux petites années l’université a été laminée. Et comme pour l’hôpital, les fissures sont béantes.

Une immense lassitude

Tout cela ne serait qu’histoires sans importances si les conséquences de cette funeste politique n’étaient pas si graves pour ce qu’est l’université aujourd’hui.

La prime aux « chefaillons »

Le mode de direction des universités (pardon la gouvernance) se voit renforcée depuis la LRU sur un modèle de gestion d’entreprise. Tout le pouvoir est dévolu au président et à son board (on dit équipe présidentielle à la fac) qui devient une sorte de super PDG. Je n’en peux plus de cette vision entrepreneuriale qui se diffuse partout : les systèmes de tarification à l’acte dans la santé, la gestion d’un hôpital par l’occupation des lits, le principe de notation des services publics, le management des tâches plus que des métiers, l’ultra concentration des pouvoirs. Je veux bien qu’on améliore nos services publics, mais pas qu’on les détruise ! Dans l’université se créent depuis 15 ans des potentats locaux, émergent des petits seigneurs avides de pouvoir, des politiques aux dents longues, des charismatiques qui veulent réinventer leur université ou des gestionnaires besogneux qui ne pensent qu’à réduire des coûts et des tâches. Rien que cette façon de concentrer les pouvoirs est une insulte à l’histoire des universités qui a toujours dissocié un côté « gestion » nécessaire à la bonne marche d’une institution et un côté « académique » indépendant de toute pression politique. La LPR consacre un modèle d’université où le PDG concentre pouvoirs et décisions et où il peut décider seul de qui enseigne quoi. C’est du jamais vu ! Le modèle idéologique de ces crétins-stratèges est le modèle américain. Mais ils ne savent pas que l’autonomie académique y est consacrée, que les présidents sont hyper-surveillés par les board of trustee, qu’ils ont des mandats courts, et surtout que l’aisance financière des grandes universités n’existe que parce qu’elles sont assises sur des milliards de dollars (+/- 25 milliards pour Harvard ; la fondation de ma fac c’est +/- 4 millions d’euros pour l’instant)…

Surtout le système américain est fondamentalement inégal, hiérarchisé entre universités d’élite et les autres : disparités socio-économiques, géographiques, hyper sélection et frais d’inscription qui entraînent l’endettement des étudiants (pardon des usagers). Ce que promet la LPR c’est un mélange du pire du modèle entrepreneurial (concentration des pouvoirs, liberté de recrutement et adaptation des enseignements) et du pire du modèle libéral (concurrence généralisée, hiérarchie entre établissements et franchises sociogéographiques). Par politesse, je ne dirai rien sur la pénalisation des mouvements étudiants. Franchement ce n’est pas le système auquel j’ai envie de participer.

Enseignant.e.s-chercheur.e.s en fin de vie

Cela fait 5 ans que je suis titulaire dans mon département, et j’en suis à 20 ans dans l’enseignement supérieur et la recherche. Depuis que j’ai été recruté, mes tâches administratives n’ont cessé d’augmenter, réduisant à la portion congrue mes recherches et même mes enseignements. C’est peut-être un problème d’organisation personnelle, et je ne doute pas que bientôt mon université ou mon ministère mettra un coach à ma disposition. En attendant, je suis membre du Conseil d’UFR, du Comité consultatif scientifique, je dirige une licence, je participe au Conseil de direction de l’UFR, à la commission Parcoursup, et encore je refuse toutes les sollicitations hors UFR dans les services transversaux ou les conseils centraux. Je ne cumule pas les responsabilités, mes collègues en ont aussi énormément tant les tâches administratives, commissions collectives, gestions de diplômes, rapports et outils de benchmarking à produire se sont multipliés. Il y a des circuits de décision improbables, une pesanteur administrative incroyable et qui se renforce. Il ne faut pas croire que cela va changer : la libéralisation de l’ESR, des universités et la flexibilisation des parcours étudiants s’accompagne d’une augmentation des routines administratives et d’un alourdissement des tâches de tous les agents. Là où la ministre et ses fielleux conseillers annoncent fièrement simplification et déconcentration, on ne constate qu’une augmentation des procédures et des interlocuteurs. Loin de mettre de l’huile dans les rouages de la machine administrative, les lois successives alourdissent la tâche. Ce que je donne en temps et disponibilité d’esprit dans mes responsabilités administratives, c’est du temps en moins pour mes recherches, pour mes enseignements, mais surtout pour le suivi des étudiants.

Quant aux recherches, parlons-en. La volonté d’un pilotage par les projets, consacrée par le renforcement de l’ANR va inclure davantage de recherche de financement, et donc moins de recherche fondamentale. On a calculé que le temps total cumulé par les candidats pour candidater, par le processus d’évaluation et la mise en route des financements était supérieur à la somme totale distribuée. Je suis comme d’autres collègues, sur une position radicale : je refuse de perdre mon précieux temps de recherche à penser, écrire, et déposer des projets qui ne seront pas financés. Je travaille dans mon coin et risque un jour de me faire épingler par le HCERES, instance d’évaluation de tout et de tous.tes, désormais dirigé par un cheffaillon exemplaire, passé par l’Élysée et contesté par tout le monde.

Dans tout ce merdier, ce sont les étudiants qui vont subir les plus graves conséquences

Je parle de lassitude parce qu’au final ce sont les étudiants qui vont perdre le plus. Notre temps de travail à nous est déjà fractionné, nous avons intériorisé que nos recherches se font sur notre temps libre et nos vacances. Mais pour les étudiants, c’est plus grave. En tant que responsable de licence, je suis au plus près d’eux dès leur arrivée à l’université. Leur vie se transforme complètement et pas franchement pour le meilleur comme le prétend la sinistre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Hyper sélection. Parcoursup a été créé expressément pour que les universités puissent sélectionner leurs étudiants, dans la même veine idéologique que ce qui précède. Mais il y a quelques effets pervers à court terme et à plus long terme. A court terme c’est que les commissions abusent de la sélection (dans mon UFR c’est pas le cas, mais tout ce qu’on me rapporte corrobore ce constat). On ne prend que les meilleurs en faisant tourner des algorithmes très pauvres, essentiellement pour ne pas se casser la tête à l’examen des dossiers. Au passage : l’attribution des affectations relevait des rectorats, avec Parcoursup ce sont les enseignant.e.s-chercheur.e.s qui sélectionnent, font tourner la machine, produisent des rapports, bref prennent encore plus de temps à des tâches administratives. Quand on entre un peu plus dans la matrice, les paramétrages deviennent tellement complexes qu’on revient rapidement à de la sélection basique sur les notes (de première et du 1er trimestre de terminale). Ayons le courage de dire cela : l’examen qualitatif des dossiers est une chimère ministérielle. Tant que cela contente tout le monde…

Néo-libéralisme à 18 ans. Un deuxième aspect à plus long terme est que, dès le lycée, les élèves se trouvent dans une hyper-concurrence. Ils deviennent des entrepreneurs d’eux-mêmes : ils doivent se vendre (on dit candidater en langage parcoursup), multiplier les stages, les engagements bénévoles, les séjours linguistiques et les expériences professionnelles. Je vois passer plus ou moins 200 CV d’étudiants chaque année : c’est un immense gâchis. La pression sur leurs épaules est complètement dingue, elles et ils doivent avant leur première année à l’université dégager des pistes professionnelles cohérentes. Ils et elles subissent la pression de leur entourage déconnecté des réalités universitaires dès l’inscription. Et dans leur scolarité ils et elles doivent faire face à une concurrence effrénée entre eux. Le monde dans lequel les étudiant.e.s vivent est un monde de merde, insécurisant et délirant. J’ai chaque année des situations psychologiques extrêmes, difficiles à gérer et c’est en augmentation constante. Je ne compte plus les étudiant.e.s qui prennent des cachets pour tenir le coup, suivent des traitements médicamenteux pour rester la tête hors de l’eau. Au passage, dans le modèle universitaire américain il y a environ un psychologue à plein temps pour 1600 étudiants, en France c’est un pour 30 000… Nous allons vers des difficultés sociales et psychologiques énormes. Je ne cesse d’alerter au sein de l’université mais le ministère de l’enseignement supérieur s’en contrefiche, cela rentre dans les responsabilités d’un autre ministère !

Faire tenir des ruines

Si les enseignant.e.s-chercheur.e.s s’en sortent à peu près, les personnels techniques et administratifs des universités sont encore plus mal lotis. Au CNRS on appelle cela des postes supports, et ils ont baissé encore plus fort que les postes de chercheurs. Si bien qu’on arrive à des aberrations, où tel laboratoire de génétique a acheté une machine hyper-sophistiquée à 6 ou 7 millions d’euros mais ne dispose d’aucun personnel pour la faire marcher ou assurer sa maintenance. Et bien à la fac, c’est pareil. La logique de réduction des coûts a supprimé des postes essentiels. Cela va des cellules de soutien psychologique à l’orientation des étudiants, aux scolarités des UFR et des composantes, en passant par les équipes informatiques des universités. Qui fait tenir les serveurs en ce moment ? Qui développe les outils des enseignements en démerdentiel ? Des équipes à bout et désormais des entreprises privées (Zoom, Panopto, Skype) que les facs paient à prix d’or.

Des services sinistrés ne peuvent remplir les tâches qui leur incombent. La faute à la précarisation des situations individuelles, et au manque de personnel pour faire tenir une université. Il n’y a que très peu de réflexions dans ma fac sur le management des équipes ou sur les façons de se sentir bien au travail (et je ne parle pas d’argent… ces postes sont sous-payés). Et je ne parle pas non plus du management toxique de certains cadres qui réussissent à décimer un service en quelques mois à coup d’arrêts maladies et de burn-out…

Mais bon, la LPR va nous sauver en accroissant la participation des personnels et des étudiants à la gouvernance universitaire. La belle affaire ! Comme si nous étions formés, enseignant.e.s, administratif.ve.s ou étudiant.e.s à la gestion d’une université, à des postes d’administration : qu’est-ce qu’un enseignant-chercheur peut faire pour gérer des équipes administratives, sans être formé, sans aide RH et en subissant la pression des vices-présidences ou du PDG ? Rien, nous serons mauvais parce que non formés pour cela.

A la suite du premier confinement, plusieurs universités ont été incapables de délivrer des diplômes au mois de juillet. Tout ça parce que des services communs n’ont pu assurer le paramétrage, la programmation et la maintenance du logiciel censé organiser les diplômes, calculer les moyennes, bref, faire les opérations de base pour savoir qui était reçu et qui ne l’était pas. La collation des grades n’a pu être menée à bien, et c’est un putain d’échec pour l’État, le signe d’un effondrement de ses prérogatives. Exactement comme cela a été le cas dans la crise sanitaire et la gestion des patients Covid dans les hôpitaux. Faute d’investissements, l’institution craque et ne peut plus remplir ses missions. Le ministère nous demande de tenir des ruines. Nous le ferons un temps, mais le risque est que l’immeuble nous tombe dessus, enfouissant enseignants-chercheurs, personnels administratifs et  étudiant.e.s. Amen.

N.B. : ce texte est un coup de gueule individuel et à vocation à témoigner, rien de plus. Faites-en ce que vous en voulez mais s'il vous plaît, ne me mêlez pas à vos lectures. Je n'en veux à personne à part à ma ministre et à son entourage professionnel, aux dirigeants de la France depuis 30 ans et au nouveau management public. Je n'accuse personne et je n'ai pas, pour écrire ce texte, maltraité pas de petits chats. 

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers va renforcer la sélection sociale et financière des étudiants

J’ai écrit cette tribune pour la proposer à publication dans un journal quotidien qui paraît chaque soir. Finalement je ne l’ai pas envoyée parce qu’il y a des plus savant.e.s et plus connu.e.s qui disent les choses mieux et plus poliment. Mais je ne renie rien à mes mots, y compris les gros mots… Du coup, je la publie pour les lecteurs et lectrices de ce blog de recherche.

La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers cache mal une volonté politique de généraliser la hausse, fût-ce au détriment des plus défavorisés.

En annonçant la hausse brutale (+110%) des frais d’inscription dans les universités pour les étudiants étrangers (en fait les ressortissants de pays non-membres de l’UE), le gouvernement d’Edouard Philippe revient sur un consensus éducatif enraciné depuis 1968 : l’accès à tous à l’université. Ce principe politique, déjà mis à mal par l’épisode Parcoursup, va être définitivement enterré par la hausse programmée du coût des études. Cette décision cache mal une volonté de transformation néo-libérale de l’université à marche forcée, au risque de susciter des réactions bien plus fortes que celles contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants.

Cette hausse des frais d’inscription est censée renforcer notre compétitivité universitaire et nous permettre  d’attirer des étudiants venant de régions historiquement peu représentées dans le système universitaire français comme la Chine, l’Asie du sud-est, etc. Il faut d’abord être assez stupide pour penser qu’une hausse fera seulement venir de nouveaux étudiants. En réalité, la hausse entrainera automatiquement un reflux net d’autres contingents étudiants mieux représentés dans le système universitaire : l’Amérique du sud, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient. Bref, les pays du sud, qui ne pourront plus financer qu’une élite pour fréquenter les bancs de nos universités. Exclure certains étudiants pour mieux en intégrer d’autres, voilà le premier choix du gouvernement.

La hausse des frais d’inscription est également justifiée par la volonté de redonner à la recherche française sa place dans le concert des nations occidentales. Arrêtons le délire tout de suite : la hausse des frais d’inscription, même généralisée à tous les étudiants, ne suffira pas à combler le manque d’investissements publics de ces 25 dernières années. Les investissements consacrés à la recherche et l’innovation stagnent autour de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), alors que la stratégie de Lisbonne fixe un minimum à 1% (soit « seulement » 4,5 milliards de déficit chaque année…). Pire, le financement de l’ESR baisse tendanciellement depuis 20 ans. Nos pays voisins consacrent davantage de ressources à la recherche, l’enseignement et l’innovation. Nous sommes à la traîne dans les investissements, nous en payons les conséquences (croissance moins forte) et paierons encore pendant 10 ans. Il est complètement faux de dire que la hausse des frais d’inscription compensera le sous-déficit du secteur, c’est un cataplasme sur une jambe de bois.

La hausse des frais d’inscription s’inscrit également dans la continuité d’une loi de 2007 (loi dite LRU) autonomisant financièrement et en partie scientifiquement les universités. Cependant cette autonomie s’est accompagnée de la baisse des dotations de l’État, et a donc seulement fragilisé les universités : aujourd’hui 50% d’entre-elles sont obligées de « geler » des postes (c’est à dire annuler ou reporter des recrutements de personnel) pour faire face aux dépenses. Renoncer à des recrutements alors que la population étudiante augmente, voilà où nous en sommes. Alors oui, c’est au niveau des finances des universités que ces nouvelles recettes apparaitront en venant combler le manque d’investissement étatique. Faire payer les étudiants et organiser le retrait de l’État, voilà encore une fois le programme du gouvernement.

Surtout, cette hausse des frais d’inscriptions va entraîner une sur-sélection sociale des étudiants. L’expérience de Parcoursup aura montré une chose : la logique de l’algorithme renforce la sélection par les résultats : les étudiants de cette année sont encore meilleurs que les années précédentes (dans mon département il y a 80% de mentions bien et très bien malgré un paramétrage « très ouvert » des critères de sélection). Or nous savons que la sélection par les notes va de pair avec une sélection sociale : le résultat sera donc une université pour les étudiants les meilleurs, mais surtout pour les plus riches, capables de payer 15 000 euros les 5 ans d’études (sans redoublement). Si les meilleurs ne peuvent pas venir tant pis pour eux, nous prendrons les plus riches !

Enfin cette hausse des frais d’inscription va fragiliser les étudiants eux-mêmes.  Déjà stressés et angoissés (voir les enquêtes du CNOUS), les étudiants vont devoir gérer une pression parentale (ou leur propre endettement). Le redoublement sera une catastrophe financière alors que nous raisonnons en terme de maturation d’esprit, d’acquisition de connaissances et de méthodes de raisonnement. Loin de l’eldorado promis, à l’image du fantasme des universités américaines qui accumulent excellents étudiants et prix Nobel sur leurs campus, la hausse des frais d’inscription va simplement fracturer encore un peu le monde de l’enseignement et de la recherche, à tous les niveaux : des étudiants-clients, aux personnels administratifs et de soutien jusqu’aux enseignants, vent debout contre ces réformes mal faites car pas pensées.

En annonçant cette hausse sans aucune concertation, le gouvernement semble pressé de réformer sans réfléchir une seule seconde aux conséquences. Edouard Philippe et son gouvernement viennent de précipiter les universités du haut de la falaise, et nous, universitaires, employés et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche entendons notre ministre crier depuis le sommet : « jusqu’ici tout va bien ! ».

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Penser une controverse : « l’affaire de La Manouba »

Dans le cadre du programme « Conversions religieuses en Méditerranée : dynamiques entre engagements individuels et cadres institutionnels » (Atri 5, dirigé par K. Boissevain et L. Le Pape), j’ai effectué une mission de terrain en Tunisie du dimanche 24 mars au mercredi 3 avril. En voici un compte-rendu en 3 volets, avec des précisions contextuelles et des pistes de recherches.

  1. Penser une controverse : « l’affaire de La Manouba »
  2. La question du salafisme Tunisien
  3. Le port du voile intégral (niqab) dans les universités à Tunis

Les recherches ont été menées à l’Université de La Manouba ainsi qu’au Campus d’El Manar (Faculté de de droit, École nationale des ingénieurs et Faculté des sciences) qui accueillait le Forum social mondial. Une dizaine d’entretiens ont été conduits et plusieurs observations précises ont été menées.

Penser les « controverses politiques à référent religieux »

revue controverse
Fragment de la couverture de la revue « Controverses » n° 5 de janvier-février 1933. Image issue du site l’éphéméride anarchiste

Les « affaires » ou « controverses » sont un chantier d’étude désormais bien balisé par la sociologie. Après ma thèse sur les conversions religieuses, j’ai décidé d’orienter mes recherches vers cet objet d’étude pour plusieurs raisons.

Tout d’abord l’objet controverse me permet d’élargir les terrains d’investigation en gardant une démarche comparatiste. En effet, j’ai développé dans mes précédents travaux dans une optique française et européenne que je cherche désormais à confronter avec les pays du Maghreb. Cet objet autorise des comparaisons raisonnées entre nord et sud de la Méditerranée.

 J’ai également développé une notion, les « controverses politiques à référent religieux » pour mieux penser deux activités aux interactions intenses, le politique et le religieux. Cette opposition, qui est un des topiques des sciences humaines dès leur création, me semble encore porteuse de sens, et de possibilités de recherches multiples. La situation du religieux en Europe et au Maghreb a ceci de particulier qu’elle est discutée. La religion oppose, crée des fractures et des mobilisations. Elle est vecteur de représentations et d’héritages en discussions, elle suscite des oppositions et des engagements et elle est le prétexte à plusieurs types d’action publique et de régulation étatique.Enfin, l’étude des controverses permet de penser des dynamiques de fond des sociétés, qui sont aussi l’objet de discussions méthodologiques et théoriques aujourd’hui : la sécularisation, les modalités du partage des croyances entre public et privé, l’expression des différences religieuses et les éventuels droits afférents, enfin la gestion politique du pluralisme.

Une université tunisienne dans un contexte post-révolutionnaire

« L’affaire de La Manouba » commence en novembre 2011, soit 10 mois après le départ du président Ben Ali, le 14 janvier 2011. La Tunisie est alors dirigée par un gouvernement transitoire sous la houlette de Béji Caïd Essebsi, les élections d’octobre ayant donné un nouveau gouvernement en décembre. L’affaire « tombe » donc à un moment de transition, entre un gouvernement provisoire et la mise en place d’un gouvernement de transition. Les élections d’octobre 2011 ont été gagnées par Ennadha, un parti islamiste incarné par son leader historique R. Ghannouchi. Au moment où débutent les affrontements à l’université, une alliance d’Ennahda avec le Congrès pour la République (CPR) de M. Marzouki et Ettakatol de M. Ben Jafaar conduit ce dernier à la présidence de l’Assemblée constituante, et le précédent à la présidence de la République tandis que Hamadi Jebali, d’Ennadha, est chargé de constituer un gouvernement de transition. Il faut donc souligner la situation politique du moment : c’est un moment de confusion car les résultats des élections et les hommes chargés de diriger la Tunisie sont connus. Ils n’ont en revanche pas encore pris leurs fonctions et l’autorité est toujours exercée par le gouvernement provisoire.

Manouba entrée
L’entrée de la FLAHM (CC-BY-NC Loïc Le Pape)

« L’affaire de la Manouba » consiste en une « occupation » en plusieurs temps de la faculté des lettres des arts et des humanités de La Manouba (FLAHM) par des groupes se disant « salafistes » , et dont peu sont régulièrement inscrits à l’Université. Ils viennent soutenir une dizaine de jeunes étudiantes, entièrement voilées (portant le niqab) à qui l’administration de la faculté a refusé l’accès aux cours et aux examens. Un bras de fer est entamé entre ces jeunes femmes, leurs soutiens et le doyen. Il s’agit-là des prémisses d’une longue série de confrontations. La faculté connaîtra, durant toute l’année 2012 des manifestations et des mobilisations dont les partisans, en élaborant des discours de justification, feront éclore une « affaire ».

Parmi les événements les plus importants, un sit-in de plusieurs jours, l’occupation du bureau du doyen pendant près de 8 jours, des affrontements parfois violents entre groupes « salafistes » et étudiants. Ces oppositions et affrontements culminent le 6 mars 2012, lorsqu’un militant remplace le drapeau tunisien à l’entrée de l’université par un drapeau « salafiste ». Une jeune femme venue empêcher le geste est prise à partie. Elle sera félicitée quelques jours plus tard par le président de la République en personne.

« L’affaire du drapeau », par Artiste tunisien sur Youtube

Ce n’est pas tant le soutien du président qui est ici important, mais le constat d’une affaire qui prend des proportions importantes, mobilisant des groupes opposés sur le terrain ; les autorités publiques (le ministre de l’enseignement, Moncef Ben Salem ; le premier ministre Hamadi Jebali et le président de la République, Moncef Marzouki), des moyens techniques (des sites internet, des vidéos sur Youtube, des pages facebook organisant les revendications et les arguments, telle que Talaba Révolution), des journalistes, des étudiants et une histoire, celle de l’université tunisienne en général et la Facultés des lettres, humanités et arts de La Manouba, (FLHAM) en particulier.

Une affaire dans l’affaire

Le campus de La Manouba est situé à une quinzaine de kilomètres du centre-ville de Tunis. Construit dans les années 1960, il héberge outre la FLAHM, plusieurs écoles et instituts (voir la page Wikipédia de l’Université). Le campus est proche de quartiers pauvres qui sont des quartiers relégués à la périphérie de l’agglomération. Il est donc à la périphérie d’une périphérie, garantissant à la fois de l’espace pour étendre si besoin de campus mais également un moindre risque pour le pouvoir politique face aux éventuelles contestations universitaires. De fait, l’histoire de cette université est marquée par des revendications de la part des étudiants et des enseignants. C’est également un bastion historique du syndicalisme enseignant.

Nous venons de voir l’importance du 6 mars 2012. C’est également à cette date que va naître une autre affaire, judiciaire celle-là, qui va porter et symboliser l’affaire de La Manouba. C’est au cours de cette longue journée que deux étudiantes portant le niqab, aidée par des soutiens hommes et femmes, envahissent et mettent à sac le bureau du doyen. La tension est forte. Il y a des cris et des insultes qui fusent. Le doyen va porter plainte pour destruction de bien public (l’affaire sera classée) et l’une des deux femmes va porter plainte également accusant le doyen de l’avoir giflée. Commence alors un long procès dont le jugement n’a pas été rendu à ce jour. Il va de reports en reports, instruments à la fois de chacune des parties mais également de la justice et de ses revendications. C’est le procès qui a entraîné la médiatisation de « l’affaire de La Manouba » au point de l’incarner au yeux de beaucoup. Or le procès oppose seulement le doyen à deux jeunes femmes voilées. Mais la période d’après la révolution, la tension qu’a connue la faculté au cours de l’année 2012, les reports successifs des audiences ainsi que les argumentations des deux parties font que ce procès et ses commentaires font émerger des discussions sur la place de l’islam politique dans la société tunisienne.

Couverture du livre Chroniques du Manoubistan par Habib Mellakh
Couverture du livre Chroniques du Manoubistan par Habib Mellakh

Les occupations, les sit-in, les violences et intimidations se poursuivent (avec une bien moindre intensité depuis la rentrée 2012) encore aujourd’hui. Le terrain effectué visait à prendre la mesure de cette controverse, et essayer de rencontrer les protagonistes de l’affaire. J’ai pu m’entretenir longuement avec le doyen Habib Kazdaghli et avec des enseignants qui le soutiennent. J’ai rencontré notamment Habib Mellakh, auteur de l’ouvrage Chroniques du Manoubistan. Ce livre est emblématique de la constitution d’une affaire et présente une version commentée des événements qui font l’affaire.

J’ai pu constater, lors des derniers jours de terrain que la faculté était « calme » mais que les revendications persistaient. Des étudiantes vêtues du niqab étaient présentes dans la faculté, comme des étudiants qui arboraient un « look salafiste ». La question du salafisme en Tunisie sera l’objet du prochain billet.

Temps de rédaction : 8h

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter